Gauville (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gauville.
Gauville
Traditions ancestrales.
Traditions ancestrales.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Arrondissement d'Amiens
Canton Canton de Poix-de-Picardie
Intercommunalité Communauté de communes du Sud-Ouest Amiénois
Maire
Mandat
Annie Louvard
2014-2020
Code postal 80290
Code commune 80375
Démographie
Population
municipale
379 hab. (2011)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 46′ 56″ N 1° 47′ 30″ E / 49.7822, 1.791749° 46′ 56″ Nord 1° 47′ 30″ Est / 49.7822, 1.7917  
Altitude Min. 115 m – Max. 213 m
Superficie 7,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gauville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gauville

Gauville est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Gauville est situé dans le sud-ouest du département de la Somme, à la limite avec la Seine-Maritime.

Sol, relief, hydrologie[modifier | modifier le code]

Le sol laisse difficilement passer l'eau. Il est parsemé de silex, particulièrement denses au niveau du bois de Tous-Vents. La terre peut être utilisée à la fabrication de briques de bonne qualité.

Les étroits plateaux plus ou moins boisés qui dominent la vallée de la Bresle s'étendent à perte de vue[1].

La profondeur de la nappe d'eau (100 à 120 pieds) rend problématique le creusement des puits pour l'alimentation. Des citernes pourvoient en 1899 aux besoins du village, les mares étant de terribles lieux de contagion[1].

Villlages voisins[modifier | modifier le code]

La commune est bordée par les limites de :

- au nord, Montmarquet,

- est et sud, Morvillers-Saint-Saturnin,

- sud-est, Aumale,

- ouest, Sainte-Marguerite.

Histoire[modifier | modifier le code]

Attestant d'une occupation préhistorique, des armes de pierre ont été trouvées à Gauville. Elles ont alimenté un musée scolaire[1].

Dès le XIIe siècle, le village dispose d'une église, à côté d'un manoir complètement disparu[1].

La famille Bethfort descendrait d'un élément de l'armée d'Edouard III qui s'est établie un temps dans le village, à l'époque de la Guerre de Cent Ans[1].

Sous l'ancien régime, le village faisait partie du duché de Normandie et du bailliage d'Aumale[1],[2].

En 1589, Henri IV, poursuivi par les Ligueurs d'Aumale, se réfugie sur les hauteurs de Gauville[1].

Pendant le règne de Louis-Philippe Ier, la construction d'une route reliant le Coq-Gaulois à la route Abbeville-Le Tréport a permis une meilleure desserte du village et par là, son développement[1].

Pendant la guerre de 1870-1871, le village est occupé une journée par les Prussiens, après la bataille de Dury. Un jeune de la commune est fait prisonnier : il est emmené en Allemagne[1].

Pendant les guerres coloniales, des recrues du village ont combattu au Tonkin et en Tunisie[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les graphies de Guohauville, Gauhauville et Gaulville sont relevées. Une explication sur le sens de l'appelllation : lieu où se rassemblait la jeunesse. D'autre part, Gaudü villa signifierait village de joie[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Pierre Bernard[3]    
mars 2008 avril 2014 André Fleury[3]    
avril 2014[4] en cours
(au 28 mai 2014)
Annie Louvard[3]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 379 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
400 318 431 396 443 431 450 461 469
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
460 418 403 425 394 385 388 367 331
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
318 287 284 243 239 267 263 261 247
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
262 284 290 301 310 397 416 407 391
2011 - - - - - - - -
379 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Clément et Saint-Léonard.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Notice géographique et historique, réalisée par l'instituteur de Gauville, M. Parment, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens.
  2. http://archives.somme.fr/ark:/58483/a011261413543eOFS0r
  3. a, b et c « Trente- quatre mètres pour protèger les jeunes hommes : Annie Louvard, André Fleury et Pierre Bernard, les trois maires successifs de Gauville, ont assisté à la levée de l'arbre », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3291,‎ 28 mai 2014, p. 29
  4. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 7 avril 2014, p. 18.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :