Gaston Kelman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kelman.

Gaston Kelman

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Gaston Kelman en 2011

Naissance 1er septembre 1953 (61 ans)
Douala (actuel Cameroun, alors sous domination française)
Genres essais

Œuvres principales

Je suis noir et je n'aime pas le manioc (Max Milo éditions, 2003)

Gaston Kelman est un écrivain français d'origine camerounaise[1], né le 1er septembre 1953 à Douala (Cameroun, colonie française à l'époque).

Biographie[modifier | modifier le code]

Élevé dans une culture chrétienne, il entre au séminaire le 15 septembre 1965. Il obtient finalement une maîtrise de littérature en Angleterre où il sera membre des Black Panthers[2] Il arrive en France en 1982 et s'y marie l'année suivante.

Directeur de l'Observatoire du Syndicat d'Agglomération Nouvelle de la ville d'Évry pendant dix ans, il est l'auteur en 2003 du best-seller Je suis noir et je n'aime pas le manioc, dans lequel il dénonce certains préjugés des blancs (mais aussi des noirs eux-mêmes) envers les noirs.

Il est un intervenant régulier de l'émission de radio Les Grandes Gueules sur RMC.

Idées[modifier | modifier le code]

Kelman défend le droit de chacun de choisir dans sa culture d'origine ce que l'on garde ou non; Ainsi, selon ses propos, on peut être noir et ne pas aimer le manioc, et lui-même se revendique comme bourguignon. Dans Au-delà du noir et du blanc, il écrit ainsi : « Je ne me réveille pas tous les matins au son du djembé. Je ne me réveille pas avec sur le visage le crachat qu'a pris mon père colonisé. Je ne me réveille pas le corps meurtri par les coups qu'ont reçus les ancêtres des Noirs américains ou des Noirs antillais. Je voudrais cesser d'être un Noir. Je voudrais être tout simplement un homme »[3].

Selon ses partisans, il ouvre une nouvelle sortie face au racisme, en ne prônant pas seulement la faute des blancs ou celle des noirs, mais des deux. Ils considèrent son ouvrage comme une véritable suite de la lutte contre le racisme du roman Peau noire, masques blancs écrit par Frantz Fanon. Sa pensée s'inspire aussi de celle d'Aimé Césaire dont le Cahier d’un retour au pays natal l'a influencé.

Ses positions sont parfois critiquées en particulier par la presse camerounaise qui voit en lui un traître à la cause « réparationniste » de l'Afrique (Cameroon Tribune[4],[5]).

En juillet 2007, il prend position[6] en faveur du Ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Codéveloppement créé par Nicolas Sarkozy.

« Que reproche-t-on à ce ministère qui, pour ma part, est le plus ambitieux que l’on n’ait jamais conçu en la matière ?… En liant immigration et identité nationale, le pouvoir reconnaît que l’immigration est constitutive de cette identité qu’elle doit enrichir, mais dont elle peut aussi menacer les fondements. Donc, vigilance ! Toute nation a une identité. »

— Gaston Kelman, Libération, 16 juillet 2007

Ancien du Parti socialiste, il rejoint en novembre 2007 le mouvement de la Gauche moderne[7]. Le 1er juillet 2009, il rejoint le gouvernement en qualité de conseiller chargé de l'Identité nationale auprès du ministre Éric Besson[8]. Il a aussi participé avec d'autres personnalités à la rédaction, pour le compte de l'Institut Montaigne, du livre intitulé Qu'est-ce qu'être français ? qui paraît en novembre 2009. En mai 2010, il quitte le cabinet ministériel : « Je pars sans amertume ni regret d'aucune sorte. Il est toujours plus intéressant de voir les choses de l'intérieur »[réf. nécessaire].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. France- Cameroun: Gaston Kelman " Pourquoi j'ai quitté le cabinet d'Eric Besson", Repères n°191, Propos recueillis par Jean Baptiste Ketchateng; Il se définit lui-même comme « un Bourguignon ascendant bassa ».
  2. Entretien avec Gaston Kelman
  3. Au-delà du noir et du blanc, 2005, éditions Mad Max Milo
  4. Réponse aux propos ethnocides de Gaston Kelman par Henri Georges Minyem sur Oumma.com
  5. Gaston Kelman : blanc, black, leurres, article du Cameroon Tribune
  6. « Sortir des cages ethniques », Libération, 16 juillet 2007.
  7. Conférence de presse de lancement de Gauche moderne, discours de Jean-Marie Bockel
  8. Intervention dans Les Grandes Gueules sur RMC le 10 août 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Zongo, Mensonges et vérités sur la question noire en France. Ma réponse à Gaston Kelman, Acoria, 2006
  • Jean-Roger Zika, Réflexions sur la question noire. Réponse à Gaston Kelman, L'Harmattan, 2008

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :