Gaz de combat de la Première Guerre mondiale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une attaque chimique utilisant des conteneurs cylindriques pendant la Première Guerre mondiale.

Les gaz de combat de la Première Guerre mondiale regroupaient une vaste gamme de composés toxiques allant du gaz lacrymogène relativement bénin aux mortels phosgène et bertholite en passant par le gaz moutarde. Cette guerre chimique est un composant majeur de la première guerre totale. La capacité meurtrière de ces gaz était cependant limitée ; seuls 4 % des morts ont été causées par les gaz. Contrairement à la plupart des autres armes, il était possible de développer des contre-mesures efficaces à ces gaz ce qui mena les deux camps à se livrer une course acharnée pour créer de nouveaux composés.

Histoire des gaz de combat durant la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

1914 : gaz lacrymogènes[modifier | modifier le code]

L’utilisation de substances chimiques dans le but de rendre intenable une position fortifiée, fut envisagée avant la Première Guerre mondiale. En France, dès 1905, une commission secrète fut formée pour déterminer les substances qui pouvaient avoir un intérêt militaire. De nombreuses substances furent testées et un produit lacrymogène, le bromacétate d’éthyle, fut retenu et chargé dans différents projectiles. Le pouvoir suffocant de ce produit neutralisant, véritablement toxique, est deux fois plus élevée que celui du chlore[1]. Durant la Première Guerre mondiale, les Français furent les premiers à utiliser des grenades chargées de gaz lacrymogène (bromacétate d'éthyle) en août 1914. Les stocks furent rapidement utilisés et l'armée française lança une nouvelle commande en novembre[2]. Après plusieurs mois d’utilisation, cette substance fut remplacée par de la chloracétone, un produit encore plus toxique, et un deuxième type de grenade suffocante apparut en avril 1915[1].

En octobre 1914, les troupes allemandes utilisèrent des obus à fragmentation remplis d'agents irritants contre les positions britanniques à Neuve-Chapelle. Là encore, la faible concentration n'eut pas beaucoup d'influence sur le cours de la bataille. Aucun des belligérants ne considérait qu'utiliser des gaz lacrymogènes était en contradiction avec les conventions de La Haye de 1899 et 1907 qui interdisaient l'utilisation de projectiles contenant des gaz asphyxiants ou toxiques[3].

1915 : utilisation à grande échelle des gaz mortels[modifier | modifier le code]

L'Allemagne fut la première à lancer une attaque chimique de grande échelle lorsque le 31 janvier 1915 sur le front de l'Est, 18 000 obus contenant du gaz lacrymogène furent tirés sur les positions de l'armée impériale russe le long de la Rawka à l'ouest de Varsovie lors de la bataille de Bolimov. Cependant, le froid intense bloqua l'action du gaz et les russes ne remarquèrent pas sa présence.

Le premier agent mortel employé par les militaires allemands fut le chlore. Les compagnies chimiques allemandes BASF, Hoechst et Bayer (qui s'associeront pour former le conglomérat IG Farben en 1925) utilisaient déjà le chlore en tant que sous-produit de la fabrication de teinture[4]. En coopération avec Fritz Haber du Kaiser Wilhelm Institute de Berlin, ils développèrent des méthodes pour répandre le chlore dans les tranchées adverses[5],[6].

D'après une lettre du major Karl von Zingler, la première attaque au gaz chloré aurait eu lieu le 2 janvier 1915 : « Sur les autres théâtres militaires, cela ne va pas mieux et il a été dit que notre chlore était très efficace. 140 officiers britanniques ont été tués. C'est une arme horrible... »[7].

Le 22 avril 1915, l'armée allemande disposait de 168 tonnes de chlore déployés dans 5 730 bonbonnes en face de Langemark-Poelkapelle, au nord d'Ypres. À 17:00, dans une légère brise d'est, le gaz fut libéré formant un nuage gris-vert qui dériva vers les tranchées tenues par les troupes coloniales françaises de Martinique. Celles-ci paniquèrent et s'enfuirent créant un vide de 7 km dans les lignes alliés. Cependant, les troupes allemandes se méfiaient du gaz et manquant de renforts, ne purent exploiter cette brèche avant que les troupes canadiennes et françaises ne se redéploient hâtivement. Les gouvernements de l'Entente se plaignirent que cela était une violation flagrante des lois internationales. L'Allemagne répondit que ces traités interdisaient seulement les obus chimiques, pas les conteneurs de gaz[8]. Dans ce qui devint la deuxième bataille d'Ypres, les Allemands utilisèrent les gaz trois autres fois contre la 1re Division canadienne[9], Le British Official History fait état qu'à la colline 60 :

« 90 hommes moururent du gaz dans la tranchée avant qu'ils n'aient pu atteindre une station médicale ; Sur les 207 qui furent amenés à la station la plus proche, 46 moururent presque immédiatement et 12 après de longues souffrances[10]. »

Le chlore est un puissant agent irritant qui peut infliger des dégâts aux yeux, au nez, à la gorge et aux poumons. À hautes concentrations, il peut causer la mort par asphyxie[11].

Sur le front de l'Est, lors d'une attaque chimique près de Varsovie, les pertes de l'armée russe s'élevèrent à 9 000 dont 1 000 morts. En réaction, une commission militaire fut organisée pour étudier l'envoi de gaz dans des obus[12].

Efficacité et contre-mesures[modifier | modifier le code]

Il devint rapidement évident que les hommes qui restaient sur place souffraient moins que ceux qui s'enfuyaient, car tout mouvement aggrave les effets du gaz. De même, le gaz étant souvent plus dense que l'air, les hommes se tenant debout sur les parapets étaient moins touchés que ceux qui s'allongeaient au fond de la tranchée.

Le chlore fut également une arme moins efficace que ne l'avaient espéré les Allemands, en particulier lorsque de simples contre-mesures furent mises en place. Le gaz produisait un nuage verdâtre clairement visible tout en ayant une forte odeur le rendant facilement décelable. Il était soluble dans l'eau donc un simple tissu humide réduisait les effets du gaz. Il fut découvert que ce tissu était encore plus efficace lorsqu'il était imbibé d'urine car l'urée réagissait avec le chlore pour former des produits moins volatils donc moins agressifs pour les muqueuses[13].

Le chlore nécessite une concentration de 1 000 ppm pour être fatale, détruisant les tissus pulmonaires, principalement en formant de l'acide chlorhydrique à partir de l'eau contenue dans les poumons (2Cl2 + 2H2O → 4HCl + O2)[14]. Malgré ses limitations, le chlore était une arme psychologique ; La vue du nuage de gaz était une source continue d'effroi pour l'infanterie[15].

Les contre-mesures furent rapidement introduites pour lutter contre le chlore. Les Allemands équipèrent leurs unités avec des petits tampons de coton et des bouteilles d'une solution de bicarbonate de sodium pour imbiber les tampons. Immédiatement après l'utilisation de chlore par les Allemands, des instructions furent transmises à destination des troupes alliées pour placer les mouchoirs ou les vêtements sur la bouche. De simples tampons similaires à ceux utilisés par les Allemands furent rapidement proposés par le lieutenant-colonel N.C. Ferguson de la 28e division britannique. Ces tampons ne furent pas distribués en temps et en ordre et les unités du front commencèrent à construire des tampons artisanaux à base de mousseline, de flanelle et de gaze. Des tampons respiratoires furent envoyés avec les rations aux troupes britanniques au front dès le 24 avril[16].

En Grande-Bretagne, le Daily Mail encouragea les femmes à fabriquer des tampons en coton et en moins d'un mois, une grande variété de tampons étaient disponibles ainsi que des lunettes pour protéger les yeux. Malheureusement, le design des tampons du Daily Mail se révélait inutile lorsqu'il était sec et empêchait de respirer lorsqu'il était humide. Dès le 6 juillet 1915, l'ensemble de l'armée britannique était équipée du très efficace 'hypo helmet conçus par le major Cluny MacPherson du Royal Newfoundland Regiment qui se composait d'un sac de flanelle équipée d'une visière en celluloïd qui recouvrait entièrement la tête. Les deux camps se livrèrent à une guerre acharnée pour développer de nouveaux composés toxiques avant que des mesures de protection ne soient disponibles[16].

Les attaques britanniques[modifier | modifier le code]

Les Britanniques furent outrés de l'utilisation par l'Allemagne de gaz de combat mais répondirent en développant leurs propres capacités offensives. Le commandant du IIe Corps britannique, le Lt-Gen Ferguson déclara officiellement à propos du gaz :

Infanterie britannique avançant à travers les gaz à la Loos le 25 septembre 1915

« C'est une forme de guerre lâche qui ne se recommande ni à moi ni autres soldats britanniques... Nous ne pourrons pas gagner cette guerre à moins que nous ne tuions ou neutralisions plus de soldats ennemis qu'ils ne le font de nous, et si pour cela, nous devons copier l'ennemi dans le choix des armes, nous ne devons pas refuser de le faire[17],[18]. »

La première utilisation de gaz par les Britanniques eut lieu lors de la bataille de Loos le 25 septembre 1915, mais ce fut un désastre. Le chlore, nom de code « Étoile rouge », fut l'agent utilisé (140 tonnes stockées dans 5 100 bonbonnes). Cependant, à cette occasion le vent se révéla capricieux et le gaz stagna dans le no man's land voire reflua dans les tranchées britanniques. Cette débâcle fut aggravée par le fait que tous les bonbonnes ne purent être ouvertes car de mauvais jeux de clés avaient été envoyés. Des tirs de représailles allemands touchèrent les bonbonnes non utilisés libérant encore plus de gaz sur les lignes britanniques[19].

1915 : des gaz de plus en plus meurtriers[modifier | modifier le code]

Les défauts du chlore furent surmontés avec l'introduction du phosgène, qui fut inventé par un groupe de Français menés par Victor Grignard et utilisé pour la première fois en 1915[20]. Incolore et possédant une odeur semblable au « foin moisi », il était difficilement décelable ce qui faisait de lui une arme plus efficace. Bien qu'il fût parfois utilisé seul, il était plus souvent associé à un volume égal de chlore qui aidait le phosgène plus dense à se répandre[21]. Les Alliés appelèrent cette combinaison « Étoile blanche » d'après le marquage peint sur les fûts contenant le mélange[22].

Le phosgène était un puissant agent, plus mortel que le chlore. Son principal inconvénient était que les symptômes ne se développaient qu'après 24 heures. Cela signifiait que les victimes restaient capable de combattre pendant une courte durée. Cela signifiait également que des soldats apparemment en forme seraient neutralisés dans les jours suivants[23].

Lors de la première utilisation du mélange chlore/phosgène par les Allemands contre les troupes britanniques près d’Ypres le 19 décembre 1915, 88 tonnes de gaz furent utilisées causant 1 069 pertes dont 69 morts[21]. Le masque à gaz P britannique déployé à ce moment, imprégné de phénol fut moyennement efficace contre le phosgène. Le masque à gaz PH (en) imprégné de méthénamine pour améliorer la protection contre le phosgène fut disponible à partir de janvier 1916[21],[24],[25].

Environ 36 600 tonnes de phosgène furent produites au cours de la guerre sur un total de 190 000 tonnes d'armes chimiques, faisant de lui le second composé le plus produit après le chlore (93 800 tonnes) [26]:

  • Allemagne : 18 100 tonnes
  • France : 15 700 tonnes
  • Royaume-Uni : 1 400 tonnes (il utilisa également les stocks français)
  • États-Unis : 1 400 tonnes (ils utilisèrent également les stocks français)

Bien que le phosgène soit moins connu que le gaz moutarde, il fut responsable de 85 % des tués par arme chimique au cours de la Première Guerre mondiale.

1917 : le gaz moutarde[modifier | modifier le code]

Le gaz le plus connu et peut-être le plus efficace de la Première Guerre mondiale fut le gaz moutarde, un agent vésicant, introduit par l'Allemagne en juillet 1917 juste avant la bataille de Passchendaele. Les Allemands identifiaient les fûts de gaz moutarde par la couleur jaune et les fûts de phosgène et de chlore étaient marqués de vert, ils nommèrent donc le nouveau gaz, « croix jaune ». Les Français l'appelèrent ypérite (d'après la ville d'Ypres)[27].

Un soldat canadien brûlé par le gaz moutarde, 1917/1918.

Le gaz moutarde n'était pas un agent réellement mortel (bien qu'à hautes doses, il le soit) mais était utilisé pour harceler et handicaper l'ennemi tout en polluant le champ de bataille. Le gaz moutarde étant plus lourd que l'air, il stagnait au niveau du sol comme un liquide huileux de couleur jaunâtre. Une fois dans le sol, il restait actif pendant des jours, des semaines voire des mois selon les conditions météorologiques[28].

La peau des victimes du gaz moutarde se couvrait de cloques, leurs yeux étaient très irrités et elles commençaient à vomir. Le gaz causait des hémorragies externes et internes et détruisait les tissus pulmonaires. Cela causait des douleurs abominables aux soldats qui se noyaient littéralement du fait des liquides présents dans les bronches. Les patients mettaient généralement quatre à cinq semaines pour mourir[29].

Une infirmière Vera Brittain, écrivit : « Je souhaite que les personnes qui parlent de continuer cette guerre quel qu'en soit le prix puissent voir les soldats souffrant du gaz moutarde. De larges cloques jaunâtres, des yeux fermés aux paupières collantes et collées ensembles, se battant pour chaque bouffée d'air, murmurant que leur gorge se fermait et qu'ils savaient qu'ils allaient étouffer. » [30],[31]

Les gaz ne reproduisirent jamais l'impact obtenu par les Allemands lors de l'affrontement du 22 avril 1915 ; Cependant, ils devinrent une arme standard qui, combinée à l'artillerie conventionnelle, fut utilisée jusqu'à la fin de la guerre. L'Allemagne utilisa également les gaz contre la Russie et le manque de contre-mesures efficace provoqua la mort de 56 000 Russes, tandis que les Britanniques les expérimentèrent en Palestine lors de la seconde bataille de Gaza[32],[33].

L'armée britannique considéra que l'utilisation des gaz était nécessaire et mena plus d'attaques chimiques que l'Allemagne en 1917 et 1918. L'Allemagne devint de plus en plus incapable de suivre le rythme de production imposé par les Alliés. L'entrée en guerre des États-Unis aggrava encore plus cette difficulté[34]. D'autant plus que les vents dominants du Front de l'Ouest venait de l'ouest d'où des conditions plus souvent favorables pour les Alliés.

Vers la fin de la guerre, les États-Unis lancèrent la production à grande échelle d'un gaz vésicant appelé Lewisite pour les offensives de 1919. Le gaz se dégradant rapidement dans un climat humide, il n'est pas certain qu'il aurait eu une grande efficacité[35].

Après-guerre[modifier | modifier le code]

À la fin de la guerre, les armes chimiques avaient perdu beaucoup de leur efficacité contre des troupes bien entraînées et protégées. Néanmoins, elles furent utilisées dans de nombreux conflits, principalement coloniaux, où un camp disposait d'un armement supérieur à l'autre

Les Britanniques utilisèrent le gaz moutarde contre les rebelles irakiens en 1920 ; L'Armée rouge utilisa les gaz de combat pour réprimer la révolte de Tambov en 1920. L'Espagne et la France utilisèrent des armes chimiques contre les insurgés marocains pendant la guerre du Rif au cours des années 1920[36] L'Italie utilisa également le gaz moutarde en Libye et en Éthiopie[37]. En 1925, un seigneur de guerre chinois du nom de Zhang Zuolin fit construire une usine de production de gaz moutarde à Shenyang par une entreprise allemande, qui fut terminée en 1927.

Sous la pression de la population, le protocole de Genève fut signé par la plupart des belligérants de la Première Guerre mondiale en 1925. Celui-ci interdisait l'utilisation des gaz de combat mais pas la production ou le stockage d'armes chimiques.

Bien que la majorité des combattants de la Seconde Guerre mondiale possédassent des stocks d'armes chimiques, ils ne furent pas utilisés. Seul le Japon employa des petites quantités de lewisite et de gaz moutarde en Chine[38],[39]. En Europe, l'Allemagne largua des bombes de gaz moutarde sur Varsovie le 3 septembre 1939, ce qu'elle reconnut en 1942 mais en précisant qu'il s'agissait d'un accident[36]. Le gaz moutarde était l'agent privilégié de la plupart des combattants, le Royaume-Uni en stockait 40 719 tonnes, l'Union soviétique, 77 400, les États-Unis, 87 000 et l'Allemagne, 27 597 tonnes[36].

La technologie des gaz joua un rôle important dans la Shoah.

Bien qu'ils fussent utilisés dans les années qui suivirent la Première Guerre mondiale, les armes chimiques ne furent pas utilisées à grande échelle jusqu'à l'utilisation de gaz moutarde et de gaz innervant par l'Irak lors de la guerre Iran-Irak. Ces gaz tuèrent 20 000 Iraniens et en blessèrent 80 000 autres, ce qui correspond environ au quart des morts causées par les armes chimiques pendant la Première Guerre mondiale[40].

Pertes[modifier | modifier le code]

La contribution des armes chimiques fut relativement faible. Les documents britanniques rapportent que seuls 3 % des soldats touchés mouraient, 2 % devenaient invalides et 70 % était prêts à retourner au combat en moins de six semaines. Toutes les victimes des gaz ont été psychologiquement marquées et le gaz est resté l'une des peurs majeures des soldats de première ligne.

« Il a été remarqué comme une blague que si quelqu'un criait "Gaz" en France, tout le monde mettrait un masque. ... Le traumatisme des gaz était aussi fréquent que l'obusite[41]. »

— H. Allen, Towards the Flame, 1934

Peinture de John Singer Sargent de 1918 nommée Gassed (gazé).
« 

Le gaz ! Le gaz ! Vite, les gars ! Effarés et à tâtons
Coiffant juste à temps les casques malaisés ;
Mais quelqu'un hurle encore et trébuche
Et s'effondre, se débattant, comme enlisé dans le feu ou la chaux…
Vaguement, par les vitres embuées, l'épaisse lumière verte,
Comme sous un océan de vert, je le vis se noyer.
Dans tous mes rêves, sous mes yeux impuissants,
Il plonge vers moi, se vide à flots, s'étouffe, il se noie.

 »

— Wilfred Owen, Dulce Et Decorum Est, 1917

Soldats de la 55e division britannique rendus aveugles par les gaz lacrymogènes à la bataille de la Lys en 1918.

La mort provoquée par les gaz était souvent longue et douloureuse. D'après Dennis Winter (Death's Men, 1978), une dose fatale de phosgène provoquait « une respiration haletante et difficile, un pouls de 120, un visage blême et l'expulsion de 2 litres d'un liquide jaune provenant des poumons chaque heure avant que le malade ne se noie 48 heures plus tard[42] ».

L'effet le plus courant d'une exposition était la cécité, le chlore et le gaz moutarde en étaient les causes principales. Une des peintures les plus célèbres de la guerre, Gassed de John Singer Sargent représente les gazés au gaz moutarde qu'il a croisé à la station médicale de Le bac-du-Sud près d'Arras en juillet 1918. Les gaz utilisés provoquaient une cécité temporaire ou une forte douleur oculaire. Les bandages étaient imbibés d'eau pour apporter un soulagement rudimentaire de la douleur le temps que les blessés atteignent une station médicale mieux équipée.

Le gaz moutarde fut le gaz qui causa le plus de pertes par gaz sur le Front de l'Ouest, bien qu'il n'ait été produit qu'en plus faibles quantités que les autres agents chimiques. Il causa 90 % des pertes britanniques dues aux armes chimiques et 14 % des pertes totales.

Pertes dues aux gaz[33]
Nation Morts Blessés
Empire russe 56 000 419 340
Allemagne 9 000 200 000
France 8 000 190 000
Empire britannique (Canada inclus) 8 109 188 706
Autriche-Hongrie 3 000 100 000
États-Unis 1 462 72 807
Italie 4 627 60 000
Total 88 498 1 240 853

Le gaz moutarde contrairement au chlore et au phosgène n'avait pas besoin d'être inhalé, une simple exposition cutanée suffisait. Celle-ci provoquait d'énormes cloques. Les muqueuses et les zones moites comme les yeux, le nez, les aisselles ou l'aine étaient particulièrement sensibles. Une exposition provoquait un gonflement de la conjonctive et des paupières les forçant à se fermer, rendant la victime temporairement aveugle. Les autres symptômes incluaient de violentes migraines, un pouls élevé, de la fièvre et une pneumonie causée par les liquides présents dans les poumons.

La plupart des survivants étaient traumatisés à vie. Des maladies pulmonaires et une perte de l'acuité visuelle étaient courantes.

L'une des victimes des gaz les plus célèbres fut Adolf Hitler, qui fut rendu temporairement aveugle par le gaz moutarde et fut soigné à Wervik. Cela explique en partie pourquoi Hitler a toujours refusé l'utilisation de gaz de combat sur les champs de bataille de la Seconde Guerre mondiale. L'autre raison est que la science des gaz avait encore progressé dans l'entre-deux-guerres et que les nouveaux composés étaient bien plus meurtriers que les précédents, la peur des représailles a donc empêché chacun des camps d'utiliser les armes chimiques durant cette guerre[43]. Cependant, des gaz toxiques comme le monoxyde de carbone ou le Zyklon B furent utilisés contre les déportés pendant la Shoah[44],[45].

Contre-mesures[modifier | modifier le code]

Aucun des belligérants de la Première Guerre mondiale n'étaient préparés à l'introduction des gaz de combat. Une fois que les armes chimiques furent utilisées, le développement des gaz et des masques à gaz fut rapide.

Même lors de la seconde bataille d'Ypres, l'Allemagne, encore non certaine de l'efficacité des gaz, ne fournit des masques à gaz qu'aux ingénieurs manipulant les gaz. À Ypres, un officier médical canadien identifia rapidement le chlore et recommanda aux troupes d'uriner sur les vêtements placés sur la bouche et le nez. Le premier équipement officiel fourni était également primitif : un tampon, imprégné de produits chimiques, était placé sur le bas du visage et des lunettes étaient destinées à protéger les yeux des gaz lacrymogènes.

Mitrailleuse lourde Vickers britannique dont les artilleurs portent des masques à gaz.

L'avancée suivante fut l'introduction de masques à gaz. Le premier masque britannique était un simple sac placé sur la tête et l'air devait passer à travers le tissu imprégné de produits chimiques destinés à neutraliser les gaz. Le masque possédait une visière assez fragile et il arrivait que les agents chimiques coulent dans les yeux des soldats en cas de pluie. La visière avait également tendance à d'embuer. Lors du combat, le masque à gaz était roulé sur la tête, prêt à être déroulé pour protéger le soldat. Le tissu était imprégné de thiosulfate de sodium. L'évolution de ce masque fut le masque P qui était imprégné de phénol. Un embout dans la bouche fut ajouté pour éviter l'accumulation de gaz carbonique. L'adjudant du London Regiment relate son expérience du masque à Loos :

« Les visières devinrent rapidement opaques et l'air arrivait en si faible quantités suffocantes que cela demandait un effort de volonté continu de la part du porteur[46]. »

Une version améliorée du masque P était le masque PH introduit en janvier 1916 et imprégné de méthénamine pour renforcer l'efficacité contre le phosgène[21].

Infanterie australienne portant des respirateurs à petite boîte, Ypres, septembre 1917.

Les masques avec respirateur représentaient le summum du masque à gaz pendant la Première Guerre mondiale. Ils étaient constitués de deux parties : un masque relié par un tube à un filtre dans une boîte. Celle-ci contenait des granules de produits chimiques qui neutralisaient les gaz présents dans l'air avant de l'envoyer vers le masque. Séparer le filtre du masque permettait d'augmenter la taille du filtre donc son efficacité mais également son encombrement. La première version connue sous le nom de « tour d'Harrison » fut jugée bien trop encombrante et réservée aux artilleurs.

Le respirateur « à petite boîte » était composé d'une seule pièce : un masque en caoutchouc avec des oculaires. La boîte contenant le filtre était suffisamment petite pour être enroulée autour du cou. Ce masque conçu par les Britanniques fut déployé dans le Corps expéditionnaire américain. Les soldats le considéraient comme leur bien le plus précieux ; lorsque les Britanniques durent faire retraite à la suite de l'offensive allemande du printemps 1918, certaines troupes avaient abandonnés leurs fusils mais avaient conservé leurs masques.

Chien de recherche de blessés muni d'un masque à gaz

Les humains n'était pas les seuls à nécessiter une protection ; les chevaux et les mules, qui étaient les principaux moyens de transport et les chiens utilisés comme messagers ou comme mascotte étaient parfois équipés de protections adaptées.

Pour le gaz moutarde qui pouvait causer de sévères lésions par simple contact avec la peau, aucune contre-mesure ne fut trouvée pendant la guerre. Les régiments écossais portant des kilts étaient particulièrement exposés. À Nieuport dans les Flandres, certains bataillons écossais portèrent des collants pour obtenir une forme de protection.

L'alerte aux gaz devint une routine pour les soldats de première ligne. Une cloche était souvent utilisée pour prévenir de l'arrivée du gaz.

Les autres tentatives de contre-mesures britanniques ne furent pas très efficaces. Une des propositions initiales était la fabrication de 100 000 ventilateurs pour disperser les gaz. La combustion de poussière de charbon ou de carbure de silicium fut testée. Il fut également proposé d'équiper les sentinelles de première ligne avec des scaphandres à casque.

Différents masques à gaz utilisés sur le front de l'Ouest.

Systèmes de diffusion des gaz[modifier | modifier le code]

Le premier système de diffusion était la libération du gaz contenu dans des bonbonnes de gaz sous un vent favorable pour qu'il soit transporté au-dessus des tranchées adverses. Cette méthode était relativement simple et permettait, sous de bonnes conditions climatiques, de produire un nuage épais permettant de surmonter les défenses des masques à gaz. Cependant, il fallait un grand nombre de bonbonnes et des conditions atmosphériques favorables pour ne pas voir le gaz refluer dans ses propres tranchées. De plus le nuage était un avertissement de l'approche du gaz et laissait le temps à l'ennemi de se protéger.

Les bonbonnes de gaz étaient donc placées en première ligne pour libérer le gaz directement au-dessus du no man's land. Cela signifiait qu'elles devaient être transportées à la main à travers le réseau de tranchées souvent encombré et détrempé puis stockées dans un abri pour éviter qu'elles ne soient détruites par un bombardement.

Attaque allemande sur le Front de l'Est

Une bonbonne de chlore britannique pesait 86 kg dont seulement 27 kg de chlore. Le phosgène introduit plus tard était contenu dans des bonbonnes de 23 kg.

Envoyer le gaz à l'aide d'obus d'artillerie aurait permis de résoudre la plupart des problèmes posés par les bonbonnes. Les obus à gaz étaient indépendants du vent et pouvaient être envoyés sans avertir l'adversaire en particulier dans le cas du phosgène, très peu odorant et incolore. Ils permettaient également d'atteindre des cibles beaucoup plus éloignées rendant tout le territoire à portée du canon vulnérable.

Chargement d'une batterie de mortier à gaz Livens.

Le principal défaut de cette technique était la difficulté d'atteindre une concentration mortelle. Chaque obus ne contenait qu'une quantité limitée de gaz et il fallait tirer de nombreux obus pour atteindre cette concentration. Le gaz moutarde, n'avait pas besoin de former un nuage concentré du fait de sa nature liquide. Il était donc parfait pour être utilisé par l'artillerie.

La solution pour atteindre une concentration létale était l'utilisation de mortiers à gaz. Il s'agissait d'un mortier de gros calibre tirant la bonbonne de gaz comme un missile. Le mortier Livens britannique (inventé par William Howard Livens en 1917) était très simple ; Un tube de 200 mm de diamètre était enterré dans le sol suivant un angle prédéfini, un propulseur était mis à feu par un signal électrique et projetait la bonbonne contenant 15 kg de gaz à près de 1 900 mètres. En faisant tirer un grand nombre de mortiers simultanément, une concentration mortelle pouvait être atteinte. Les premiers mortiers furent utilisés à Arras le 4 avril 1917. Le 31 mars 1918, les Britanniques conduisirent leur plus grand tir avec 3 728 bonbonnes à Lens.

Munitions non explosées[modifier | modifier le code]

Article principal : Munition non explosée.
Bonbonne de phosgène découverte dans la Somme en 2006

À la fin de la guerre près de 40 000 km2 durent être bouclés à cause des munitions non explosées. Près de 20 % des obus n'explosaient pas à l'impact, ce qui signifie qu'approximativement 13 millions de munitions n'avaient pas explosées et restaient sur place. Cela a constitué un sérieux problème pour l'utilisation des anciens champs de bataille. Les obus continuent d'être découverts par les fermiers lors des labours ou lors des travaux publics[47].

Une autre difficulté provient de la sévérité de la législation environnementale. Dans le passé, l'une des méthodes courantes pour se débarrasser des munitions non explosées était de les jeter à la mer, ce qui est aujourd'hui interdit dans de nombreux pays[48]. Pour cette raison, les stocks non traités se sont accumulés. En 2001, il devint évident que le stockage de Vimy menaçait d'exploser ; les habitants furent donc évacués et les 55 tonnes du stock furent transférés au camp militaire de Suippes[49] L'usine censée démanteler ces munitions est actuellement[Quand ?] en cours de construction[50].

Gaz utilisés[modifier | modifier le code]

A=Alliés, E=Empires centraux
Nom Première utilisation Type Utilisé par
Bromure de xylyle[51] 1914 Lacrymogène, toxique A et E
Bertholite (chlore)[52] 1915 Corrosif, irritant pour les poumons A et E
Phosgène[52] 1915 Corrosif, irritant pour les poumons, toxique A et E
Bromure de benzyle[51] 1915 Lacrymogène E
Chloroformate de chlorométhyle[51] 1915 Irritant pour les yeux, les poumons et la peau A et E
Diphosgène[51] 1916 Très irritant, provoque des brûlures A et E
Chloropicrine[52] 1916 Irritant, lacrymogène, toxique A et E
Chlorure d'étain(IV)[51] 1916 Très irritant, provoque des brûlures A
Iodoacétate d'éthyle[51] 1916 Lacrymogène, toxique A
Bromoacétone[51] 1916 Lacrymogène, irritant A et E
Bromométhyl éthyl cétone[51] 1916 Lacrymogène, irritant E
Acroléine[51] 1916 Lacrymogène, toxique A
Cyanure d'hydrogène[51] (acide prussique) 1916 Toxique, provoque l'asphyxie A
Sulfure d'hydrogène[51] 1916 Irritant, toxique A
Adamsite[52] 1917 Irritant, lacrymogène E
Chlorure de benzyle 1917 Irritant, lacrymogène E
Gaz moutarde[52] 1917 Vésicant, irritant pour les poumons A et E
Bis(chlorométhyl)éther 1918 Irritant, peut brouiller la vision E
Éthyl dichloroarsine[52] 1918 Vésicant E
N-éthylcarbazole 1918 Irritant E

Effets sur la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Lors de la troisième convention de Genève signée en 1925, les nations signataires s'engageaient à ne plus utiliser d'armes chimiques dans les futurs conflits, « l'usage militaire de gaz asphyxiants ou toxiques, ou tous les liquides, matériaux ou mécanismes similaires, ont été justement condamnés par le monde civilisé. »[53]

Néanmoins, des précautions furent prises lors de la Seconde Guerre mondiale. Dans les deux camps, on apprenait aux enfants à enfiler un masque à gaz en cas d'attaque. L'Italie utilisa les gaz contre l'Éthiopie en 1935 et 1936 tout comme le Japon contre la Chine en 1941. L'Allemagne développa de nouveaux composés chimiques comme les gaz tabun, sarin et soman et employa le zyklon B dans les camps d'extermination. Ni l'Allemagne, ni les Alliés n'utilisèrent leurs armes chimiques, bien qu'ils disposaient de stocks très importants, sans doute par peur des représailles. Les États-Unis envisagèrent d'utiliser les gaz de combat dans leur projet d'invasion du Japon[54].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Toxiques chimiques de guerre, produits entre 1915 et 1918, avec dénominations de l'époque[55][modifier | modifier le code]

...

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

  • Yves Buffetaut, La Première attaque aux gaz : Ypres, 22 novembre 1915 : Bretons, coloniaux et Normands dans l'enfer des gaz, Louvier, Ysec, coll. « Un jour de la Grande guerre »,‎ 2003, 80 p. (ISBN 2-84673-020-2).
    Titre de couverture : Ypres, 22 avril 1915.
  • Joseph Clément et Jean-Pierre Cotte (dir.), Carnets de guerre d'un officier d'infanterie territoriale, lieutenant Clément Joseph, au 76ème RIT, 5 octobre 1914 au 20 novembre 1918 et La première attaque aux gaz du 22 avril 1915, Plessala, Association Bretagne 14-18,‎ 2006, 99 p. (ISBN 2-913518-37-0).
  • Gaz ! gaz ! gaz ! : la guerre chimique 1914-1918, Péronne, Historial de la Grande guerre,‎ 2010, 111 p. (ISBN 978-2-9519762-6-9).
    Catalogue de l'exposition organisée par l'Historial de la Grande Guerre, du 29 juin au 14 novembre 2010.
  • Gérard Lachaux et Patrice Delhomme, La Guerre des gaz : 1915-1918, Paris, Hégide,‎ 1985, 157 p. (ISBN 2-904098-03-8).
  • Olivier Lepick (préf. Pierre Chaunu), La Grande Guerre chimique : 1914-1918, Paris, PUF, coll. « Histoires »,‎ 1998, 384 p. (ISBN 978-2-13049-540-6).
  • Eugène Tassilly (préf. M. le Lt.-Cel. breveté Lauth), Les Gaz de combat : protection et agression : conférence avec projections, 11 novembre 1921, Paris, Association des officiers de complément de l'École d'instruction d'infanterie de l'École militaire,‎ 1921, 42 p.
  • Paul Voivenel et Paul Martin (préf. Paul Lafargue, post. Bernard Marc), La Guerre des gaz : 1915-1918, Paris, B. Giovanangeli,‎ 2005, 2e éd. (1re éd. 2004), 230 p. (ISBN 2-909034-62-3).

En anglais[modifier | modifier le code]

  • (en) S. Bull (trad. de l'allemand), Trench warfare, Londres, PRC Publishing,‎ 2003 (ISBN 978-1-85648-657-6, OCLC 54425035, LCCN 2004268168)
  • (en) F. D. Chattaway, « The Action of Chlorine upon Urea Whereby a Dichloro Urea is Produced », Proceedings of the Royal Society of London. Series A, Containing Papers of a Mathematical and Physical Character, vol. 81, no 549,‎ 1908, p. 381–388 (DOI 10.1098/rspa.1908.0094, lire en ligne)
  • (en) James Edward Edmonds, Wynne, Graeme Chamley, Military Operations: France and Belgium, 1915, volume 1., Macmillan and co., limited,‎ 1927
  • (en) F. Fassihi, « In Iran, grim reminders of Saddam's arsenal », The New Jersey Star-Ledger,‎ 27 oct. 2002 (lire en ligne)
  • (en) L. F. Haber (trad. de l'allemand), The Poisonous Cloud; Chemical Warfare in the First World War, Oxford, Oxford University Press,‎ 1986 (ISBN 978-0-19-858142-0, LCCN 85010638)
  • (en) R. Harris, Paxman, J. (trad. de l'allemand), A Higher Form of Killing : The Secret History of Chemical and Biological Warfare, New York, Random House Trade Paperbacks,‎ 2002, poche (ISBN 978-0-8129-6653-4, LCCN 2002017948) (first published 1982)
  • (en) Albert Palazzo (trad. de l'allemand), Seeking Victory on the Western Front: The British Army & Chemical Warfare in World War 1, Lincoln, U of Nebraska press,‎ 2000 (ISBN 978-0-8032-8774-7)
  • (en) Winter, D. (trad. de l'allemand), Death's Men: Soldiers of the Great War, Londres, Penguin Books,‎ 1978 (ISBN 978-0-14-016822-8)
  • (en) Charles Howard Foulkes, "Gas!" The Story of the Special Brigade, Published by Naval & Military P.,‎ 2001 (1re éd. First published Blackwood & Sons, 1934) (ISBN 978-1-84342-088-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b La guerre des gaz - Prélude à la Guerre chimique
  2. (en) Ludwig Fritz Haber (trad. du russe), The Poisonous Cloud: Chemical Warfare in the First World War, Oxford, Oxford University press,‎ 1986 (ISBN 978-0-19-858142-0, LCCN 85010638)
  3. (en) L. B. Taylor, Taylor, C. L. (trad. du russe), Chemical and Biological Warfare, New York, Franklin Watts,‎ 1992 (ISBN 978-0-531-13029-2, OCLC 26053451, LCCN 92017083)
  4. Legg, J.; Parker, G., « The Germans develop a new weapon: the gas cloud », The Great War,‎ 2002 (consulté le 2007-08-06)
  5. Staff, « Fritz Haber », Chemical Heritage Foundation,‎ 2005 (consulté le 2007-08-06)
  6. (en) Werner Abelshauser (trad. de l'allemand), German Industry and Global Enterprise, BASF: The History of a Company, New York, Cambridge University Press,‎ 2003 (ISBN 978-0-521-82726-3, LCCN 2003055424)
  7. (de) N. Melek Aksulu, « Die Feldpostbriefe Karl v. Zinglers aus dem Ersten Weltkrieg », Nobilitas, Zeitschrift für deutsche Adelsforschung Folge, vol. IX, no 41,‎ mai 2006, p. 57 (lire en ligne) [PDF] — Rousselare 2 Januar 15 ... Auf anderen Kriegsschauplätzen ist es ja auch nicht besser und die Wirkung von unserem Chlor soll ja sehr gut sein. Es sollen 140 englische Offiziere erledigt worden sein. Es ist doch eine furchtbare Waffe....
  8. (en) Jonathan B. Tucker (trad. de l'allemand), War of Nerves: Chemical Warfare from World War I to Al-Queda, New York, Pantheon Books,‎ 2006, 1e éd., relié (ISBN 978-0-375-42229-4, LCCN 2005050053)
  9. Staff, « On the Western Front, Ypres 1915 », Veteran Affairs Canada,‎ 29 juillet 2004 (consulté le 2008-04-08)
  10. Edmonds and Wynne (1927): p. 289.
  11. (en) Romano, James A.; Lukey, Brian J.; Salem, Harry (trad. de l'allemand), Chemical warfare agents: chemistry, pharmacology, toxiqueology, and therapeutics, Boca Raton, CRC Press,‎ 2007, 2nd éd. (ISBN 978-1-4200-4661-8, LCCN 2007027747), p. 5
  12. A. Kojevnikov, « The Great War, the Russian Civil War, and the Invention of Big Science », Science in Context, vol. 15, no 2,‎ juin 2002, p. 239–275 (PMID 12467271, lire en ligne [PDF])
  13. For example, see: Frederick Daniel Chattaway, « The Action of Chlorine upon Urea Whereby a Dichloro Urea is Produced », Proceedings of the Royal Society of London, vol. 81, no 549,‎ 22 décembre 1908, p. 381–388 (DOI 10.1098/rspa.1908.0094, lire en ligne)
  14. Donal O'Leary, « Chlorine », University College Cork,‎ 2000 (consulté le 2007-08-02)
  15. Jones, E.; Everitt, B.; Ironside, S.; Palmer, I.; Wessely, S., « Psychological effects of chemical weapons: a follow-up study of First World War veterans », Psychological Medicine, vol. 38, no 10,‎ 2008, p. 1419–26 (lire en ligne)
  16. a et b Edmonds and Wynne (1927): p. 217.
  17. Texte original : "It is a cowardly form of warfare which does not commend itself to me or other English soldiers.... We cannot win this war unless we kill or incapacitate more of our enemies than they do of us, and if this can only be done by our copying the enemy in his choice of weapons, we must not refuse to do so."
  18. (en) Cook, Tim (trad. de l'allemand), No Place to Run: The Canadian Corps and Gas Warfare in the First World War, Vancouver, UBC Press,‎ 1999, poche (ISBN 978-0-7748-0740-1, OCLC 42683133, LCCN cn99911019), p. 37
  19. http://www.firstworldwar.com/weaponry/gas.htm
  20. (en) Mary Jo Nye (trad. de l'allemand), Before big science: the pursuit of modern chemistry and physics, 1800-1940, Cambridge, Harvard University Press,‎ 1999, 1e éd., poche (ISBN 978-0-674-06382-2, LCCN 96022963), p. 193
  21. a, b, c et d Staff, « Choking Agent: CG », CBWInfo,‎ 2004 (consulté le 2007-07-30)
  22. (en) Kiester, Edwin, et al. (trad. de l'allemand), An Incomplete History of World War I, vol. 1, Millers Point, Murdoch Books,‎ 2007 (ISBN 978-1-74045-970-9), p. 74
  23. Staff, « Facts About Phosgene », CDC,‎ 22 February 2006 (consulté le 2008-05-23)
  24. (en) Ludwig Fritz Haber (trad. de l'allemand), The poisonous cloud: chemical warfare in the First World War, Oxford, Oxford University Press,‎ 1986 (ISBN 978-0-19-858142-0, LCCN 85010638), p. 70
  25. (en) Pradyot Patnaik (trad. de l'allemand), A comprehensive guide to the hazardous properties of chemical substances, Hoboken, Wiley-Interscience,‎ 2007, 3e éd. (ISBN 978-0-471-71458-3, LCCN 2006052997), p. 85
  26. Staff, « A Short History of Chemical Warfare During World War I », Noblis, Inc.,‎ 2009-01-08 (consulté le 2009-01-25)
  27. (en) Steven L. Hoenig (trad. de l'allemand), Handbook of Chemical Warfare and Terrorism, Westport (Connecticut), Greenwood Press,‎ 2002, 1e éd. (ISBN 978-0-313-32407-9, LCCN 2002067841)
  28. Staff, « Facts About Sulfur Mustard », Centers for Disease Control and Prevention,‎ 22 February 2006 (consulté le 2006-08-10)
  29. Sidell, F. R.; Urbanetti, J. S.; Smith, W. J.; Hurst, C. G., Medical Aspects of Chemical and Biological Warfare, Office of The Surgeon General, Department of the Army, United States of America,‎ 1997 (ISBN 9997320913, lire en ligne), « Chapter 7. Vesicants »
  30. Texte original : « I wish those people who talk about going on with this war whatever it costs could see the soldiers suffering from mustard gas poisoning. Great mustard-coloured blisters, blind eyes, all sticky and stuck together, always fighting for breath, with voices a mere whisper, saying that their throats are closing and they know they will choke. »
  31. (en) Vera Brittain, Testament of Youth: An Autobiographical Study of the Years 1900-1925, New York, The Macmillan Company,‎ 1933
  32. (en) Dolev, Eran; Lillywhite, Louis (trad. de l'allemand), Allenby's military medicine: life and death in World War I Palestine, Londres, I. B. Tauris,‎ 2007, relié (ISBN 978-1-84511-290-5), p. 37–38
  33. a et b Michael Duffy, « Weapons of War - Poison Gas », firstworldwar.com,‎ August 22, 2009 (consulté le 2009-10-25)
  34. (en) Benedict Crowell, Wilson, Robert Forrest, The Armies of Industry: Our Nation's Manufacture of Munitions for a World in Arms, 1917-1918, vol. 5, Yale University Press,‎ 1921 (lire en ligne), p. 491, 500
  35. Vilensky, Joel A.; Sinish, Pandy R., « Blisters as Weapons of War: The Vesicants of World War I », Chemical Heritage Newsmagazine, vol. 24, no 2,‎ 2006 (lire en ligne)
  36. a, b et c Staff, « Blister Agent: Sulfur Mustard (H, HD, HS) », CBWInfo,‎ 2005 (consulté le 2007-07-30)
  37. « WMDs: the biggest lie of all » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), New Statesman, 25 août 2003. Consulté le 5 juin 2013
  38. Staff, « History of Chemical and Biological Warfare: 1901-1939 A.D. », Public Health Emergency Preparedness and Response, Pinal County,‎ 2003 (consulté le 2007-07-30)
  39. Staff, « 1930s », CNN (consulté le 2007-07-30)
  40. (en) Farnaz Fassihi, « In Iran, grim reminders of Saddam's arsenal », The Star-Ledger,‎ 27 oct. 2002 (lire en ligne)
  41. Texte original : It was remarked as a joke that if someone yelled 'Gas', everyone in France would put on a mask. ... Gas shock was as frequent as shell shock.
  42. Texte original : « shallow breathing and retching, pulse up to 120, an ashen face and the discharge of four pints (2 liters) of yellow liquid from the lungs each hour for the 48 of the drowning spasms.
  43. Barton J. Bernstein, « Why We Didn’t Use Poison Gas in World War II », American Heritage,‎ 2006 (consulté le 2007-08-02)
  44. W. G. Eckert, « Mass deaths by gas or chemical poisoning. A historical perspective », American Journal of Forensic Medicine and Pathology, vol. 12, no 2,‎ juin 1991, p. 119–25 (PMID 1882776, DOI 10.1097/00000433-199106000-00007)
  45. Paul Weindling, « The uses and abuses of biological technologies: Zyklon B and gas dinfestation between the first world war and the holocaust », History and Technology, vol. 11, no 2,‎ 1994, p. 291–298 (DOI 10.1080/07341519408581867)
  46. (en) Warner, Philip (trad. de l'allemand), The Battle of Loos, Ware, Wordsworth Editions,‎ 2000 (ISBN 978-1-84022-229-6, LCCN 2003464167), p. 103
  47. (en) Eric Croddy (trad. de l'allemand), Chemical and Biological Warfare: A Comprehensive Survey for the Concerned Citizen, New York, Springer,‎ 2002 (ISBN 978-0-387-95076-1, LCCN 2001054929)
  48. (en) Bothe, Michael; Ronzitti, Natalino; Rosas, Allan (trad. de l'allemand), The new Chemical Weapons Convention—implementation and prospects, La Haye, Martinus Nijhoff Publishers,‎ 1998 (ISBN 978-90-411-1099-2, LCCN 98042960), p. 208
  49. J. C., « Sécurité. Les 55 tonnes d’obus chimiques sont stockées au camp militaire de Suippes. », L'Humanité,‎ 17 avril 2001 (consulté le 2007-07-30)
  50. J. C., « Déminage », Sénat,‎ 17 avril 2001 (consulté le 2007-07-30)
  51. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k E. M. Cowell, « Chemical Warfare and the Doctor », The British Medical Journal, vol. 2,‎ octobre 1939, p. 736–738 (DOI 10.1136/bmj.2.4109.736)
  52. a, b, c, d, e et f Adelno Gibson, « Chemical Warfare as Developed During the World War—Probable Future Development », Bulletin of the New York Academy of Medicine, vol. 13, no 7,‎ juillet 1937, p. 397–421 (PMID 19312026, PMCID 1966130, lire en ligne)
  53. Third Geneva Convention, « Text of the Biological and Toxin Weapons Convention », Brigham Young University,‎ 17 juin 1925 (consulté le 2007-08-04)
  54. Barton J. Bernstein, « Why We Didn’t Use Poison Gas in World War II », American Heritage, vol. 36, no 5,‎ août-septembre 1985 (lire en ligne)
  55. Dossier vestiges de guerre, mai 2003