Gasparo Angiolini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gasparo Angiolini (de son vrai nom Domenico Maria Angiolo Gasparini) (né le 9 février 1731 à Florence, Toscane - mort le 6 février 1803 à Milan) était un danseur et chorégraphe italien du XVIIIe siècle, qui se produisit et travailla à travers l'Europe, notamment en Autriche et en Russie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gasparo Angiolini commence à danser à Lucques en 1747 et parcourt l'Italie durant cinq ans, puis il se produit à Vienne dans les ballets de Franz Hilverding dont il fera son modèle et auquel il succède aux théâtre impériaux de 1758 à 1766. Il compose des ballets pour les opéras de Jean-Jacques Rousseau, Johann Adolph Hasse, Giuseppe Scarlatti, Tommaso Traetta. Mais c'est surtout comme collaborateur de Christoph Willibald Gluck que l'histoire a retenu son nom : il chorégraphie notamment Don Juan ou le Festin de pierre (1761), Citera assediata, Orphée et Eurydice (1762) et Semiramis (1765).

De 1766 à 1772, il succède à nouveau à Hilverding, mais à Saint-Pétersbourg, où il donne quelques nouvelles créations. De retour à Vienne en 1774, succédant à Noverre, il présente L'Orphelin de la Chine, puis regagne Saint-Pétersbourg en 1776, où il compose les ballets de plusieurs opéras de Giovanni Paisiello.

De 1779 à 1782, il retravaille en Italie, principalement à la Scala. Revenant à Saint-Pétersbourg de 1782 à 1786, il enseigne à l'école de danse des théâtres impériaux, puis il met un terme à sa carrière en Italie en 1791. Son engagement républicain lui vaudra d'être emprisonné de 1799 à 1801 puis de devoir quitter Milan, où il revient et meurt en 1803.

Il est l'auteur de plusieurs ballets et d'ouvrages théoriques sur la danse, comme Dissertation sur les ballets-pantomimes des Anciens (1765) et Lettere de Gasparo Angiolini a Monsieur Noverre sopra i balli pantomimi (1773). Principale figure de la lignée austro-italienne du ballet d'action, il contribue durablement à l'autonomie du ballet par rapport à l'opéra et à la réforme de ce dernier entreprise par Gluck. Ainsi, il privilégie le respect de la règle des trois unités chère à Aristote et propose une « pantomime mesurée », c'est-à-dire étroitement liée à la musique. Enfin, contrairement à Noverre qui fait usage de programmes détaillés pour expliquer les ballets, Angioloni se concentre sur la vraisemblance de l'intrigue et privilégie les sujets empruntés à la littérature de son temps.

Principaux ballets[modifier | modifier le code]