Gaslamp fantasy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dracula (couverture de la 1re édition), le roman de Bram Stoker, une référence de la gaslamp fantasy

La gaslamp fantasy (anglicisme qui pourrait littéralement se traduire par Fantastique du réverbère[note 1]), parfois aussi appelée Gaslight Fantasy, est considérée comme un sous genre du Fantastique. Elle est caractérisée par un ancrage spatio-temporel dans l'Angleterre de l'époque victorienne. Ce genre est proche du steampunk qu'il a inspiré et avec lequel - bien qu'aujourd'hui ce soit plus un esthétisme littéraire - il partage de nombreux caractères esthétiques.

Sources d'inspiration : les romans gothiques et policiers de l'époque victorienne[modifier | modifier le code]

On peut décrire la gaslamp fantasy comme un syncrétisme contemporain du roman gothique et de la littérature policière victorienne (qui chronologiquement se succédèrent) du XIXe siècle. Il emprunte en effet ses éléments tant à l'univers de Matthew Gregory Lewis qu'à celui d'Arthur Conan Doyle, l'élément surnaturel et fantastique en plus. On peut citer comme bon exemple le mystère de la chambre jaune se résolvant en fin de compte par quelque intervention diabolique ou fantomatique. Côté français, on pourrait d'ailleurs lister Charles Nodier, Paul Féval, Eugène Sue et Ponson du Terrail - eux aussi contemporains de la Reine Victoria - comme références du genre.

L'écrivain Edgar Allan Poe, qui est pourtant américain, est régulièrement repris dans la bibliographie du fantastique victorien. Son Chevalier Auguste Dupin a donc inspiré à Fabrice Bourland une très surprenante enquête sur la mort mystérieuse (suicide, crime ou ... ) du poète Gérard de Nerval dans la plus pure veine de la Gaslamp Fantasy (Cf. Bibliographie).

Références esthétiques du genre[modifier | modifier le code]

La Villa Simone dans le quartier Belle-Époque de Bagnoles-sur-l'Orne : décor typique d'un récit crépusculaire de gaslamp fantasy...
.. de même que les bas-fonds de Glasgow en 1871

Dans la littérature anglo-saxonne, la période historique servant de cadre à ces récits est la période victorienne/édouardienne soit avant la Première Guerre mondiale. En France, cela correspondrait grosso modo au Second Empire et au début de la Troisième République jusqu'à la Belle Époque de Monsieur Fallières. Les personnages et héros se déplacent donc dans des décors très gothique victorien ou Art déco... à la lueur des lampadaires. Le train à vapeur ou le fiacre sont leurs moyens usuels de déplacements. Esprits éclairés et progressistes, les héros n'hésitent cependant pas à recourir aux techniques « modernes » : télégraphe, daguerréotype, photographie, premières automobiles...

L'égyptomanie, très en vogue au XIXe siècle, en particulier en Grande-Bretagne, est une autre référence esthétique de la Gaslamp Fantasy, la littérature fantastique en général étant friande d'« occulstisme égyptianisant » et de résurrection de momies.

Références historiques du genre[modifier | modifier le code]

Références littéraires et ingrédients du genre[modifier | modifier le code]

Sherlock Holmes et Jack the Ripper, personnages récurrents de la Gaslamp Fantasy[modifier | modifier le code]

Holmes et Watson ( illustration de Paget ), figures emblématiques récurrentes de la Gaslamp Fantasy

De par ces sources d'inspiration victoriennes du genre, Sherlock Holmes, le héros de fiction, et Jack l'éventreur, personnage lui tout aussi réel que mystérieux, s'affrontent de manière récurrente dans les romans du genre, l'éventreur se confondant parfois avec Mister Hyde, damné à tout jamais. Le sinistre Dracula hante aussi occasionnellement les bas-fonds victoriens au fil des pages. Enfin, Cthulhu lui-même ne dédaigne pas faire une apparition "impie" dans les quartiers mal famés de l'East End et des docks de la Tamise.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

From Hell ... la célèbre lettre attribuée à Jack l'éventreur. Son titre explique pourquoi le personnage est un récurrent de la Gaslamp Fantasy...
  • auteurs contemporains d'expression française (classement par titre):
    • La Dernière Enquête du Chevalier Dupin de Fabrice Bourland 10/18 coll. Grands Détectives 2009 : une enquête, entre fantastique et policière, sur la mort mystérieuse de Gérard de Nerval,
    • Un Message de la Planète Mars série Fascinax n°13 auteur inconnu Librairie des Romans Choisis 1921 entre fantastique, policier et (fausse) science-fiction : une organisation de criminels déguisés en pseudo-vampires ailés se fait passer pour des envahisseurs martiens et se heurte au super-héros Fascinax, le mystérieux redresseur de torts. Quoi que chronologiquement postérieur à l'époque de référence, ce récit du début des années 1920, par son intemporalité, peut encore être rapproché du <<canon Gaslamp>>;
    • Zoulou Kingdom de Christophe Lambert Pocket n°5951, 2008 : en 1879, alors que l'armée britannique se prépare à affronter les Zoulous au KwaZulu-Natal, leur roi Cétéwayo fait appel à la magie noire pour envoyer une armée de Zombies envahir la Grande-Bretagne ...
  • auteurs contemporains anglo-saxons (idem) :
    • Gaslight Grimoire : Fantastic Tales of Sherlock Holmes[1] anthologie;
    • The Shadow of Reichenbach Falls de John R. King, œuvre (qui ne manque pas d'humour) dans laquelle Holmes affronte tout à la fois l'Éventreur, Moriarty et Satan;
    • Shadows over Baker Street anthologie sous la direction de Michael Reaves et John Pelan 2003, série de nouvelles dans lesquelles Sherlock Holmes est confronté à l'univers de Howard P. Lovecraft;
    • Sherlock Holmes and the Occult : the Case of the scarlet Woman de Watkins Jones, la confrontation avec le mage Aleister Crowley;
    • Sherlock Holmes and the Voice from the Crypt and other tales de Donald Thomas, entre roman policier et fantastique;
  • Les grands auteurs
    • William Hope Hodgson;
    • Seabury Quinn en situant l'intrigue de ses romans au début des années 1920, l'œuvre de Seabury Quinn constitue l'extrême limite temporelle du genre ;

Les figures de référence du genre[modifier | modifier le code]

Webcomics[modifier | modifier le code]

  • Girl Genius, entre Steampunk et Fantasy, de Phil et Kaja Foglio, cette dernière ayant par ailleurs créé le terme “Gaslamp Fantasy” le 26 avril 2006 précisément pour qualifier son webcomics[2].

Films[modifier | modifier le code]

Les longs-métrages fantastiques de la filmographie de l'acteur britannique Peter Cushing figure en place d'honneur dans la production cinématographique du genre - en particulier The Mummy (titre français La Malédiction des Pharaons - 1959 ) dans sa version 1890 de Terence Fisher, très différente dans son esthétique de celle de Stephen Sommers produite quarante ans plus tard. Mentionnons aussi celles de Boris Karloff ( Frankenstein et ses avatars) et de Bela Lugosi et Christopher Lee ( Dracula et ses avatars).

Manga[modifier | modifier le code]

Téléfilms et séries télévisées[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Notes :
  1. Parmi les sources du présent figurent les nombreux articles consacrés à la Fantasy contemporaine et à la fiction holmesienne disponibles sur EN-WIKIPEDIA
  • Références :