Gaudreville-la-Rivière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gaudreville-la-Rivière
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Eure
Arrondissement Arrondissement d'Évreux
Canton Canton de Conches-en-Ouche
Maire
Mandat
Jacky Crestey-Honoré
2014-2020
Code postal 27190
Code commune 27281
Démographie
Population
municipale
239 hab. (2011)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 58′ 06″ N 1° 01′ 51″ E / 48.9683, 1.030848° 58′ 06″ Nord 1° 01′ 51″ Est / 48.9683, 1.0308  
Altitude Min. 87 m – Max. 153 m
Superficie 6,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gaudreville-la-Rivière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gaudreville-la-Rivière

Gaudreville-la-Rivière est une commune française située dans le département de l'Eure en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village du pays d'Ouche.

Il se compose de 3 hameaux : les Murets, le Village et les Boscherons. Il s’étend sur une superficie de 674 hectares, dont 350 de forêt.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté sous la forme à finale latinisée Waldrevilla en 1195[1].

La chute de la finale du premier élément Waldr- ne permet pas de dire s'il s'agit du nom de personne germanique Waldric ou Waldrad[2], bien que la première solution soit la plus tentante pour une question de fréquence. En effet, il est beaucoup mieux représenté dans l'onomastique normande. Ainsi trouve-t-on Vaudrimesnil (Manche, Waudrimaisnille 962 - 996) et le nom de famille Vaudry, typiquement normand.

Le passage de /w/ à /g/ à l'initiale est propre au français du centre-ouest et s'oppose en cela au normand septentrional où /w/ est passé à /v/ vers le XIIe siècle. Le village est localisé à la limite de l'isoglosse [v] / [g][3]. Les deux autres pass(ai)ent légèrement plus au nord [k] / [ʃ] (cat / chat) (ch) et [ʃ] / [s] (chouque / souche); cf. ligne Joret.

La forme du sud a prévalu, contrairement à Vaudreville (Seine-Maritime, Waldrevilla 996 - 1027), anciennes paroisses rattachées à Butot-Vénesville et à Longueville-sur-Scie, ou Vaudreville (Manche).

Le qualificatif -la-Rivière se réfère à la rivière l'Iton et permet de faire la distinction d'avec le hameau de Gaudreville à Moisville.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Jacky CRESTEY - HONORE Sans étiquette  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 239 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
266 287 285 268 263 267 264 245 246
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
236 212 194 179 158 170 171 166 167
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
151 140 134 113 116 111 89 92 104
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
92 98 108 160 208 219 232 236 239
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Sec-Iton, partie de la rivière où l'eau s'écoule sous terre, ne laissant apparaître qu'un faible filet d'eau.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles Dufresne (peintre) avait une petite chaumière à Gaudreville, où il installa un petit atelier. Il y a peint dans les années 1920 une série de toiles suivant les thèmes de la pastorale, le pique-nique et le rêve.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, éditions Picard 1981. p. 116.
  2. François de Beaurepaire, Op. cité
  3. René Lepelley, La Normandie dialectale, PUC 1999.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :