Gaspard van Baerle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caspar Barlaeus.jpg

Caspar van Baerle (ou Baarle, latinisé en Barlæus ou Barleus) (né à Anvers le 12 février 1584 - mort à Amsterdam le 14 janvier 1648) est un géographe, théologien, poète et historien néerlandais. Il a particulièrement contribué aux connaissances géographiques des pays d'outre-mer, dont le Brésil.

Biographie[modifier | modifier le code]

Caspar van Baerle étudie la théologie. Il est pasteur d'une église réformée, puis professeur de logique à l'Université de Leyde, en 1617.Van Baerle étudie également la médecine à la faculté de Caen. Arminien déclaré, il prêche à-Nieuwe Tonge.

À partir de 1631, ayant perdu son emploi pour s'être déclaré en faveur de la secte des Arminiens, il prend une part active à l'Athenaeum Illustre d'Amsterdam ; l'Athenaeum, souvent considéré comme l'ancêtre de l'Université d'Amsterdam, s'est constitué dès le XIVe siècle autour de la chapelle Ste Agnès (Agnietenkapel). En janvier 1632, van Baerle, avec l'aide de Gérard Vossius, prononce sa leçon inaugurale (lui-même exhortera plus tard Martinus Hortensius à donner des conférences et prononcer sa leçon inaugurale dans cette même institution).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Van Baerle a publié de nombreux recueils de poésie, en particulier de poésie latine. Il a également composé l'éloge funèbre que l'on peut lire sur le portrait du cartographe Willem Blaeu de 1622 .

Il s'est impliqué de diverses manières en géographie et en histoire. Il traduisit la « Description des Indes occidentales » d'Antonio de Herrera en 1622. En 1627, il rédige les textes accompagnant l'atlas de l'Italie de Jodocus Hondius. En 1647, inspiré par la prise de Recife par les troupes de Jean Maurice de Nassau, il évoque l'empire colonial néerlandais du Brésil dans son « Rerum per octennium in Brasilia et alibi nuper gestarum sub praefectura », illustré de nombreuses planches et de cartes. Franciscus Plante publia la même année un ouvrage semblable intitulé plus sobrement Mauritias, et illustré des mêmes planches que le livre de van Baerle : il s'agit de cartes du Ceará, de la Paraiba, du Pernambouc et de Borealá. S'y ajoute un portrait de Jean-Maurice de Nassau.

En 1638, van Baerle composa en l'honneur de l'entrée princière de Marie de Médicis à Amsterdam une notice intitulée « Medicea Hospes, sive descriptio publicae gratulationis, qua... Mariam de Medicis, excepit senatus populusque Amstelodamensis ». Publiée par Willem Blaeu, elle comprend deux grandes planches gravées et pliées des cérémonies. Cette visite de Marie de Médicis est d'ailleurs un événement clef de l'histoire des Pays-Bas, dans la mesure où elle apporte de facto une reconnaissance internationale à la nouvelle République des Provinces-Unies. Même si Marie de Médicis, par suite de la Journée des dupes, était en réalité en exil, le pays organisa de magnifiques processions et des fêtes nautiques splendides à l'occasion de sa visite : d'abord un défilé emmené par deux trompettes montés, puis un immense décor édifié pour l'occasion sur une île artificielle dans la rivière d'Amstel. Ce décor servit à représenter une série de pièces théâtrales en plusieurs tableaux en hommage à la reine, pour laquelle un pavillon avait été dressé sur l'île.

Postérité[modifier | modifier le code]

Franciscus Plante composa la notice nécrologique et l'épitaphe de Barleus en 1648[1].

Il y a un Lycée Barlaeus à Amsterdam et une « van Baerlestraat » (rue van Baerle) à Amsterdam et à Nieuwe-Tonge.

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Manes Auriaci ( 1625 )
  • Hymnus ad Christum (1628)
  • Poemata (1628, 1645)
  • Orationes (1632)
  • Medicea hospes (1638)
  • Faces augustae (1643)
  • Rerum in Brasilia et alibi gestarum (1647)
  • Verscheyde Nederduytsche gedichten (1651)
  • Mercator sapiens, sive Oratio de conjungendis mercaturæ et philosophiæ studiis

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'épitaphe de Barleus
  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Caspar Barlaeus » (voir la liste des auteurs)
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Sur les autres projets Wikimedia :