Gary Payton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gary Payton (astronaute) et Payton.
Gary Payton Portail du basket-ball
PaytonHeat.jpg
Gary Payton en 2007
Fiche d’identité
Nom complet Gary Dwayne Payton
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 23 juillet 1968 (46 ans)
Oakland, Californie
Taille 1,93 m (6 4)
Poids 82 kg (180 lb)
Surnom The Glove
Situation en club
Numéro 20
Poste Meneur
Carrière universitaire ou amateur
1986-1990 Beavers d'Oregon State
Draft NBA
Année 1990
Position 2e
Franchise SuperSonics de Seattle
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1990-1991
1991-1992
1992-1993
1993-1994
1994-1995
1995-1996
1996-1997
1997-1998
1998-1999
1999-2000
2000-2001
2001-2002
2002-2003
2002-2003
2003-2004
2004-2005
2005-2006
2006-2007
SuperSonics de Seattle
SuperSonics de Seattle
SuperSonics de Seattle
SuperSonics de Seattle
SuperSonics de Seattle
SuperSonics de Seattle
SuperSonics de Seattle
SuperSonics de Seattle
SuperSonics de Seattle
SuperSonics de Seattle
SuperSonics de Seattle
SuperSonics de Seattle
SuperSonics de Seattle
Bucks de Milwaukee
Lakers de Los Angeles
Celtics de Boston
Heat de Miami
Heat de Miami
07,2
09,4
13,5
16,5
20,6
19,3
21,8
19,2
21,7
24,2
23,1
22,1
20,8
19,6
14,6
11,3
07,7
05,3
Sélection en équipe nationale **
1996
1999
2000
Drapeau : États-Unis États-Unis
Drapeau : États-Unis États-Unis
Drapeau : États-Unis États-Unis
5,1
16,0
5,5
Basketball Hall of Fame 2013

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Gary Dwayne Payton (né le 23 juillet 1968 à Oakland, Californie, États-Unis) est un basketteur professionnel américain ayant évolué en NBA à la position de meneur de jeu. Il a été un joueur emblématique de la ligue sous les couleurs des Supersonics de Seattle où il formait un duo explosif avec Shawn Kemp. Il a aussi joué pour les Bucks de Milwaukee, les Lakers de Los Angeles, les Celtics de Boston, et enfin le Heat de Miami avec qui il remporta le titre de champion NBA en 2006. Payton était également connu pour son "trash talking" (chambrage) qui faisait de lui une des plus "grandes gueules" de la NBA.

Son surnom, The Glove (Le Gant), rappelle sa défense agressive et tenace sur l'homme. Pour la petite histoire, c'est le cousin de Payton qui l'a appelé durant les finales de la Conférence Ouest 1993 pour lui dire "qu'il tenait Kevin Johnson comme une balle de baseball dans un gant". Le surnom est resté.

High School et carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Payton fréquente la Skyline High School d'Oakland, Californie, et joue dans l'équipe de basket-ball de l'école avec Greg Foster, qui jouera aussi en NBA. Payton entre à la Oregon State University (OSU) de Corvallis, Oregon en 1986. Au cours de ses quatre années passées à OSU, il devient l'un des joueurs de basket les plus récompensés de l'histoire de l'université. Durant sa Senior Year (4e et dernière année d'université), il fait la couverture de Sports Illustrated du 5 mars 1990, qualifié de meilleur joueur universitaire du pays. Il remporte une interminable liste de distinctions durant sa carrière universitaire, menant les Beavers aux plus hautes sphères du basket-ball universitaire américain, et est élu au Hall Of Fame de OSU en 1996.

Carrière NBA[modifier | modifier le code]

Payton est sélectionné en 2e position de la draft 1990 par les Seattle SuperSonics pour qui il jouera pendant 12 ans et demi. Attendu comme une star, Payton connait des difficultés durant ses 2 premières saisons en tournat à 8,3 points de moyennes. Mais il ne tardera pas à s'affirmer comme l'un des meilleurs joueurs de la ligue, et avec Shawn Kemp, il formera l'un des duos les plus spectaculaires et efficaces de la ligue (le "Sonic Boom").

Le sommet de la carrière de Gary Payton et des Sonics des années 1990, est la saison 1995-1996. Seattle, finit la saison 1er à l'Ouest avec 64 victoires pour 18 défaites (le meilleur bilan de l'histoire de la franchise). Alors que de son côté, Payton est élu meilleur défenseur de l'année (il est le seul meneur à avoir reçu cette distinction) et emmène les SuperSonics en finale. Face aux Bulls de Chicago de Michael Jordan, Seattle ne fait pas le poids et perd la série 4 matchs à 2. Mais sur ces finales, et ceux malgré la défaite, Payton aura impressionné par sa capacité à défendre sur Michael Jordan à partir du match 4, en "limitant" le joueur des Bulls à 23 points et 31.6% aux tirs dans le 4e match, puis à 26 points dans le 5e et enfin à 22 avec 26% de réussite dans le 6e et dernier match. Sur ces trois match, le 4e et le 5e seront les deux seuls victoires de Seattle dans cette série. Après la défaite de 1996, Seattle ne retrouvera plus le chemin des finales avec Payton. En 1997, le départ de Kemp affaibli encore plus l'équipe qui disparait des concurrents au titre.

Au milieu de la saison 2002-2003, il est impliqué dans un échange qui concerne 5 joueurs, et est envoyé à Milwaukee tandis que Ray Allen rejoint Seattle. Payton joue les 28 matches restants avec les Bucks.

En tant qu'agent libre à l'été 2003, il signe, tout comme Karl Malone, aux Lakers de Los Angeles en espérant enfin arriver au sommet aux côtés du Shaquille O'Neal et de Kobe Bryant. Selon son agent, Payton refuse une offre de 35 millions $ des Portland Trailblazers pour signer un petit contrat avec les Lakers. Les 4 joueurs forment l'une des meilleures équipes, sur le papier, jamais assemblé. On les surnomme les "4 fantastiques". Malgré les blessures de Karl Malone, Kobe Bryant et Shaquille O'Neal durant la saison régulière 2003-2004, les Lakers gagnent 56 matches et remportent la Pacific Division. En playoffs, ils éliminent Houston, San Antonio et Minnesota mais s'inclinent 4-1 face aux Detroit Pistons en NBA Finals. Cette défaite est considérée comme un immense échec.

Avant la saison 2004-2005, les Lakers échangent Payton et Rick Fox contre Chris Mihm, Jumaine Jones et Chucky Atkins de Boston. Bien qu'il se plaigne énormément de ce transfert, il est bien le meneur titulaire des Celtics de Boston au début de l'exercice 2004-2005. Le 24 février 2005, Payton est envoyé à Hawks d'Atlanta pour faire revenir l'ancien Celtic Antoine Walker à Boston. Les Hawks se débarrassent immédiatement de Payton après le transfert, et celui-ci revient à Boston une semaine après son départ, en tant que "free agent". Payton commence les 77 matches qu'il joue cette saison-là et Boston remporte l'Atlantique Division, mais est éliminé dès les premiers tours des playoffs par les Pacers de l'Indiana.

Le 22 septembre 2005, il signe un contrat de 1,1 million $ avec le Heat de Miami, se retrouvant à nouveau avec Antoine Walker (arrivé à Miami sept semaines plus tôt), et avec Shaquille O'Neal, ancien Laker. Payton remporte enfin son premier titre NBA lors de sa 16e saison quand, le 20 juin 2006, son équipe bat les Mavericks de Dallas au terme du 6e match des NBA Finals 2006. Si sa contribution est moindre (2,7 points), Payton réussi, quand même, deux tirs cruciaux lors de cette série. Le tir de la victoire (au buzzer) du 3e match, et le tir qui donne l'avantage définitif (1 point) au Heat lors du 5e match. Payton reste encore une année en NBA avant de prendre sa retraite à la fin de la saison 2006-2007.

En septembre 2013, il est intronisé au Basketball Hall of Fame[1].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Gary Payton est connu comme étant l'un des meilleurs meneurs défensifs de l'histoire. Il sera, notamment, élu meilleur défenseur de la NBA en 1996 (seul meneur de l'histoire à avoir obtenu ce trophée) et nommé 9 fois dans la 1re équipe défensive de l'année (record NBA, qu'il partage avec Michael Jordan, Kobe Bryant et Kevin Garnett). Il sera, aussi, meilleur intercepteur de la ligue en 1996 avec 2,9 interceptions par matchs et, en carrière, il se classe 4e de l'histoire pour le nombre total d'interceptions réussis (2445), et 21e pour le nombre moyen d'interceptions par matchs (1,8). Au niveau de l'attaque, Payton n'était pas un grand shooteur mais il utilisait beaucoup son physique pour aller marquer un panier dans la raquette.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Moyennes[modifier | modifier le code]

Records personnels[modifier | modifier le code]

Trophées et distinctions[modifier | modifier le code]

Trophées[modifier | modifier le code]

En plus des nombreux trophées qu'il a remporté en NBA, Gary Payton faisait partie de l'équipe américaine de basket-ball médaillée d'or aux Jeux olympiques de 1996 et de 2000. Il était aussi le meilleur scoreur de l'équipe américaine lors du Tournoi des Amériques 1999 à San Juan, avec 16,0 points par matches. Les Américains remportèrent le tournoi en gagnant leurs dix rencontres, se qualifiant pour les Jeux olympiques de 2000.

Distinctions statistiques[modifier | modifier le code]

Gary Payton est un joueur qui ne fut pour ainsi dire jamais blessé. Il participa en saison régulière à 1 335 matches (sur 1 362 possibles) et fut titularisé à 1 233 reprises. Dans les tableaux reprenant les performances de tous les joueurs de l'histoire de la NBA en saison régulière, Gary Payton se classe :

  • 9e au nombre de matchs joués.
  • 7e au nombre de minutes passées sur le parquet avec (47 117).
  • 7e au nombre de passes décisives avec (8 966).
  • 3e au nombre d'interceptions avec (2 445).

Gary Payton a joué 154 matches de playoffs (sur 157 possibles), ce qui le place à la 27e position au classement du plus grand nombre de matches joués en playoffs.

Gary Payton détient une kyrielle de records de saison régulière internes aux Seattle SuperSonics. Il détient les records de points marqués (18 207), de passes décisives (7 384), d'interceptions (2 107), de matches joués (999), de minutes jouées (36 858), de shoots marqués (7 292), de shoots tentés (15 562), de 3 points tentés (2 855) et de triple-double (14). Il se classe second au nombre de lancers francs tentés (3 726) et de 3 points marqués (917). Il est troisième au nombre de rebonds (4 240), de lancers francs marqués (2 706) et de rebonds défensifs (3 043).

Gary Payton a été intronisé au Basketball Hall of Fame en 2013, il a été présenté par http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Stockton.

Anecdote[modifier | modifier le code]

Gary Payton fait une apparition (non créditée) dans le film Les blancs ne savent pas sauter en 1992.

Références[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]