Gayal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaur.

Le gaur ou seladang (Bos gaurus), sauvage, et le gayal ou mithan (ou mithun) (Bos frontalis), sauvage ou domestiqué, sont désormais considérés comme formant une seule espèce : Bos frontalis.

Répartition[modifier | modifier le code]

 v · d · m  Caractéristiques
   
masse 800
450
1000
700
kg
longueur 250 - 330 cm
hauteur 200
160
220
170
cm
queue 70-100 cm
cornes 60-115 cm
queue 70-100 cm
robe brune à noir,
bas blancs
 
amours déc à juin  
gestat. 275 jours
petits 1 / an
sevrage 7 à 9 mois
mat.sex. 2 à 3 ans

Les gaurs vivent de l'Inde (Bos frontalis gaurus) à l'Indochine (Bos frontalis laosiensis) en passant par le Tibet et le Yúnnán (sud de la Chine). Ils se sont éteints au Sri Lanka pendant la période historique. Leurs fossiles ont été nommés Sinhaleyus† (Deraniyagala, 1939).

Gaurs.
Gaur bandipur.jpg

Sous-espèces et noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • Bos frontalis gaurus[1]gauri gau, gaur (Népal, Inde), gaviya en Marāṭhī, jungli khoolga en Dakkhani…
  • Bos frontalis frontalis[2]asseel gyal[3], gayal (Chittagong), gabay[4] (Sylhet), bunnoorea ghooroo en Assamais
  • Bos frontalis laosiensis[5]seladang en malay, krating en thaï, katu poth, peoung (Birmanie).
  • Bos frontalis sinhaleyus † — (Sri Lanka)

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Leur robe est sombre allant du noir au brun rouge foncé. Les pattes ont une coloration blanche évoquant des bas. Les gaurs mâles atteignent 170 à 220 cm au garrot, pour 600 à 1 000 kg, alors que les femelles ne pèsent que de 450 à 800 kg. Ils présentent une crête musculaire prononcée entre les épaules et un fanon pendant entre les pattes de devant. Les gayals ou mithan diffèrent des gaurs par des pattes plus courtes. Leurs taureaux n'ont pas de bosse dorsale. Leurs cornes poussent directement vers le haut, alors que celles des gaurs s'incurvent avec les pointes en vis-à-vis. Ces dernières, longues d'environ 80 cm, sont blondes à la base avec les pointes noires. Elles sont implantées dans un massif volumineux situé sur le dessus de la tête.

Écologie et comportement[modifier | modifier le code]

À l’état sauvage les gaurs vivent en petites hardes pouvant compter jusqu’à quarante individus, se nourrissant d’herbes, de jeunes pousses et de fruits. Ils sont surtout la proie des tigres et des léopards. Les tigres sont parmi les rares prédateurs (autres que l'homme) à pouvoir tuer un adulte, dont le poids peut atteindre la tonne.

Là où ils ne sont pas troublés par l’homme, les gaurs mènent une vie essentiellement diurne, montrant le plus d’activité le matin et en fin d'après-midi, et se reposant aux heures les plus chaudes de la journée. Cependant, là où des populations humaines ont dérangé leur mode de vie, comme d'autres espèces de mammifères, ils sont devenus en grande partie nocturnes, et on en voit rarement en espace découvert après 8 heures du matin. À la saison sèche, les troupeaux se rassemblent et résident dans des secteurs restreints, ne se dispersant dans les collines qu'à l'arrivée de la mousson. Alors qu’ils dépendent de l'eau pour boire, ils ne semblent ni se vautrer ni même se baigner. En cas d’alerte ils courent à une vitesse surprenante pour se réfugier sous le couvert de la jungle.

Ils vivent en troupeaux conduits par un mâle adulte, le seul qui en fasse partie. Au plus fort de la saison des amours, des mâles isolés errent à la recherche de femelles réceptives. Les combats entre mâles sont peu violents, la taille étant le principal facteur de dominance. Quand ils veulent s’accoupler, les mâles lancent un appel clair et sonore qui peut porter à plus de 1,6 kilomètre.

Les gaurs émettent également une sorte de sifflement qui leur sert de signal d'alarme, et un cri plus bas qui rappelle le beuglement des vaches.

La densité moyenne des populations est d’environ 0,6 animal au kilomètre carré, avec des troupeaux qui occupent un espace de 80 kilomètres carrés environ.

Les hommes et les gaurs[modifier | modifier le code]

Danger pour la survie[modifier | modifier le code]

L'UICN range le gaur parmi les espèces en danger. La chasse et les épidémies qui frappent le bétail ont fortement réduit leur effectif. Aujourd'hui, il reste environ 20 000 gaurs sauvages qui vivent dispersés et isolés les uns des autres dans des régions très limitées. L’évolution des populations varie selon les pays : en Inde où les réserves se sont accrues dans les années 1990, vivent aujourd'hui 90 % de tous les gaurs sauvages. Au contraire, dans tous les pays du Sud-Est asiatique la situation est dramatique : toutes les populations y sont menacées de disparition.

Domestication[modifier | modifier le code]

Les gaurs appartiennent aux cinq espèces de bovins qui ont été domestiquées par l’homme. La variété domestique est appelée gayal ou mithan (Bos frontalis frontalis). Le gayal est nettement plus petit que son ancêtre sauvage. On l’emploie comme bête de somme ou pour produire de la viande. Les gayals ne sont employés que dans les régions indiennes de Manipur et de Nagaland, frontalières du Myanmar ou encore au Bangladesh au nord-est de Chittagong ; ailleurs, on les trouve en petit nombre et ils ne sont pas domestiqués. Le plus souvent, les troupeaux de gayals vivent à moitié sauvages dans la jungle et ne viennent qu’occasionnellement dans les villages. En de nombreux endroits, cependant, les gayals ont été croisés avec des bœufs domestiques ; ces hybrides sont utilisés dans d'autres régions de l'Inde. On retrouve chez eux les qualités typiques des animaux domestiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le gaur a été nommé Bison gaurus (Hamilton Smith, 1827), Bos gour (Hardwicke, 1827), Bos guavera (Kerr, 1792), Bibos cavifrons (Hodgson, 1837), Bibos subhemachalanus (Hodgson, 1837), Bisonius subhaemachalensis (Hodgson), Bos Hardwickii (J. Brook, 1825), Bos aculeatus (Cuvier), Bos asseel (Horsefield, 1851)…
  2. Le gayal (assal gyal, asseel gayal, asseel gaydl, gau, gavi…) a été nommé : Bos frontalis (Lambert, 1804), Bos gavaeus (Colebrook, 1805), Bos bubalis, Bos sylhetanus (Cuvier, 1824)…
  3. D'après Thomas Hardwicke, Asseel est un mot de l'est de l'Inde signifiant "noble", "non domestiqué" ; les formes domestiques sont appelées gobbah, gabay.
  4. gabay bichal (♂) / gabay gye (♀)
  5. Bos laosiensis (Heude, 1901), Bos annamiticus, Bos brachyrhinus, Bos diardii, Bos fuscicornis, Bos hubbacki, Bos leptoceros, Bos mekongensis, Bos platyceros, Bos readei, Bos sylvanus…

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :