Gaule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gaules)
Aller à : navigation, rechercher

46° 30′ N 2° 54′ E / 46.5, 2.9

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaule (homonymie).
Carte de la Gaule et de ses principales régions selon Jules César avant la conquête complète (58 avant J.-C.) : Gaule celtique (en vert et l'Armorique en bleu parfois rattachée aux Belges), Gaule belgique (en orange), Gaule aquitaine (en bourgogne) et Gaule narbonnaise (en jaune).
Situation de la Gaule dans l'empire romain.

La Gaule (ou les Gaules), en latin Gallia, est le nom donné par les Romains à un territoire occupé par des populations celtes (gaulois, belges) et aquitaines. Les romains distinguaient la Gaule transalpine comprise entre les Pyrénées, les Alpes et le Rhin (soit la France, la Belgique et le Luxembourg),de la Gaule cisalpine (nord de l'Italie). La Gaule passe progressivement sous le contrôle des romains entre la fin du IIIe siècle av. J.-C. et le début du IIe siècle av. J.-C..Ceux-ci romanisent alors les populations soumises que l'on nomme par la suite gallo-romains. Le nom de « Gaule» subsiste jusqu'à l'époque carolingienne où il est remplacé par l'ethnonyme « Francia » [1]

Les principales traces de la civilisation de la Gaule celtisée se trouvent dans les milliers de toponymes qui perpétuent le souvenir des Gaulois[2]. Quant à l'Aquitaine césarienne, malgré quelques influences culturelles gauloises, elle se différencie du reste de la Gaule par son assise linguistique basque-aquitaine[3].

Une création romaine[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Les auteurs latins utilisent déjà le nom de Galli (« Gaulois »), pluriel de Gallus, habitants de la Gallia « Gaule », pour désigner les Celtes installés en Gaule et en Galatie.

Le nom de Gallia est attesté pour la première fois chez Porcius Caton vers 168 av. J.-C., mais il est fort probable que son emploi soit plus ancien. Il servait d'abord à désigner les peuples celtes qui avaient envahi la plaine du nommée par la suite Gaule cisalpine. Cependant, c'est seulement avec la Guerre des Gaules, de Jules César, que ces concepts vont se diffuser largement, le proconsul romain taillant dans la civilisation celtique une unité géographique arbitraire correspondant aux limites de sa conquête de la Gaule[4].

L'historien Richer de Reims a fourni une étymologie pittoresque dans ses Historiae : « j'ai jugé à propos de n'indiquer que les parties d'une seule partie de l'Europe, la Gaule. Son nom lui vient de la blancheur parce que ceux qui en sont originaires présentent la caractéristique d'un type très blanc. » Et en note, nous avons : « Étymologie empruntée à Isidore de Séville, au dire duquel le nom de la Gaule vient du grec « gala » c'est-à-dire « lait ». La Gaule tire son nom de la blancheur de sa population, car « gala » signifie « lait » en grec. »[5].

Plus sérieusement, on ne connaît pas avec certitude l'étymologie du terme latin Gallus, mais il pourrait être lui-même un emprunt au celtique. Peut-être s'agit-il d'un type *galiā, d'un radical *gal-, qui devait désigner la force, terme restitué d'après le vieil irlandais gal « fureur guerrière », également radical du gallois gallud « pouvoir », breton galloud, idem[6]. Les Galli seraient donc « les forts » ou « les furieux »[7]. Le radical *gal- ou *gali- serait en outre à l'origine des mots français jaillir (< bas latin *galire)[8] et gaillard[9].

Ce n'est qu'à la Renaissance que le nom latin Gallus est associé, par le processus relevant de l'étymologie populaire, à son homonyme latin gallus « coq » (latin gallus > ancien français jal, jau « coq », l'étymologie de ce gallus-coq le faisant peut-être remonter à une famille signifiant « faire du bruit, chanter »), devenu ainsi l'animal emblématique de la France lors de la redécouverte de « nos ancêtres les Gaulois »[10]

Les mots français Gaule et gaulois sont les traductions usuelles des mots latins Gallia, Gallus et Gallicus, mais ils n'en procèdent pas directement. En effet, l'étymologie des mots français est différente, car le passage hypothétique de Gallia à Gaule présente quelque difficulté phonétique (cf. gallus « coq » > ancien français jal « coq », forme régulière), l'évolution phonétique régulière aurait dû se faire en *Jaille (cf. La Jaille-Yvon, Yvo de Gallia en 1052 - 1068[11]). L'origine la plus vraisemblable en est le terme par lequel les Germains désignent des peuples non germaniques situés à l'ouest ou plus au sud, c'est-à-dire des Celtes ou des locuteurs de langue latine : *walha « les Celtes » ou « les Romans » (cf. Walh et *walhisk > Welsche dans les dialectes allemands du sud et signifiant « Romans, Français, Italiens » et les noms anglais pour les territoires celtiques Wales et Cornwall)[12],[13]. D'ailleurs, les significations de « gallois », de « gaulois » et de « celte » en général sont généralement rendues par les mêmes termes en ancien français, c'est-à-dire gualeis, galois, walois. Walois (avec conservation du w) désigne aussi la « langue d'oïl » et Galois « habitant de la Gaule » à la fin du XIVe siècle. Par contre, « gaulois » semble une réfection ou un dérivé avec le suffixe -ois à partir du terme Gaule[14].

Les termes latins Gallia, Gallus, qui désignaient une réalité politique romaine, auront disparu lors de l'effondrement de l'Empire romain et de la constitution de nouvelles entités politiques, notamment du royaume des Francs. Les habitants vont, dès lors, se considérer comme Franci, vivant en Francia. Ce n'est que plus tard, avec la redécouverte du passé « gaulois », que les lettrés se serviront des termes Gaule et Gaulois pour traduire les mots latins en français, sans que cela n'implique une filiation étymologique entre eux. Dans ce cas, il ne s'agit que d'une simple ressemblance phonétique et sémantique.

La Gaule avant Jules César[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la conquête romaine, de -58 à -51, le mot Gaules correspond à une aire culturelle et militaire fondée sur une centralité religieuse[15] et des fédérations de peuples alliés ou tributaires qui se comprenaient et se donnaient une origine commune[16], ainsi que le montrent les commentaires de l'antiquité et du haut Moyen Âge ; en revanche, la Celtique désigne, pour les archéologues, l'ensemble des territoires peuplés par les Celtes historiques au deuxième Âge du fer dépassant le cadre de la seule Gaule (le peuple gaulois étant l'un seulement des peuples de langue et de culture celtiques...).

Le nom « Gaulois » ne désigne pas les individus habitants de ce territoire, mais les diverses cités unies dans les principales confédérations (comme les Éduens ou les Arvernes) avec un statut d'allié, de tributaire ou d'invité (pour les peuples ou les éléments de peuples étrangers formant une colonie ou bénéficiant d'un traité d'hospitalité). Lorsqu'elles ne les ont pas chassés ou massacrés, les cités gauloises ont recouvert ou absorbé les peuples préexistants qui n'ont plus de droit de cité.[réf. nécessaire]

Une assemblée des Gaules (il s'agirait des trois circonscriptions territoriales galloromaines: Gaules aquitaine, celte et belge) est mentionnée tardivement.

Tacite dit que dans le temps qu'Auguste mourut, Germanicus se trouvoit occupé à faire le recensement des Gaules, ce qui suppose la tenue d'une assemblée de cette grande province. Nous trouvons encore une autre séance de l'assemblée des Gaules sous le règne de Vespasien. L'histoire de Tacite nous apprend que sous cet empereur il se tint une assemblée des députés de toutes les Gaules, qui paraît avoir été une assemblée représentative réglée[17],[18].

Le territoire[modifier | modifier le code]

Vue générale des territoires de la civilisation de Hallstatt et de La Tène. Le berceau du Hallstatt (- 800) est en jaune foncé, et les territoires sous son influence (- 500) sont en jaune clair. Le berceau de La Tène (-450) est en vert foncé et les éventuels territoires sous son influence (- 50) sont en vert clair. Les territoires de quelques tribus celtes importantes sont nommés.

Vers -475 / -450, les territoires de la Gaule au début de la Tène (deuxième âge du fer), étaient englobés dans un vaste ensemble continental s'étendant de l'Atlantique jusqu'au Danube et étaient nommés « celtiques » par les premiers témoignages écrits dont nous disposons : ceux des Grecs (notamment Aristote).

Au milieu du premier siècle avant l'ère chrétienne Jules César divise la Gaule transalpine en trois parties : la Gaule celtique, la Gaule aquitaine et la Gaule belgique (cf. carte). Ce découpage schématique correspondait à des considérations géopolitiques propres aux Romains, Strabon qui fournit des délimitations différentes le précise en au moins deux occasions[19],[20]. Si la Gaule proprement dite apparaît sous la plume des Romains, elle trouve aussi sa définition à travers l'histoire de sa conquête par ces derniers.

La conquête des Gaules[modifier | modifier le code]

Schématiquement, la conquête romaine de la Gaule fut réalisée en trois phases :

La Cisalpine, intégrée à l'Italie sous la République, devint une extension de Rome, tandis que la Narbonnaise constitua une « province » romaine située hors d'Italie (le mot latin provincia, littéralement « vaincue précédemment », a donné le nom Provença en occitan, « Provence » en français).

Les noms « Gaule » et « Gaulois » restèrent quant à eux en usage pour désigner les provinces romaines s'étendant sur le reste de ces territoires (France, Belgique et plateau suisse actuels) et leurs habitants de culture romanisée (que l'archéologie et l'historiographie française désignent sous le néologisme de Gallo-Romains).

En -12, Auguste instaura la première « institution » supra-provinciale de l'Empire avec le « conseil des trois Gaules » (concilium trium Galliarum) réunissant chaque année les représentants des cités de la Gaule lyonnaise, de la Gaule aquitaine et de la Gaule belgique à Lugdunum pour célébrer le culte impérial. Il est probable que ce geste ne faisait que confirmer les liens anciens qui existaient entre les habitants de ces territoires. Ce sont ces liens, tissés de proche en proche, qui peuvent expliquer en définitive le caractère unitaire que laisse entrevoir, au-delà des disparités, la description de la Gaule par César près d'un demi-siècle avant.

Les Gaulois[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gaulois (peuples).
Les différents peuples gaulois (en vert) et aquitains (en mauve) avant la conquête romaine

À l'origine, les Celtes, ou encore leurs prédécesseurs ont pu peupler l'Europe centrale. Vers -500, ils auraient commencé à émigrer vers le nord-ouest pour constituer, deux cents ans plus tard, une partie importante de la population des différentes régions de la Gaule. Enfin, ils auraient commencé d'importantes migrations vers l'Italie et vers l'est de l'Europe à la fin du Ve siècle av. J.-C.. Mais il est aussi maintenant proposé[Par qui ?] que ces populations celtiques ont pu, également, être des communautés locales, reconnues et nommées celtes par les colons et commerçants méditerranéens (cf. l'exemple de la Celtique méditerranéenne).

À l'époque de la conquête par Rome de la Gaule chevelue, si les territoires des Celtes se sont considérablement réduits, ces derniers conservent néanmoins des liens entre eux de la Norique jusqu'à l'île de Bretagne, comme l'indique la présence de témoignages archéologiques danubiens parmi les guerriers de Vercingétorix ou encore, les liens importants entre les peuples belges du nord de la Gaule et ceux de la Tamise.

Ces liens peuvent s'expliquer, dans le cas de la Gaule, par l'existence d'un réseau de « clientèles » qui tient de proche en proche certaines tribus, certains peuples dans la dépendance d'autres, plus riches ou plus nombreux et disposant éventuellement d'un territoire plus étendu. L'existence de « fédérations » de peuples est attestée dans l'ensemble du domaine celtique : parmi les peuples transpadans de la Gaule cisalpine au IIIe siècle avant l'ère chrétienne, dans le midi de la Gaule au IIe siècle avant l'ère chrétienne (les Salyens) ou encore en Gaule chevelue avant la guerre des Gaules (Arvernes, Éduens, Bituriges[Lesquels ?] et Séquanes).

Pour expliquer l'aire géographique de la culture matérielle laténienne dans son intégralité, même à l'échelle de la Gaule, ce schéma est toutefois insuffisant et il faut écarter la question du peuplement.

La thèse d'une invasion celtique qui aurait placé sous sa coupe les populations indigènes, telles que les Ligures mentionnés par les premières sources grecques, n'a plus cours aujourd'hui. Il est en effet très difficile d'associer les changements sociaux et techniques qui caractérisent la naissance de la civilisation celtique de La Tène à des changements ethniques[réf. nécessaire].

Aussi, il est bien plus probable que le peuplement de la Gaule fût, pour la majorité, hérité des brassages millénaires des peuples durant la Préhistoire et que la culture laténienne se diffusa progressivement, par apports successifs depuis un berceau ou « complexe » nord-alpin (voir Civilisation de Hallstatt).

Parallèlement, d'autres apports culturels ont pu se diffuser à partir des régions atlantiques.

Les cultures mégalithiques de la façade atlantique (Irlande, Pays de Galles, côte armoricaine), notamment, attestent l'existence de liens culturels et économiques entre ces régions depuis la préhistoire. Comme le relève B. Cunliffe (Les Celtes, Paris, 1996), des mégalithes furent d'ailleurs réemployés durant la période gauloise, comme en témoignent des motifs celtiques présents sur nombre d'entre eux. Enfin, d'autres mégalithes devaient avoir conservé un caractère sacré pendant la période chrétienne, comme en témoignent les croix dont ils furent alors surmontés.

Parmi ces apports éventuels à la « civilisation » gauloise, Jules César, dans son commentaire sur la guerre des Gaules mentionne que le druidisme venait de Grande-Bretagne. Rien ne peut confirmer ou infirmer cette affirmation.

En définitive, des nombreux peuples ou fédérations de peuples présents en Gaule à la veille de la conquête romaine, il reste des contours de « frontières », dont l'existence fait cependant débat (les limites des terroirs du haut Moyen Âge, sans doute antérieures à la période celtique pour la plupart) et un « substrat » linguistique longtemps sous-évalué. L'étymologie, enfin, a conservé le nom de populations gauloises, nom qui désigne encore les habitants de régions et de villes françaises actuelles : par exemple, les Auvergnats, les habitants de l'Auvergne qui couvre le territoire arverne (sud est de l'Allier, le puy de Dôme, nord ouest de la Haute-Loire et le Cantal).

  • sur le peuplement protohistorique de l'Europe : voir Celtes.
  • à l'époque gauloise : voir peuples gaulois.
  • durant la conquête romaine et à l'époque romaine : voir Gaule romaine.

La langue[modifier | modifier le code]

Article connexe : Gaulois (langue).

La majorité des habitants de la Gaule protohistorique parlent principalement 3 langues, déclinées en plusieurs dialectes. Jules César mentionne cependant qu'à son époque les trois parties de la Gaule se distinguent par les coutumes, les mœurs, mais aussi par la « langue ». Il semblerait alors qu'en Gaule celtique entre Seine et Garonne, comme en Gaule cisalpine avec le lépontique, que les Celtes utilisaient déjà avant l'arrivée des Gaulois(?) une langue du groupe celtique continental[21], tandis que les Aquitains au sud de la Garonne jusqu'au Pyrénées parlaient une langue issue du proto-basque: l'aquitain. Et qu'enfin les Belges se seraient peut-être exprimés pour certains d'entre eux dans un dialecte du proto-germanique. Cependant, les indices toponymiques, les noms des tribus et les anthroponymes, ainsi que les rares inscriptions découvertes (Arras, Bavai) montrent à l'évidence l'origine celtique de la langue parlée, voire aussi d'un autre idiome indo-européen (voir Bloc du nord-ouest), il n'existe en revanche aucune trace, autre que les dires de César (germani cisrhénani), qui permettrait d'affirmer que le germanique ait été parlé avant l'installation progressive et plus tardive des Germains en Gaule du nord.

Le gaulois était une langue celtique de la famille des langues indo-européennes, proche du brittonique antique, dont on conserve cependant peu de témoignages, malgré un corpus grandissant d'inscriptions lapidaires ou autres mises au jour par l'archéologie, les nombreux anthroponymes et toponymes qui ont parfois une stricte équivalence en Gaule (ex: *Epiākon > Epiaco XIIe siècle, Epfig, Alsace, et Epiacum, Grande-Bretagne ; *Festiniākon > Festiniacus en 853, Festigny et Ffestiniog (en), pays de Galles), ainsi que des évolutions phonétiques communes. Certains chercheurs n'ont pas hésité à évoquer l'existence d'un gallo-brittonique, tel Léon Fleuriot par exemple[22]. Le breton, bien qu'il appartienne au groupe brittonique pour l'essentiel, a pu être influencé par un substrat gaulois et la langue d'oïl est la langue romane la plus imprégnée par un substrat celtique (150 à 180 mots sur les près de 400 contenus dans toutes les langues romanes réunies)[23]. L'hypothèse de dialectes gaulois a été reprise par John Rhys qui évoque un dialecte "celtican" (conservation de -qu-, ex: Sequana « la Seine », le mois EQVOS) ou encore Joshua Whatmough, cependant que pour Pierre-Yves Lambert « même si l'idée de dialectes différents en gaulois n'est pas irrationnelle en soi, ..elle ne s'appuie pas sur des preuves solides à l'heure actuelle[24]. »

L'économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture et l'alimentation[modifier | modifier le code]

La Gaule, contrairement à l'idée préconçue qui veut qu'elle soit couverte de forêts dans lesquelles les Gaulois pratiquent essentiellement la chasse, est largement défrichée pour constituer des terres agricoles très riches avec de nombreuses fermes. Au Ier siècle av. J.-C., l'exploitation de son sol était activement poussée ; au Ier siècle, les analyses palynologiques du couvert végétal dans la plaine de Vaise près de Lugdunum révèlent un sol couvert de champs cultivés et de prairies herbacées destinées à l'élevage, les forêts représentent moins de 5 % du faciès paysager, ces résultats pouvant être extrapolés à la plupart des régions[25]. En effet, pendant ses campagnes, César trouva toujours sur place le blé nécessaire à la nourriture de ses troupes, et pourtant, le soldat romain était gros consommateur de froment. Les ports fluviaux situés à proximité des régions productrices jouaient le rôle d'entrepôts où sont concentrées les réserves de blé. Celles-ci pouvaient être ainsi acheminées par voie d'eau à portée des armées: tel est le cas d'Orléans, sur la Loire, d'où l'on peut présumer que la Beauce possédait, dès cette époque, d'importantes emblavures. Tel est le cas aussi de Chalon-sur-Saône et de Mâcon, sur la Saône, et aussi d'Amiens qui servait également de magasin dans le nord de la Gaule. Presque toutes les cités possédaient leurs champs de blé et pouvaient se suffire à elles-mêmes : jusqu'aux abords des Pyrénées, le blé était récolté, même les terres peu fertiles des Flandres, alors couvertes de marécages, en produisaient. Le cas de l'Anjou, où César mentionne expressément le défaut de blé, est isolé. Peut-être cette absence était-elle momentanée ou accidentelle. Parmi les terres à blé renommées de l'époque, il faut citer la région de Toulouse, chez les Volques, chez les Cavares et la basse vallée du Rhône, la Bourgogne (surtout), ainsi que le pays des Bituriges et celui des Carnutes. Dans le nord et dans le nord-est, le Soissonnais et la Champagne étaient également assez riches.

Les études archéobotaniques (notamment la carpologie ou la palynologie) montrent que les Gaulois se nourrissaient surtout de céréales (quatre sortes de blé : engrain, amidonnier, épeautre et froment ; orge à grains nus ou vêtus, avoine, millet commun et millet des oiseaux), de légumes (navets, choux) en proportion variable selon les régions, en moins grande quantité des légumineuses (lentilles appelées ers, haricots, fèves, pois…), des plantes sauvages (renouée, arroche, mauves, chénopode) ou oléagineuses (pavot, lin, caméline). Les céréales, pauvres en gluten (donc peu panifiables), se consommaient sous forme de grains concassés, bouillies, gruaux, soupes à base de farine grillée ou de galettes à pâte non fermentée. Le beau pain blanc de froment faisait le régal des nobles gaulois et la convoitise des autres peuples[réf. nécessaire]. Le blé était la principale nourriture du peuple[26]. L'utilisation de condiments (poivre d'eau, ravanelle, moutarde noire) est rare à l'exception du sel, celle de plantes aromatiques orientale et méditerranéenne (fenouil, origan, sarriette) apparaît à partir du Ier siècle. La consommation de fruits comprend des espèces sauvages (prunelles, merises, framboises, fraises, pommes, noisettes, raisins, glands, baies de sureau), des espèces cultivées gauloises (prune) ou romaines (olive, poirier, figue, vigne)[27].

L'archéozoologie montre que la viande provenait de l'élevage car la chasse (lièvre[28], cerf, chevreuil ou sanglier servis à la table de nobles[29]), sport de noble, était marginale (de 1,3 % au IVe siècle av. J.-C. à moins de 1 % aux siècles suivants)[30]. Elle était constituée principalement de cochon, mais aussi de bœuf dans le centre de la Gaule, de chèvre et de mouton dans le Midi et de chevaux dans le Nord, plus épisodiquement de chien, de cheval ou de volaille. Les salaisons et la charcuterie gauloise étaient réputées à Rome. Les volailles, pourtant elles aussi exploitées, étaient peu consommées[31].

Le philosophe grec stoïcien Posidonios, dans son Histoire, décrit les boissons gauloises. Le peuple buvait de l'hydromel et surtout de la cervoise, bière à base d'orge, tandis que l'élite consommait du vin pur, à la différence des Grecs et Romains. La culture de la vigne, au temps de la conquête, était peu répandue en Gaule et ne dépassait guère les abords de Marseille. Le vin, boisson rare, était donc importé de Rome et considéré comme un luxe : on échangeait un esclave contre une amphore de vin par exemple. Le commerce avec Rome s'intensifiant (l'archéologie sous-marine l'évalue à un million d'amphores par an), le vin s'est progressivement démocratisé [32]. Au total, ce sont plus d'une dizaine de millions d'hectolitres qui furent importés de République romaine et de la Provincia entre 150 et 50 av. J.-C.[33].

L'élevage du cheval[modifier | modifier le code]

Le cheval a toujours tenu une grande place dans la vie des Gaulois, au point de figurer sur leurs pièces de monnaie. On dit que la cavalerie était un élément essentiel de leur puissance militaire. Lors de la guerre des Gaules, les effectifs engagés étaient énormes, ce qui supposait un élevage de chevaux très actif. L'élevage du cheval contribuait pour beaucoup à la réputation du paysan et on n'oublie pas qu'Epona, la seule déesse gauloise intégrée dans le panthéon romain, était représentée en compagnie d'un cheval. Les nobles gaulois (les equites) servaient à cheval dans la cavalerie et l'usage permanent des chariots exigeait un grand nombre de chevaux de trait. Pourtant, dès le IVe siècle av. J.-C., les Gaulois qui combattent à l'étranger découvrent les grands chevaux méditerranéens, différents des chevaux indigènes qui correspondent donc à nos poneys ou doubles-poneys actuels, et s'en prennent de passion, et, nous dit César : « les acquièrent à n'importe quel prix. ». Pourtant, il semble que l'élevage se soit développé davantage sous le pouvoir romain.

Le commerce[modifier | modifier le code]

L'abondance de moyens fait soupçonner l'importance du réseau routier et des échanges commerciaux. Dans ce domaine encore, les Gaulois bénéficièrent de l'effort soutenu des populations antérieures. La diffusion des matières les plus recherchées, à partir de leurs centres de production, avait entraîné la recherche des itinéraires les plus aisés. Le commerce de l'étain, qui continue à l'âge du fer, eut, sur le développement routier, les plus fortes répercussions. La localisation et la rareté des gisements de ce métal déterminèrent les directions du trafic. Le minerai importé venait, surtout, du Guadalquivir (Tartessos) et de la pointe occidentale de la Bretagne, de Cornouailles et, de là, le métal était apporté sur la côte de la Manche et jusqu'à l'embouchure de la Loire, on suivait les grandes vallées pour pénétrer à l'intérieur du pays. Outre l'étain, Rome importait de Gaule essentiellement du sel, du blé, du fer et beaucoup d'esclaves (prisonniers des peuples voisins)[34].

Au premier âge du fer, les échanges ne sont plus limités aux matières premières. De l'Europe centrale, par le Danube, arrivent les modèles des épées de fer qui pénètrent en Gaule par la trouée entre Vosges et Jura et la vallée du Doubs. Parviennent aussi des objets importés d'Italie : seaux cylindriques appelés cistes, ou tronconiques appelés situles, les uns et les autres en bronze battu. Parfois des vases étrusques et grecs les accompagnent dans les tumulus les plus récents de la Gaule de l'Est. C'est par la même voie du Danube que s'effectue ce trafic. Depuis la découverte du cratère de Vix, la question de savoir par où cet énorme vase avait pu être acheminé a été longuement discutée. En plus des itinéraires classiques, on a envisagé le col du Grand Saint-Bernard et surtout, la vallée du Rhône, mais rien de décisif. Si le couloir rhodanien reste alors en dehors du grand mouvement commercial, c'est que le littoral, excepté Marseille, et la basse vallée du Rhône est encore aux mains des Ligures, peu sociables. Ces tribus arriérées forment un écran entre le foyer de civilisation méditerranéen et la Celtique, dont les limites méridionales ne dépassent guère le confluent de Lyon. Par ailleurs, Vix se trouve admirablement placé au point où la voie protohistorique de la Loire inférieure et moyenne à la trouée de Belfort coupait l'itinéraire jalonné par la vallée de la Seine.

Il faut attendre la descente des Gaulois sur la côte de Provence pour qu'enfin des relations directes pussent s'établir entre Marseille et la Celtique. Dès lors, un avenir brillant s'ouvre pour la voie la plus expressive que la nature avait inscrit sur le sol de la Gaule. Cette voie emprunte le couloir rhodanien jusqu'au coude de la Saône à Châlon, par les passages de Bourgogne, elle atteint le bassin de la Seine et le carrefour parisien. De là, on peut suivre le fleuve jusqu'à son embouchure ou gagner le Pas-de-Calais. L'essor subi du port fluvial de Chalon-sur-Saône, au IIIe siècle av. J.-C., fixe la date à partir de laquelle cette voie fut régulièrement suivie. Elle servit au trafic de l'étain, Diodore nous transmit, d'après la relation d'un auteur plus ancien, des détails précis sur son utilisation : les marchands achetaient le métal aux habitants de l'île de Bretagne (Grande-Bretagne actuelle), le transportaient sur le continent, puis, cheminant par terre à travers la Gaule pendant trente jours environ, ils conduisaient leur chargement jusqu'à l'embouchure du Rhône. Un autre géographe grec, Strabon, évoque une communication essentiellement fluviale utilisée pour le transport de toutes denrées. On remontait le Rhône et la Saône et après avoir quitté cette rivière, ce qu'on ne pouvait faire qu'à Chalon, il fallait gagner la Seine par voie de terre et, de là, on pouvait atteindre l'océan.

Un témoignage pour connaître ces peuples : leurs monnaies[modifier | modifier le code]

Pièces en or des Santons.

Chaque peuple gaulois était indépendant du point de vue du monnayage, certains plus productifs que d'autres, mais il y a tout lieu de supposer que les pièces en métaux précieux circulaient entre peuples voisins. Des statères d'or et de bronze a l'effigie de Vercingétorix sont frappées, au verso on peut observer un croissant, un étalon et une amphore[35]. Rome, qui convoitait les mines d'or gauloises, commença à frapper ses propres pièces d'or après l'invasion de la gaule[réf. nécessaire].

Au VIe siècle av. J.-C., la colonie grecque établie à Marseille, frappe des oboles. Progressivement, elle se répand parmi les peuples limitrophes (trésor d'Auriol). Au IIe siècle av. J.-C., le monnayage en argent se développe en moyenne vallée du Rhône, et les peuples ayant des mines d'or, comme les Arvernes, frappent des statères qui sont aussi un moyen d'affirmer leur souveraineté et leur puissance. Au Ier siècle av. J.-C., les Parisii produisent leur célèbre et magnifique statère d'or au cheval.

Organisation politique et sociale[modifier | modifier le code]

Conformément au schéma de l'idéologie tripartite des Indo-Européens telle qu'elle a été développée par Georges Dumézil, les Gaulois comme les Celtes sont organisés en trois classes : classe sacerdotale (prêtres, gutuaters, bardes et druides), classe guerrière (les Equites, chevaliers issus de la noblesse ; l'infanterie, peuple et vassaux des chevaliers) et classe productrice (la plebs : commerçants, artisans, agriculteurs et éleveurs)[36].

Les peuples de la Gaule étaient dirigés auparavant par une noblesse de type archaïque avec les différentes strates de sa hiérarchie. César nous renseigne dans ses Commentaires sur la Guerre des Gaules sur différents types de magistratures politiques et religieuses : princeps (prince), vergobret (magistrature suprême), arcantodan[nus] (magistrat monétaire), etc[37].

La noblesse s'était constituée tout au long des temps « héroïques » lors de différentes guerres ou d'expéditions lointaines. Les seigneurs gaulois (rois, princes guerriers, chefs de tribu et riches propriétaires), de type féodal, se réunissant dans des sénats[Lesquels ?], avaient sous leurs ordres une foule de vassaux et de clients dont la fidélité était absolue. Au bas de la pyramide sociale se trouvaient probablement les esclaves, comme le suggèrent les découvertes archéologiques d'entraves en fer dans des tombes[38]. Ce sont les nouvelles bourgeoisies (commerçants et artisans) gauloises qui en différents lieux de la Gaule ont choisi de collaborer avec le conquérant romain pour préserver leurs affaires et leur rang social[réf. nécessaire]. Ces velléités de trahison, de « collaboration » avec l'occupant romain ne se passèrent pas toujours très bien pour les nouveaux oligarques celtes puisque tous les membres des sénats des Aulerques, des Lexoviens et des Éburovices furent massacrés jusqu'au dernier par les princes et les nobles de leurs peuples. Il semblerait que la bourgeoisie vénète n'a pas suivi la même démarche car elle avait compris que les Romains voulaient s'emparer de ses marchés et qu'elle avait tout à perdre avec la conquête romaine[39].

Le guerrier gaulois[modifier | modifier le code]

Introduction[modifier | modifier le code]

Durant la période de la protohistoire l'évolution technique de l'armement a peu évolué. Il s'est surtout adapté à des techniques de combat en fonction des situations. Toutefois, suivant l'époque certaines évolutions technologiques ont vu le jour. Nous allons surtout détailler les deux grandes périodes que sont Hallstatt ( -800; -400) et la Tène finale (Ier siècle avant notre ère à -50).

Guerrier de Hallstatt[modifier | modifier le code]

La période de Hallshatt[40] tire son nom du village autrichien où ont été découvertes les traces de civilisation celte[41] les plus anciennes. Appelée aussi civilisation hallstattienne sa période chronologique s'étend de -1100 à environ - 400 divisée en 2 grandes périodes :

  • La première période de -1100 à -800
  • la seconde période de -800 à -400.

Durant cette période les mouvements de troupes sont importants et la renommée des guerriers gaulois (ou celtes) se répand dans toute l'Europe. Ils interviennent en tant que mercenaires n'hésitant pas à changer de camp lorsque l'offre est plus intéressante.

L'équipement[modifier | modifier le code]

L'arme principale est la lance. La raison est simple. Peu chère à fabriquer car nécessitant peu de matière noble qu'est le fer, elle est très maniable et cause de nombreux dégâts chez l'adversaire. Pouvant être maniée à une ou à deux mains sa longueur varie de 180 à 250 cm. Le fer peut avoir une grande variété de formes mais la principale forme est la feuille de saule.

L'épée est relativement courte (entre 65 et 70 cm de lame) et est particulièrement effilée et pointue, permettant ainsi un combat rapproché ou bien un combat de mouvement sur des chars. Fabriquée en fer, la poignée est en bois. Elle est traversée par la soie qui est écrasée afin de créer un rivetage. Le profil de la lame peut être lenticulaire ou posséder un cœur en forme de losange dont les arêtes extérieures sont étirées pour former la lame (voir les graphiques ci-dessous).

Le poignard peut être présent dans la panoplie.

Le casque celte est non plus en bronze mais en fer plus léger et de forme oblongue, souvent terminé par un cimier. Le visage est protégé par des paragnathides en fer couvrant les joues. Un protège-nuque peut être présent.

Le reste du corps est protégé par un linotorax. Cette protection est composée de plusieurs couches de lin collé. Bien que lourde et rigide, cette protection relativement simple à fabriquer est efficace contre les coups de taille et les coups d'estoc.

Enfin le bouclier. De forme ovale pour une dimension d'environ 150 à 160 cm de haut pour une largeur de 50 à 60 cm de large est en bois. Le détail de sa structure sera vu plus bas.  Percé en son centre pour y placer la main, un manipule horizontal placé sur le centre de gravité permet une manipulation aisée d'une main de manière défensive comme offensive. Le plateau est renforcé par une spina en bois qui a aussi un rôle de protection de la main. Le tout est fixé et blindé par le umbo en fer et des rivets. (Voir photos)

Le guerrier de la Tène finale[modifier | modifier le code]
Guerrier de la Tène finale.

Le combattant de cette période contemporaine de la guerre des Gaules est le plus connu. Sa panoplie est la même que son ancêtre du Hallstatt à quelques variations près.

Le casque est devenu rond et possède un protège-nuque plus important. Cette forme permet aux armes de glisser dessus et d'éviter les prises. De plus cette forme plus compacte permet d'avoir une protection optimale en limitant l'incidence du poids sur les mouvements. L'épée s'est allongée, bien que des modèles courts existent toujours (voir les techniques et les types de combattants), la longueur moyenne d'une lame est désormais de 80 cm pour une largeur moyenne de 6 cm. La pointe effilée a laissé place à une forme d'ogive. Cette arme s'est adaptée à de nouvelles techniques de combat telles que le combat monté où l'on se bat essentiellement à coups de taille. Portée à droite, elle est glissée dans un fourreau en fer composé de trois pièces et est fixée à une ceinture à suspension. Ce système encore mal connu permettrait de donner à l'arme une certaine liberté de mouvement sans gêner le combattant (différentes hypothèses ont été émises quant à son montage)[42].

Le bouclier a légèrement évolué et est devenu composite. Lorsque au Hallstatt les boucliers étaient composés de couches de bois croisés, à la Tène finale, des couches de lin vont être insérées entre les couches de bois rendant le bouclier plus résistant aux chocs mais aussi plus souple. La spina s'est sensiblement affinée, voire a complètement disparu sur certains modèles. Le umbo s'est développé et la simple double coque de fer clouée sur la spina a laissé la place à une coque d'un seul tenant avec des ailettes permettant le positionnement de rivets. Les boucliers sans spina, plus légers, ont un umbo circulaire tenu par six rivets[42].

Un nouveau type de protection est apparu au cours du IVe siècle avant notre ère, la cotte de mailles annulaire de type lorica hamata. Cette protection en fer est composée d'anneaux de 6 mm. Bien que lourde, elle présente l'avantage d'être extrêmement souple et de former une seconde peau protégeant ainsi le combattant des coups de taille. Mais elle est inutile contre les coups d'estoc. Les pointes écartant les anneaux. Il est aussi à supposer que les combattants portaient sous la cotte de maille une protection supplémentaire appelée subermalis permettant d'absorber les chocs[43].

La structure de l'armée gauloise[modifier | modifier le code]
Guerrier d'infanterie lourde armé d'une lance

Contrairement aux idées reçues, l'armée gauloise est particulièrement bien structurée. Bien que l'individu soit au centre, des unités peuvent être créées permettant ainsi de monter des stratégies élaborée et complexes.

Il y a trois types de combattants :

  • L'infanterie légère :

Essentiellement composée de combattants occasionnels et de débutants, elle représente environ 80% des effectifs. Leur rôle est de surtout « faire du bruit ». Placés à l'arrière leur intervention est un dernier recours. Ces hommes armés essentiellement de lances, de javelines ou de frondes sont surtout des paysans. Leur mobilisation est donc exceptionnelle mais indispensable.

  • L'infanterie lourde :

Ce sont des combattants de métier. Ils ne savent faire que la guerre. Bien souvent au service des aristocrates, ils sont soit des ambactos, soit des mercenaires, soit de jeunes aristocrates faisant leurs armes. Leur armement est plus adapté. Ils savent manier la lance, l'épée et le bouclier. Les ambactos sont équipés par leur maître. Ces hommes, suivant leur fortune ou la fortune de leur maître, peuvent porter la cotte de maille, un casque et manier l'épée. Pour les plus riches, une cavalerie peut être constituée. Lors de victoires, le soldat prélève la tête de son ennemi en trophée qu'il place sur la porte de sa maison, le portique d'un sanctuaire ou dans un coffre en cèdre[44].

  • Les chefs de guerre :

C'est la classe aristocratique dirigeante. Ils savent parfaitement manier toutes les armes, du javelot à l'épée en passant par le bouclier et la dague. Généralement cavaliers, surtout durant la guerre des Gaules, ils sont en première ligne. Ils commandent aux hommes durant le tumultus gallicus ("tumulte gaulois", levée en masse d'urgence) et sont considérés comme des demi-dieux par les hommes. Ils possèdent toute la panoplie du guerrier, casque, cotte de maille, épée, bouclier, dague et lance. Ils sont reconnaissables par leurs vêtements hauts en couleurs.

Un autre type de combattant intervient sur le champ de bataille : le sonneur de carnyx. On ne connait pas exactement son rôle mais l'hypothèse actuelle serait qu'il permettait de transmettre les ordres via des mélodies, de donner des directions suivant son orientation et d'amplifier le tumultus gallicus. Le carnyx est un instrument fabriqué en alliage cuivreux d'environ 1 m de haut dont l'embouchure représente souvent une tête de sanglier. À Tintignac, la fouille d'un site votif a permis de mettre au jour une quantité impressionnante de ces instruments et à ce jour le site le plus riche en informations. Deux de ces carnyx sont quasiment complets, l'un représente une tête de sanglier et l'autre un serpent.

Pour plus de renseignements sur les guerriers Celtes[modifier | modifier le code]
  • L'arbre celtique[45]
  • Livre "Guerre et armement" de JL. Bruneau
  • Magazine "L'archéologue" sur les Gaulois
  • Livre "Gaulois, les fiers ennemis de Rome" de JL. Bruneaux
  • Livre "Guerre et religion" de JL. Bruneau
  • Le sanctuaire de Gournay sur Aronde
  • Le sanctuaire de Ribemont-sur-Ancre
  • Livre "Le guerrier gaulois" de F. Mattieu
  • La thèse publiée d'Alain Deyber: Les Gaulois en guerre - Stratégies, tactiques et techniques, Essai d'histoire militaire (IIe/Ier siècles av. J.-C.)
  • L'ensemble des publication de Thierry Lejars, et d'André Rapin.
  • Les Rapports de fouille de Bobigny (lieu-dit de la vache à l'aise) et de Roissy en France.
  • L'iconographie et la statuaire de Pont ste Maxence, du chaudron de Gundestrup, le guerrier de Vachère.
Chef de guerre en civil entouré de ses ambacts et le port enseigne

La religion[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Religion gauloise.

Les Gaulois avaient des druides, que Diodore De Sicile appelait des « philosophes » qui étaient en quelque sorte leurs prêtres. Ils écrivaient, à l'aide de l'alphabet grec, mais uniquement pour des raisons politiques et administratives[34].

L'art et la technique chez les Gaulois[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Art celte.

Architecture[modifier | modifier le code]

Ferme gauloise et grenier sur pilotis, entourée par un enclos palissadé.
Reconstitution hypothétique d'un habitat gaulois : mobilier limité aux banquettes de couchage, aux objets de la vie quotidienne et aux éléments de stockage.

L'art architectural est malheureusement difficile à appréhender car il n'a pas survécu aux années, les Gaulois construisant essentiellement en bois et torchis. Néanmoins l'archéologie aérienne initiée par Roger Agache permet de révéler des vestiges architecturaux gaulois à partir des années 1970[30].

Loin du mythe de la hutte[46] ronde de branchage fragile au toit de chaume[47] et de la chasse au sanglier, les Gaulois mènent une existence confortable tournée essentiellement vers l'élevage et l'agriculture. Ils vivent essentiellement dans des fermes, maisons vastes carrées ou rectangulaires soutenues par des poteaux en bois, aux parois faites de clayonnage (type branches de noisetier tressées et reliées aux poteaux) recouvert de torchis, charpentées (planches de bois assemblées avec des clous de fer) et couvertes d'un toit de chaume ou roseaux en forte pente. Un foyer central est équipé de chenets et d'un chaudron suspendu servant à l'éclairage (les maisons n'ont pas de baies), le chauffage et la cuisson à l'origine de fumées qui en se déposant (noir de fumée, goudron) font office d'insecticide. Parfois ces maisons sont précédées par un enclos palissadé (enclos pastoral simple ou système d'enclos emboîtés, constitué d'une levée de terre avec une haie d'arbres doublée d'un fossé), ont un étage muni d'un plancher et qui sert de grenier pour dormir. Ces fermes, isolées en aedificium ou regroupées dans un vicus fortifié ou non[48] voire une ville (ces agglomérations avec des quartiers spécialisés[49] et hiérarchisés[50] se développent à la fin du IIe siècle av. J.-C.[51]), témoignent d'une intense activité agricole : entourées de champs quadrangulaires dits "celtiques", elles comportent plusieurs bâtiments indépendants (granges, étables, greniers sur poteaux pour protéger les céréales stockées de l'humidité du sol et des rongeurs[52] ou silos enterrés[53]) au sein d'une cour[54]. L'élevage mixte (destiné principalement à la viande, au lait et à la laine, mais aussi utilisé comme animaux de trait) à proximité de ces fermes comporte surtout des bovidés (bœufs, capridés) et des suidés[55].

En cas d'attaque, les villageois gaulois se regroupent dans un refuge fortifié public, l'oppidum ou un petit poste militaire, le dun.

Vêtement[modifier | modifier le code]

Le vêtement gaulois est principalement[56] constitué d'une tunique avec des motifs en petits carreaux serrés et teints (teintures végétales donnant surtout du jaune, vert, rouge de garance, voire du brun ou noir grâce à la noix de galle). Cette tunique (généralement courte pour les hommes et une robe allant jusqu'aux chevilles pour les femmes) est serrée à la taille par une ceinture en tissu. Les chausses sont des braies ou des bas en tissu de laine ou de lin. L'hiver, il revêt le sayon[57], sorte de casaque décorée, parfois multicolore, s'agrafant par une fibule. Les chaussures ou bottines sont en cuir[38].

Un art du décor[modifier | modifier le code]

Les Gaulois ne cherchaient pas à représenter le réel. En témoignent les visages succincts et l'absence de détail[58].

Les Gaulois riches portait des bijoux (bracelets, colliers, bagues, torques, fibules, épingles à chignon, diadèmes, boucles de ceinturon aux motifs variés) en or, les classes inférieures utilisant le bronze qui imite l'or ou des parures en verre coloré, en cuivre ou en fer[38].

Les découvertes archéologique de rasoirs, miroirs, peignes à cheveux et à barbe, cure-oreilles, pince à épiler, mettent en évidence chez les Gaulois une attention au soin au corps [34].

Matériaux utilisés[modifier | modifier le code]

Torque gaulois en bronze avec entrelacs et motifs animaliers

L'art des Gaulois est très différent des critères esthétique de la culture romaine.

L'art gaulois s'exprime essentiellement par le travail des métaux (bronze, fer et or). Les Gaulois savaient manipuler avec précision ces métaux, et étaient d'excellents orfèvres[58]. Certaines créations ont pu aussi se faire sur de la céramique.

Citations[modifier | modifier le code]

« A la question « les Gaulois sont-ils nos ancêtres? », la réponse qui peut être donnée porte donc moins sur la réalité d'une ascendance toute relative que sur celle du possessif qui, depuis maintenant deux siècles, fait l'objet d'un choix délibéré des Français. [...] Les Gaulois figurent seulement parmi d'autres dans la multitude de couches de peuplement fort divers (Ligures, Ibères, Latins, Francs et Alamans, Wisigoths, Nordiques, Sarrasins...) qui aboutissent à la population du pays à un moment donné. Le sont-ils dans une plus ou moins grande proportion ? La seule certitude est que les Français se sont appropriés ces ancêtres-là dont ils attendent aujourd'hui bien autre chose que ce que les historiens nationalistes leur demandaient. Ils ne se voient pas leurs héritiers, comme les nobles voulaient l'être des Francs. Ils ne revendiquent pas une sorte de bagage spirituel qu'il faudrait transmettre à leur tour. Ils reconnaissent seulement en eux une origine qui n'est pas si mythique qu'on a voulu le dire, puisque c'est celle d'un pays et d'une vie en société qu'il a vue naître. »

— Jean-Louis Brunaux, Nos Ancêtres les Gaulois, idées reçues sur la Gaule, éditions du Seuil, 2008, p. 261

La civilisation romaine en Gaule[modifier | modifier le code]

Les régions de la Gaule romaine, carte réalisée par Jan Jansson en 1657

Les changements apportés par le conquérant ont longtemps éclipsé toute idée d'une permanence de certains traits : d'abord, le syncrétisme religieux romain et l'interdiction du druidisme entraînent assurément la disparition d'une religion celtique dont on peut deviner seulement quelques contours, grâce à l'archéologie, d'une part, et par comparaison avec quelques survivances romaines, d'autre part et surtout par la confrontation avec les sources littéraires insulaires (voir par exemple mythologie celtique irlandaise et littérature celtique galloise).

Les cadres du pouvoir – l'administration romaine –, l'économie, l'art, notamment monumental, et la culture littéraire latine, aussi, s'imposent, peut-être d'autant plus facilement que rien de préexistant ne peut les concurrencer.

Après la conquête romaine de la Gaule, achevée en -51, la romanisation est rapide chez les élites. On ignore cependant quelle est sa progression exacte et sa profondeur en ce qui concerne le peuple. Elle doit en tout cas demeurer inégale, voire limitée dans nombre de domaines ayant trait à la vie quotidienne, comme l'indiquent plusieurs exemples.

Le réemploi du site du sanctuaire celtique de Gournay-sur-Aronde, en Gaule belgique, ou encore les ex-voto des sources de la Seine, montrent comme nombre d'autres lieux sacrés pour les Gaulois de la période de l'indépendance que les lieux de culte romains prolongèrent des usages anciens (voir nemeton).

L'abandon des oppida est un fait avéré dès la deuxième moitié du Ier siècle avant Jésus-Christ. À partir de ce moment, des villes romaines sortent de terre, soit à la place de l'oppidum gaulois, soit sur un espace plus large et adapté à une période de paix (exemple:le site archéologique d'Alba-la-Romaine).

Lorsqu'une certaine « barbarisation » de l'Empire a lieu au IIIe siècle, des traits de civilisation qui sont demeurés en vigueur depuis la période de l'indépendance s'introduisent à leur tour dans la culture impériale : le manteau gaulois qui donne son surnom à l'Empereur Caracalla n'a pu être remplacé par le mode de vie du conquérant romain. Dans nombre de domaines ayant trait à l'artisanat, où les Gaulois excellent, leurs inventions s'imposent : c'est le cas, notamment, du tonneau qui s'impose face à l'amphore plus fragile et de moindre contenance. La cotte de mailles est adoptée par les Romains dès les premiers siècles de la République, jugée plus pratique que les cuirasses grecques, tandis que le casque impérial gaulois est adopté par les légionnaires au Ier siècle av. J.-C., tout comme les braies ou les braies courtes pour les soldats d'Occident.

La Gaule dans l'Antiquité tardive[modifier | modifier le code]

Certains traits caractéristiques de la Gaule antique perdurent après l'Empire romain.

Lorsque l'administration impériale romaine s'effondre, la Gaule se « germanise » lentement et partiellement. La présence de toponymes germaniques est d'abord attestée sur ses franges, due au repeuplement, souvent à but défensif et organisé assez tôt par Rome, de régions sinistrées par les crises et par les épidémies. De tels établissements durables de colons « barbares » (les lètes) ont d'ailleurs lieu dans l'Empire romain tout au long du IVe siècle et du Ve siècle. Ainsi des contingents Francs sont installés en Belgique, des Alamans en Alsace et en Suisse, des Burgondes en Savoie.

La date symbolique de la disparition de l'Empire romain d'Occident en 476 et celle du baptême du roi des Francs Clovis, vers 496, ne marquent pas non plus, à cet égard, de rupture : ces événements ont lieu à une époque où Francs, Burgondes et Wisigoths ont fait « souche » et détiennent depuis longtemps déjà le monopole des affaires militaires.

Aussi, les familles de la noblesse gallo-romaine continuent longtemps à concentrer l'essentiel du véritable pouvoir politique dans les cités épiscopales : les « patrices », comme le marseillais Mauronitus, ou les évêques, sont les véritables représentants des populations. Ainsi, la culture nouvelle qui se développe en Gaule, après la période impériale, est avant tout chrétienne, et à plusieurs égards augustinienne.

L'expansion chrétienne en Gaule, qui s'appuie en premier sur la diaspora juive, s'est en effet diffusée, par l'intermédiaire des commerçants et artisans d'Orient ainsi que des armées, dans les villes gauloises par les grands axes (vallées de la Loire, du Rhin, de la Seine) puis, à partir de l'édit de Milan en 313, dans les villages dont l'évangélisateur emblématique est Martin de Tours, Saint Martin étant également à l'origine de l'implantation du monachisme en Gaule. La Gaule compte six évêchés vers 250 (celui d'Arles, de Toulouse, de Narbonne, de Vienne, de Reims, et de Paris), 120 à la fin du IVe siècle[59], Clovis s'appuyant sur ce maillage épiscopal pour gagner l'appui des populations et du clergé gallo-romains lors de sa conquête de la Gaule[60].

Plus généralement, les permanences observables dans le cadre de vie de l'Antiquité tardive jusqu'au VIIe siècle sont nombreuses en Gaule : c'est surtout à partir du milieu du VIIe siècle, temps de crise, que les patronymes germaniques se multiplient au sein des élites, indiquant par là que le centre de gravité de l'Europe s'est déplacé vers le nord et que les équilibres du monde antique se sont rompus.

En définitive, si la culture latine classique recule, le latin continue à constituer la langue de la culture et surtout, celle exclusive de l'écrit (le premier document écrit en langue vernaculaire étant les serments de Strasbourg, datés de 842).

Aussi, l'usage des noms « Gaule » et « Gaulois » se conserve jusqu'à la fin de la période mérovingienne, du moins à l'écrit. Lentement, durant la période carolingienne, le nom de « Francie » (Francia, puis francia occidentalis) se répand pour désigner la réalité politique majeure qu'est devenu le royaume des Francs (regnum francorum). Mais ce nom ne désigne qu'incidemment les territoires correspondant à l'ancienne Gaule romaine, désormais rattachés à un ensemble plus vaste.

C'est également la renaissance carolingienne qui pose les fondations d'une culture véritablement nouvelle. Cette « renaissance » veut pourtant, à l'origine, restaurer la culture romaine antique et impériale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carlrichard Brühl, Naissance de deux peuples, Français et Allemands (IXe-XIe siècle), éd. Fayard, août 1996, p. 68.
  2. Henriette Walter, L'aventure des mots français venus d'ailleurs, pages 37 à 49
  3. Linguistique et peuplement en Aquitania par Joaquín Gorrochategui
  4. Laurent Avezou, « Gaulois, l'histoire d'un mythe, Métarécit de l'histoire nationaliste française », conférence à la cité des Sciences et de l'Industrie, 31 janvier 2012
  5. Richer de Reims, « Histoire de France (888-995) », éditée et traduite par Robert Latouche, Tome 1er 888 - 954, Paris, Librairie ancienne Honoré Champion éditeur, 5, quai Malaquais (VIe), 1930, p. 7
  6. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, éditions Errance, 1994, p. 194.
  7. Christian Goudineau, Étude philologique et archéologique sur l'emploi des.., Antiquités nationales.
  8. Sitre du CNRTL : étymologie du mot "jaillir"
  9. Site du CNRTL : étymologie de "gaillard"
  10. Christian Goudineau, Par Toutatis ! que reste-t-il de la Gaule ?, Seuil,‎ 2002, p. 66
  11. Albert Dauzat et Charles Rostaing, DNLEF, p. 365a.
  12. Jean Dubois, Henri Mitterand, Albert Dauzat, Nouveau dictionnaire étymologique et historique (Larousse 1990), p. 336, ISBN 2-03-340329-7
  13. L'occlusive [g] (notée g ou gu) à l'initiale des mots du français central (anciennement désigné sous le terme de « francien », l'ancêtre de la langue française qu'on supposait être le dialecte de Paris). L'expression « français central » correspond à une zone limitée par un certain nombre d'isoglosses, par exemple celui de g // w (ou v ), le [g] initial (noté g ou gu) étant caractéristique d'une zone dialectale s'étendant de l'Ouest au Sud de la Normandie et de l'Île-de-France jusqu'au Poitou et au Berry (Les dialectes au nord de cette isoglosse conservant [w], qui dans certains endroits est passé à [v]). L'évolution s'est faîte ainsi : [w] > [gʷ] > [g]. Parfois même des termes d'origine latine avec v- initial sont devenus des termes avec w- initial (ainsi le latin vespa cf. italien vespa a muté en wespa, d'où le français guêpe ou encore italien volpe ≠ ancien français goupil « renard »). L'ancienne diphtongue [au] (notée par le digramme < au >) est un développement régulier de [al] devant une consonne (cf. cheval ~ chevaux et latin alter > autre ), c'est une évolution analogue à celle de « saule » issu du vieux bas francique *salha. De toute manière, « Gaule » ne peut pas être la continuation régulière du mot latin parce que [g] latin à l'initiale devient [ʒ] (noté j) en français devant a (cf. gallus « coq » > ancien français jal « coq »), et il ne peut pas être un emprunt érudit parce que dans ce cas la diphtongaison en [au] serait sans explication. Par exemple: le latin alter a donné les mots populaires « autre » et savants « altérité » ou encore le latin altus a donné le terme populaire germanisé « haut » et savants « altitude, altimètre ». De même, le suffixe -ois de « gaulois » procède du germanique -isk.
  14. Site du CNRTL : étymologie de "Gaulois"
  15. César mentionne que tous les druides des Gaules tiennent une assemblée commune dans un lieu boisé qui est situé dans la cité des Carnutes. Ce n'est pas différent du rôle que jouait le sanctuaire (international) de Delphes pour les cités grecques.
  16. Henri Hubert, dans Les Celtes, a partiellement reconstitué la distance et la proximité généalogique des différentes cités des Gaules à partir de tous les textes antiques
  17. Histoire critique de l'établissement de la monarchie françoise dans les Gaules - LIVRE 1 CHAPITRE 4 (intitulé des assemblées generales que tenoient les cités des Gaules.
  18. Une assemblée des Gaules est aussi mentionnée dans le sommaire du cent trente-quatrième livre de l'histoire de Tite-Live Histoire critique de l'établissement de la monarchie françoise dans les Gaules - LIVRE 1 CHAPITRE 1, rappelle Jean-Baptiste Dubos (1734)
  19. Strabon, Géographie, la Belgique livre IV, chapitre I, 1 http://www.mediterranees.net/geographie/strabon/IV-1.html
  20. Strabon, Géographie, la Belgique livre IV, chapitre III, 3 http://www.mediterranees.net/geographie/strabon/IV-3.html
  21. Bernard Sergent, Les Indo-Européens : Histoire, langues, mythes, Bibliothèques scientifiques Payot, Paris, 1995.
  22. Pierre-Yves Lambert, op. cit., p. 18 - 19.
  23. Pierre-Yves Lambert, op. cit., p. 185.
  24. Pierre-Yves Lambert, op. cit., p. 19
  25. J. Argant, « 93 analyses palynologiques en cours dans la région Rhône-Alpes, en rapport avec les périodes du Mésolithique à l'Age du Bronze », Rencontres Rhône-Alpes, no 8,‎ 1992, p. 1-3
  26. Véronique Matterne, Agriculture et alimentation végétale durant l'âge du Fer et l'époque gallo-romaine en France septentrionale, éditions M. Mergoil, 2001
  27. Gastronomie gauloise
  28. Le lapin n'existe pas en Gaule
  29. Diodore de Sicile, dans sa Bibliothèque historique où il puise dans une source plus ancienne, mentionne que les Gaulois servaient régulièrement à table du sanglier, le confondant probablement avec le porc domestique gaulois qui est plus petit et poilu, ressemblant ainsi beaucoup au porc sauvage et étant influencé par l'iconographie gauloise représentant souvent le sanglier (Cernunnos, monnaies, carnyx)
  30. a et b François Malrain, Matthieu Poux, « Les Gaulois », émission La Tête au carré, 21 novembre 2011
  31. Patrice Méniel, Les Gaulois et les animaux, éditions Errance, 2001
  32. Émission France Culture Conférence du 8 août 2010 de Christian Goudineau, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire des Antiquités nationales
  33. Jean-Louis Voisin, Le Figaro Histoire, numéro 3, août-septembre 2012
  34. a, b et c « Les Gaulois », magazine C'est pas sorcier, 26 février 2009
  35. G. Lefèvre, Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu, « Les monnaies de Vercingétorix », Gallia, vol. 21, no 1,‎ 1963, p. 11-75
  36. Organisation de la société celtique
  37. Mireille Cébeillac-Gervasoni, Laurent Lamoine, Les élites et leurs facettes : les élites locales dans le monde hellénistique et romain, Presses Univ Blaise Pascal,‎ 2003 (lire en ligne), p. 187-204
  38. a, b et c Matthieu Poux, conférence « Le quotidien au temps des Gaulois », à la Cité des sciences et de l'industrie, 7 février 2012
  39. Christian Goudineau et Christian Peyre, Bibracte et les Éduens, À la découverte d'un peuple gaulois, éditions Errance, 1993
  40. http://fr.wikipedia.org/wiki/Civilisation_de_hallstatt
  41. http://www.armae.com/blog/un-guerrier-du-hallstatt.html
  42. a et b Franck Mathieu, Le guerrier gaulois : Du Hallstatt à la conquête romaine, Errance,‎ 2007, 142 p. (ISBN 978-2877723671)
  43. (en) Richard A. Gabriel, Soldiers'lives through history. Ancient world, Greenwood Publishing Group,‎ 2007, p. 79
  44. Alain Deyber, Les Gaulois en guerre - Stratégies, tactiques et techniques, Errance,‎ 2009, 526 p. (ISBN 2-87772-390-9)
  45. http://encyclopedie.arbre-celtique.com
  46. César dans « La Guerre des Gaules » mentionne les aedificia (fermes gauloises aristocratiques fossoyées) et les vici (villages en habitats ouverts non fossoyés) mais ne parle jamais de tugurium (hutte) ou de casa (chaumière).
  47. Les fouilles révèlent rarement ce type de cahute ronde ou ovale, en partie enterrées, aux parois faites de clayonnage recouvert de torchis, au sol recouvert d'argile ou de terre battue, à la toiture conique en chaume ou feuillage en forte pente avec en pignon un orifice pour l'évacuation des cheminées. Les artisans (fondeur, forgeron) vivent dans des cases rectangulaires avec un toit à deux versants.
  48. Voir le Histoire du village gaulois d'Acy-Romance
  49. Commerçants, artisans (dinandiers, forgerons), espaces sacrés
  50. Quartiers résidentiels versus quartiers populaires
  51. François Malrain, « Les Gaulois, façonneurs de paysages », conférence à la Cité des sciences et de l'industrie, 20 mars 2012
  52. Blaise Pichon, Carte archéologique de la Gaule, MSH,‎ 2003 (lire en ligne), p. 201
  53. Ces silos, fermés par un couvercle en argile luté, servent de poubelles et dépotoirs une fois qu'ils sont endommagés par l'érosion.
  54. François Malrain et Matthieu Poux, Qui étaient les Gaulois ?, coédition Universcience éditions/Éditions de la Martinière, 2011, 212 p.
  55. Véronique Matterne, Sébastien Lepetz, « Élevage et agriculture dans le Nord de la Gaule durant l'époque gallo-romaine : une confrontation des données archéologiques et carpologiques », Revue archéologique de Picardie, vol. 1, no 2,‎ 2003, p. 29
  56. Certains Gaulois portent la toge.
  57. Il est remplacé par le cucullus, sorte de pèlerine à capuche utilisée pour les travaux des champs.
  58. a et b http://jfbradu.free.fr/celtes/les-celtes/cadre-art-celtes.htm
  59. La christianisation du monde gallo-romain, La Documentation par l'image, no 142, Nathan, janvier 2005
  60. Étienne Delaruelle, « La Gaule chrétienne à l'époque franque », Revue d'histoire de l'Église de France, vol. 38, no 13,‎ 195 ([52-72 lire en ligne])

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Introduction aux sources[modifier | modifier le code]

Sources écrites[modifier | modifier le code]

  • (fr) La Gaule Romaine : 249 textes traduits du grec et du latin, trad. par Lucien Lerat, Paris, Armand Colin, 1975 ; repr. Errance, 1986 (Collection des Hespérides) (ISBN 2-903442-14-2).
  • (grc) (fr) Gallikōn syggrafeis Ellīnikoi = Extraits des auteurs grecs concernant la géographie et l'histoire des Gaules, éd. et trad. par Edme Cougny puis par Henri Lebègue, Paris, Renouard, 1878-1892, 6 vol. (Publications pour la Société de l'histoire de France) (en ligne sur archive.org, remacle.org et gallica).

Archéologie et histoire[modifier | modifier le code]

Ouvrages généraux[modifier | modifier le code]

Références anciennes[modifier | modifier le code]

  • Camille Jullian, Histoire de la Gaule, en huit volumes parus entre 1907 et 1921.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]