Gata Kamsky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gata Kamsky
Ğataulla Kamski

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Gata Kamsky à l'olympiade de Dresde en 2008

Naissance 2 juin 1974 (40 ans)
Novokouznetsk, URSS
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Profession Joueur d'échecs
Distinctions

Gata Roustemovitch Kamsky (en tatar Ğataulla Kamski ; né le 2 juin 1974 à Novokouznetsk en Sibérie - ) est un joueur d'échecs soviétique puis américain. Grand maître international, il était 4e joueur mondial à son sommet en 1995[1]. Il a remporté le championnat des États-Unis en 1991, 2010, 2011, 2013 et 2014.

Il est particulièrement connu pour avoir été très jeune un des tout premiers mondiaux, voire un espoir mondial, et avoir, malgré quasi une décennie d'absence échiquéenne, recouvré un niveau qui le place toujours, dans la deuxième décennie de 2012, parmi les meilleurs mondiaux.

Au 1er juillet 2013, il est le 2e joueur américain et le 11e joueur mondial, avec un classement Elo de 2 763 points qui constitue son record.

Biographie et carrière[modifier | modifier le code]

Débuts aux échecs et installation aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Kamsky est né à Novokouznetsk en Sibérie d'une famille d'origine tatare. Il gagne le championnat d'URSS des moins de vingt ans deux fois avant ses quinze ans. En 1989, il émigre aux États-Unis avec son père Röstäm. Son père est un ancien boxeur, décrit comme paranoïaque et violent[2], qui va jusqu'à menacer de mort Nigel Short au cours d'un match qui oppose le champion anglais à son fils en 1994[3],[4],[5].

Finaliste du championnat du monde (1996)[modifier | modifier le code]

Gata Kamsky

En 1990, Kamsky devient grand maître international devenant notamment le 8e joueur mondial à 16 ans avec 2 650 points Elo. En 1991, il gagne le championnat des États-Unis. Il a aussi eu de bons résultats dans les tournois les plus prestigieux, gagnant notamment le tournoi de Tilburg en 1990 (ex æquo avec Vassili Ivantchouk). Il finit second au Festival d'échecs de Bienne en 1993. Il gagne le tournoi de Las Palmas en 1994. Au début des années 1990, il était considéré comme le principal rival de Judit Polgár, vue comme la plus prometteuse des prodiges aux échecs.

En 1994, Fernando Arrabal, Camilo José Cela, Milan Kundera et huit autres intellectuels demandent « qu'on cesse les calomnies contre les Kamsky pour nous permettre d'être comblés par l'immense talent de Gata ». D'autre part, le dramaturge Fernando Arrabal avait réussi à réunir 500 000 $ pour aider le jeune émigrant qui vivait difficilement à Brooklyn. Gata avait commenté : « Nous avons une tendresse particulière pour Arrabal qui nous a aidés plusieurs fois dans des moments très difficiles ; c'est un homme exceptionnel, un envoyé de Dieu pour nous »[6].

En 1996, Kamsky joue un match de 20 parties contre Anatoli Karpov pour le titre de champion du monde FIDE, à Elista en Kalmoukie, sous les auspices de la Fédération internationale des échecs. Il perd sur le score de 7,5 contre 10,5 (+3 -6 =9).

Après cette défaite, il arrête les échecs. Il obtient un diplôme du Brooklyn College en 1999, puis étudie la médecine pendant un an, avant de s'orienter vers le droit.

Entre 1996 et fin 2004, Kamsky ne joue plus de partie officielle, à un exception, lors du championnat du monde FIDE 1999 de Las Vegas, où il est éliminé par Alexander Khalifman au départage.

Retour aux échecs (depuis 2004)[modifier | modifier le code]

Kamsky ne joue plus jusqu'au 15 juin 2004, où il participe au New York Masters, à cadence rapide. Ses succès sont mitigés. Il retourne à la cadence classique lors du championnat des États-Unis 2005 où il fait un score raisonnable, sans être spectaculaire, de 5,5/9.

Lors de la coupe du monde FIDE, il se qualifie pour le prochain cycle du championnat du monde. En 8e de finale du tournoi des candidats en juin 2007, il bat le Français Étienne Bacrot.

Kamsky en 2006

Au tournoi d'échecs de Sofia 2006, où participent notamment les deux premiers joueurs mondiaux Veselin Topalov et Viswanathan Anand, il finit second du tournoi derrière Topalov, bien qu’il ait le plus faible classement Elo du tournoi avec 2 671 points (33e mondial). L'année suivante, en 2007, il termine 4e du même tournoi. Puis, quelques semaines plus tard, après avoir éliminé sèchement le Français Étienne Bacrot, il se fait éliminer de façon convaincante par Boris Guelfand lors des matchs des candidats au championnat du monde.

Gata Kamsky parvient à la finale de la coupe du monde FIDE de Khanty-Mansiïsk en décembre 2007, en battant Magnus Carlsen. Il emporte l'épreuve en battant en finale le joueur espagnol d'origine lettonne Alexei Shirov. Cette victoire le qualifie pour rencontrer l'ancien champion du monde Veselin Topalov en février 2009 dans un « match des candidats », le vainqueur de ce match devant ensuite affronter le vainqueur du championnat du monde 2008, Viswanathan Anand pour le titre de champion du monde en 2009. Mais Gata Kamsky s'incline 4½ à 2½ face à Topalov[7].

Gata Kamsky participe à plusieurs tournois de très haut niveau, dont une victoire à la coupe du président à Bakou en 2010 (devant Vladimir Kramnik, Shakhriyar Mamedyarov et Teimour Radjabov). Il remporte également quatre fois le championnat d'échecs des États-Unis (2010, 2011, 2013 et 2014).

Kamsky parvient en demi-finale du tournoi des candidats pour le Championnat du monde d'échecs 2012, ayant vaincu Veselin Topalov en quart de finales. Il s'incline ensuite contre Boris Guelfand.

Une partie remarquable[modifier | modifier le code]

Gata Kamsky – Gary Kasparov, Dortmund, 1992

1. d4 Cf6 2. c4 g6 3. Cc3 Fg7 4. e4 d6 5. Cf3 0-0 6. Fe2 e5 7. 0-0 Cc6 8. d5 Ce7 9. Cd2 a5 10. a3 Cd7 11. Tb1 f5 12. b4 Rh8 13. f3 Cg8 14. Dc2 Cgf6 15. Cb5 axb4 16. axb4 Ch5 17. g3 Cdf6 18. c5 Fd7 19. Tb3 Fh6 20. Tc3 Ff4![8]? 21. cxd6 Cxg3 22. hxg3 Ch5 23. gxf4 Cxf4 24. Fc4! Ch3+ 25. Rh1! Dh4 26. Cb3 fxe4 27. Dh2 Tf5 28. f4!? Th5 29. Dg3 Dxg3 30. Txg3 exf4 31. Fb2+ Rg8 32. dxc7! Fxb5 33. Fxb5 fxg3 34. Rg2! Cg5 35. d6 Th2+ 36. Rxg3 Txb2 37. Fc4+ Rg7 38. d7 1-0.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Gata Kamsky sur Olimpbase.
  2. « Le Tatar de Brooklyn », Cyberpresse.ca, 28 juillet 2007.
  3. Interview de Nigel Short
  4. The Week in Chess 3
  5. The Daily Dirt 10 octobre 2006 : Kamsky-Short, 1994/2006
  6. « Kamsky, genius calumniated and harassed by jealousy and lies », Chess Express Arrabal, 1er janvier 2008.
  7. Topalov l’emporte sur Kamsky ! sur europe-echecs.com
  8. annotations de Ľubomír Ftáčnik, Danny Kopec & Walter Browne dans Champions of the New Millenium, ed. Quality Chess, 2009, ISBN 978-1-906552-02-2

Liens externes[modifier | modifier le code]