Gaua

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Goa (homonymie).
Gaua
Santa Maria Island (en)
Carte de Gaua.
Carte de Gaua.
Géographie
Pays Vanuatu Vanuatu
Archipel Îles Banks
Localisation Mer de Corail et océan Pacifique
Coordonnées 14° 15′ 54″ S 167° 31′ 12″ E / -14.265, 167.52 ()14° 15′ 54″ S 167° 31′ 12″ E / -14.265, 167.52 ()  
Superficie 328,2 km2
Côtes 76,4 km
Point culminant Mont Gharat (797 m)
Géologie Île volcanique
Administration
Province Torba
Démographie
Population 2 491 hab. (2009)
Densité 7,59 hab./km2
Plus grande ville Jolap
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+11

Géolocalisation sur la carte : Vanuatu

(Voir situation sur carte : Vanuatu)
Gaua
Gaua
Îles du Vanuatu

Gaua [gawa] (autrefois appelée Santa Maria[1],[2]), est une île volcanique des îles Banks, dans le nord de l'archipel du Vanuatu.

Géographie[modifier | modifier le code]

Image satellite de Gaua avec le mont Gharat en éruption émettant un panache volcanique le 24 avril 2010.

Gaua est une île de 328,2 km2 de superficie et de forme grossièrement circulaire avec 76,4 kilomètres de côtes[1]. En son centre se trouve une caldeira de vingt kilomètres de diamètre[3] partiellement occupée par le lac Letas[4], le plus grand du Vanuatu, ainsi que le cône volcanique du mont Gharat, point culminant de l'île avec 797 mètres d'altitude[2],[1]. Ce volcan actif est en éruption depuis le à la date du 29 août 2010[5]. Cette éruption produit des explosions d'indice d'explosivité volcanique de 2 avec des nuées ardentes et des panaches volcaniques s'élevant à quelques kilomètres d'altitude[5] ce qui entraîne des évacuations des populations menacées[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Parmi toutes les îles du Vanuatu, Gaua fut la première qui fut découverte, en 1606, par le navigateur portugais Pedro Fernández de Quirós. Ce dernier la baptisa Santa Maria[6], nom sous lequel l'île fut connue du monde occidental jusqu'à la fin du XIXe siècle. Le nom vernaculaire Gaua (en langue mota) fut employé pour la première fois en 1891 par l'anthropologue Robert Codrington, dans son ouvrage The Melanesians[7].

L'histoire récente de Gaua inclut une quinzaine d'éruptions de son volcan, depuis la première recensée en , jusqu'à la dernière en date, qui s'est déclenchée le [5].

Démographie[modifier | modifier le code]

Le dernier recensement sur Gaua fait état de 2 491 habitants en 2009[8]. Ces habitants parlent six langues océaniennes : le nume, le dorig, le koro, l'olrat, le lakon et le mwerlap[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « UN SYSTEM-WIDE EARTHWATCH Web Site », sur http://islands.unep.ch/
  2. a et b (en) « Global Volcanism program - Synonymes »
  3. (en) « Global Volcanism program - Accueil »
  4. (en) « Global Volcanism program - Photos »
  5. a, b, c et d (en) « Global Volcanism program - Histoire éruptive »
  6. (en) “Pedro Fernández de Quirós, 1606: Salvation, Treasure and Phantasmagoria?”.
  7. Codrington, Reverend. 1891. The Melanesians: Studies in their Anthropology and Folk-Lore. Oxford: Clarendon Press. (full text from the Internet Archive).
  8. (en) « 2009 National Population and Housing Census », Vanuatu National Statistics Office,‎ 2009 (consulté le 12 septembre 2011), p. 12
  9. Liste et carte des dix-sept langues parlées au nord du Vanuatu (par A. François, linguiste au CNRS).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :