Gasterosteidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les épines de la nageoire dorsale de cette épinoche la protègent de nombreux prédateurs, mais cette aigrette pourra la retourner et l'avaler.
Araignée semi-aquatique (Dolomedes plantarius) en train de manger une épinoche (photo prise dans une tourbière anglaise d'une réserve naturelle "Redgrave and Lopham Fen National Nature Reserve" dans l'East Anglia)

Les épinoches sont des poissons osseux de l'ordre des Gasterosteiformes et de la famille des Gasterosteidae.

Il en existe 16 espèces (certains auteurs ne reconnaissent que seulement 7 espèces) réparties en 5 genres.

leur nom commun provient de la présence d'épines dorsales dures et acérées qui les protègent d'une partie de leurs prédateurs[1].

Milieu de vie[modifier | modifier le code]

L'épinoche est un poisson effectuant de petites migrations des eaux marines, saumâtres ou douces. Une même espèce peut comprendre des individus vivant dans les trois types de milieux. Les individus marins remontent les fleuves lors des périodes de reproduction, cette dernière s'effectuant toujours en eaux douces.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Lors du frai, qui s'effectue de mars à juillet, le mâle de Gasterosteus aculeatus se pare de couleurs vives (dos vert et ventre rouge).

Il construit un nid à partir de plantes aquatiques cimentées par une substance produite par ses reins. Il pratique une parade où il exhibe son ventre rouge afin d'attirer la femelle pour qu'elle ponde dans son nid, plusieurs centaines d'ovules qu'il féconde ensuite. Il surveille son nid, chassant tous les intrus, pour protéger les œufs ou les jeunes.

L'incubation dure 4 à 10 jours.

Prédation[modifier | modifier le code]

Ses épines la protègent de nombreux prédateurs[1], mais pas des brochets, hérons ou aigrettes, voire de certaines araignées ichtyophages semi-aquatiques

Liste des genres[modifier | modifier le code]

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Note : le nombre d'espèces est très fortement dépendant des auteurs. En effet il existe chez Gasterosteus aculeatus et chez Pungitius pungitius des clades génétiques très marqués et au sein de ces clades des variations morphologiques et comportementales (notamment liées à la reproduction) qui font que selon la définition choisie pour le mot espèce, certaines populations, même très réduites en nombre d'individus et en répartition géographique, pourront être considérées comme espèces ou non, ce qui a amené certains auteurs à décrire plus de 200 espèces dans le genre Gasterosteus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Hoogland R, Morris D, Tinbergen N (1956-57) The spines of sticklebacks (Gasterosteus and Pygosteus) as means of defence against predators (Perca and Esox). Behaviour 10: 205–236. doi: 10.1163/156853956x00156

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]