Gaston d'Audiffret-Pasquier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pasquier.
Gaston d'Audiffret-Pasquier
Gaston d'Audiffret-Pasquier
Gaston d'Audiffret-Pasquier
Fonctions
1er président du Sénat
(8e président de la Chambre haute du Parlement)
Prédécesseur Eugène Rouher
Successeur Louis Martel
Sénateur inamovible
Président de l'Assemblée nationale
Prédécesseur Louis Buffet
Successeur Jules Grévy
Député de l'Orne
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 81 ans)

Edme Armand Gaston, baron d'Audiffret, puis duc d'Audiffret-Pasquier, né le à Paris où il est mort le , est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses parents sont Florimond, comte d'Audiffret (1789-1858), et Gabrielle Zoë Pasquier, née en 1801. Il est le neveu de Charles d'Audiffret. Adopté par son grand-oncle, Étienne-Denis Pasquier, il hérita son titre de duc Pasquier en 1862. En 1845, il épouse Jenny-Marie Fontenilliat, fille d'Henry Fontenilliat et de Jeanne Mosselman, et sœur de Camille Fontenilliat, l'épouse d'Auguste Casimir-Perier.

Auditeur au Conseil d'État en 1846, il fut contraint de se retirer de la vie publique après la révolution de 1848. Sous le Second Empire, il fut deux fois candidat malheureux au Corps législatif, mais fut élu en février 1871 à l'Assemblée nationale, et président du centre-droit en 1873. À la chute de Thiers, il dirigea les négociations entre les différents partis royalistes dans le but de remettre un roi sur le trône de France, mais en raison de l'hostilité du prétendant au drapeau tricolore, le projet échoua. Il conserva cependant la confiance de la Chambre, et fut son président en 1875 au moment du vote des lois constitutionnelles. La nouvelle constitution lui donna automatiquement un poste de sénateur inamovible, et il siégea en tant que président du Sénat de mars 1876 à 1879, date à laquelle son parti perdit la majorité. Il était réputé pour sa modération et sa droiture ; il fit de son mieux pour empêcher Mac-Mahon de choisir des conseillers trop violents. Bien qu'il n'ait jamais rien publié, il fut élu membre l'Académie française en 1878.

Académie française[modifier | modifier le code]

Mai 1877[modifier | modifier le code]

À l'approche de la séance de juin 1877, A. de Villeneuve écrit dans sa chronique « Histoire du mois »[1] :

« Il y a quelques jours, les promeneurs s'arrêtaient en riant devant une caricature académique. À droite de l'image, un fauteuil avec une couronne d'immortelles autour de laquelle s'enroule une bandelette portant le nom d'Autran. Vers ce siège qui tend les bras s'avancent à reculons, le corps infléchi, et basques relevées, comme s'ils allaient s'y asseoir, quatre figures grotesques et fort ressemblantes. Elles sont placées à la file les unes des autres ; M. d'Audiffret-Pasquier est le plus près du fauteuil, puis viennent Leconte de Lisle, le chef des parnassiens, Sardou, le père de Patrie et de Dora, enfin M. Arsène Houssaye, auteur de tout ce que l'on voudra, journaliste, poëte, critique d'art, historien, romancier, etc. Dans la pensée du dessinateur de cette caricature, c'est donc M. d'Audiffret-Pasquier qui aurait le plus de chance d'obtenir la succession d'Autran. Je ne connais pas ses œuvres, mais M. le chancelier Pasquier, qui lui a laissé sa grande fortune, son nom et ses armes, ayant été de son vivant un des quarante immortels[2], je ne vois pas d'inconvénient à ce qu'un fauteuil fasse partie de l'héritage qu'a reçu M. le duc d'Audiffret-Pasquier, quoique, à vrai dire, j'aie toujours pensé qu'il ne suffisait pas d'être grand seigneur et homme politique pour trôner sous la coupole Mazarine. M. Leconte de Lisle a de meilleurs titres, ce me semble ; ses poésies valent assurément celle de M. Autran. Quant à M. Sardou, qui ne connaît ses batailles et les succès qu'il a remportés au théâtre ? Si M. Arsène Houssaye ne quitte cette fois la partie que pour la reprendre plus tard, nous craignons bien qu'il ne passe comme feu Casimir Bonjour et feu Édouard d'Anglemont, à l'état de candidat perpétuel ; c'est une situation littéraire comme une autre. Enfin ! à en croire le vent qui court, les probabilités sont en faveur de M. d'Audiffret-Pasquier. Son nom nous rappelle le dernier chancelier qu'ait eu la France monarchique : nous l'avons connu dans sa vieillesse alors qu'il présidait la Chambre des pairs de Louis-Philippe. Coquet, soigné, malgré le poids des ans et de sa perruque blonde, il avait conservé une taille élégante dont il faisait montre, il pirouettait sur une jambe comme un jeune-homme de vingt ans. Fin et souple, il avait servi à peu près tous les régimes, pesant soigneusement ses paroles et ses actes ; aussi en apprenant qu'il était alité, M. de Talleyrand se prit-il à dire : « Je voudrais bien savoir quelle raison peut avoir Pasquier pour être malade. » »

Juin 1877[modifier | modifier le code]

Pour remplacer Joseph Autran au fauteuil no 9, dans la séance du , les académiciens élurent Victorien Sardou au troisième tour de scrutin (par 19 voix sur 37 votants), devant d'Audiffret-Pasquier (17 voix) et Leconte de Lisle (une voix).

La fosse Audiffret-Pasquier vers 1900, dans le nord de la France.

Décembre 1878[modifier | modifier le code]

Pour remplacer Mgr Félix Dupanloup au fauteuil no 16, dans la séance du , les académiciens élurent Gaston d'Audiffret-Pasquier au premier tour de scrutin (par 22 voix sur 27 votants, et cinq billets blancs).

Compagnie des mines d'Anzin[modifier | modifier le code]

La Compagnie des mines d'Anzin commence en 1880 à Escaudain dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais les travaux d'une nouvelle fosse, qu'elle baptise en l'honneur de Gaston d'Audiffret-Pasquier[A 1],[A 2].

Descendance[modifier | modifier le code]

Adopté par son grand-oncle, Étienne-Denis Pasquier, il hérita son titre de duc Pasquier en 1862. En 1845, il épouse Jenny-Marie Fontenilliat, fille d'Henry Fontenilliat et de Jeanne Mosselman et sœur de Camille Fontenilliat, l'épouse d'Auguste Casimir-Perier. Ils ont trois enfants:

  • Henriette Gabrielle Marie d'Audiffret-Pasquier (1854-?), qui épouse Ferdinand Charles Marie Maxime de Vassinhac d' Imécourt.
  • Etienne Denis Hippolyte Marie, marquis d'Audiffret-Pasquier (1856-1904) qui épouse Jeanne Marie Caroline Rioust de Largentaye.
  • Nicole Marie Henriette Camille d'Audiffret-Pasquier (1858-?) qui épouse Jean, comte de Neverlee.

Liste des ducs d'Audiffret-Pasquier:

  • Étienne (1882-1957), 2e duc d'Audiffret-Pasquier, député de l'Orne (1919-1940), fils d'Etienne, marquis d'Audiffret-Pasquier
  • Denis (1913-1999), 3e duc d'Audiffret-Pasquier
  • Etienne (1951-2001), 4e duc d'Audiffret-Pasquier
  • Xavier (1988-), 5e duc d'Audiffret-Pasquier

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Musée des Familles, mai 1877, p. 157.
  2. Étienne-Denis Pasquier fut élu en 1842 au fauteuil no 3.
Références à Guy Dubois et Jean Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais. Tome I,‎ 1991

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Guy Dubois et Jean-Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais : Des origines à 1939-45, t. I,‎ 1991, 176 p., p. 27-28 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Chronologies[modifier | modifier le code]

Précédé par Gaston d'Audiffret-Pasquier Suivi par
Eugène Rouher
Flag of France.svg
Président du Sénat
1876 - 1879
Louis Martel
Précédé par Gaston d'Audiffret-Pasquier Suivi par
Félix Dupanloup
Fauteuil 16 de l’Académie française
1878-1905
Alexandre Ribot