Gatien de Courtilz de Sandras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gatien de Courtilz de Sandras (1644, Montargis8 mai 1712, Paris). Engagé dans la compagnie des Mousquetaires, il quitte l'armée au bout de 18 ans pour devenir polygraphe et vivre de sa plume. Auteur fécond et imprudent, il est emprisonné plusieurs fois à la Bastille.

Biographie[modifier | modifier le code]

Capitaine au régiment de Champagne, il quitte le service en 1688, se rend en Hollande pour y faire imprimer des ouvrages, qui pour la plupart sont des romans historiques ou des pamphlets. Il rentre en France en 1702, est enfermé à la Bastille pour des publications scandaleuses et y reste 9 ans.

Il fut inhumé dans le cimetière Saint-André-des-Arts à Paris.

Écriture[modifier | modifier le code]

De la vie de d'Artagnan qu’il a pu connaître assez bien, car il fut enfermé à la Bastille alors que Besmaux, ex-compagnon de d’Artagnan, en était Gouverneur, Courtilz a tiré un récit où le vrai se mêle au faux : il s'agit des Mémoires de M. d'Artagnan, publiées en 1700 (soit 27 ans après la mort du héros gascon), dont s'est à son tour inspiré Alexandre Dumas pour Les Trois Mousquetaires et pour Vingt Ans après.

À plusieurs reprises d'ailleurs, Courtilz a écrit à la première personne les mémoires des autres, celles du marquis de Montbrun, de M. de Rochefort ou de M. de Bordeaux. On a beaucoup dénigré son style, qui paraît pourtant vif et picaresque.

Éditions[modifier | modifier le code]

Parmi ses nombreux écrits, on remarque :

  • La France devenue italienne, La Haye, P. Bernard, 1685.
  • Mémoires de M.L.C.D.R. (le comte de Rochefort), Cologne, Pierre Marteau, 1688
  • Histoire de la guerre de Hollande (1672-1677), La Haye, 1689
  • La vie de jean-baptiste Colbert Ministre d'état sous Louys XIV Roy de France, Cologne, 1695
  • Le grand Alcandre frustré, ou les derniers efforts de l'amour et de la vertu, Cologne, Pierre Marteau, 1696
  • Mémoires de M. d'Artagnan, Cologne, P. Marteau, 1700
  • Mémoires de madame la marquise de Fresne, Amsterdam, 1722

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Haffemayer Stéphane, "Politique européenne et conduite de l'Etat chez Courtilz de Sandras (1644-1712)", in Littérature de contestation : pamphlets et polémiques du règne de Louis XIV aux Lumières, Editions Le Manuscrit, Paris, textes réunis et publiés par Pierre Bonnet, 2011, p. 137-161.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source partielle[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]