Gare du Pont du Garigliano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pont du Garigliano
Hôpital européen Georges-Pompidou
Image illustrative de l'article Gare du Pont du Garigliano
Quais de la gare.
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 15e
Adresse 193, quai André-Citroën
75015 Paris, France
Coordonnées géographiques 48° 50′ 22″ N 2° 16′ 14″ E / 48.83938, 2.27067 ()48° 50′ 22″ Nord 2° 16′ 14″ Est / 48.83938, 2.27067 ()  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Services (RER)(C)
Caractéristiques
Ligne(s) Des Invalides
Voies 2
Quais 2
Zone 1 (tarification Île-de-France)
Altitude 37 m
Historique
Mise en service 1889 (Compagnie de l'Ouest)
Correspondances
Tramway (T)(3a)
Bus et Noctilien Voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pont du GariglianoHôpital européen Georges-Pompidou

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Pont du GariglianoHôpital européen Georges-Pompidou

La gare du Pont du Garigliano est une gare ferroviaire française de la ligne des Invalides à Versailles-Rive-Gauche, située dans le 15e arrondissement de Paris.

Elle est ouverte en 1889 par la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest sur la ligne des Moulineaux sous le nom de Javel. Elle connaît plusieurs changements de nom au cours de son existence : elle prend au début du XXe siècle le nom de Boulevard Victor, puis de Boulevard Victor - Pont du Garigliano le 15 décembre 2006 lors de la mise en service de la ligne 3a du tramway d'Île-de-France, dont elle devient le terminus occidental. Elle a ensuite été de nouveau renommée début 2010 pour devenir Pont du Garigliano, et enfin Pont du Garigliano - Hôpital européen Georges-Pompidou en 2012[1].

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Entrée de la gare côté Seine.
Entrée de la gare côté Seine en 2006.

La gare du pont du Garigliano est située au sud-ouest du 15e arrondissement de Paris, sur la rive gauche de la Seine, sous l'esplanade Henri de France où se trouve le siège de France Télévisions. Établie à 36,9 m d'altitude[2], elle se situe au point kilométrique (PK) 4,525 de la ligne des Invalides à Versailles-Rive-Gauche.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 31 mai 1865, la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest reçoit la concession de la Ceinture rive gauche, tronçon méridional de la ligne de Petite Ceinture, avec obligation de réaliser un raccordement ayant pour origine un point de la ceinture proche du viaduc du Point-du-Jour (ou viaduc d'Auteuil) et s'achevant à l'esplanade du Champ-de-Mars, en vue de desservir l'Exposition universelle de 1867. Les entreprises et commerces sont alors en plein développement dans le 15e arrondissement, et il apparaît utile à la compagnie d'ouvrir une gare de marchandises sur des terrains disponibles à Grenelle. Le 1er février 1879, la nouvelle gare de Grenelle-Marchandises est ouverte ; elle est directement reliée à la Petite Ceinture mais ne possède aucune jonction avec le réseau de l'Ouest[3].

En 1889, à la mise en service de la ligne des Moulineaux depuis Puteaux jusqu'au Champ-de-Mars, la gare de marchandises est reliée à cette dernière, et une halte ouverte aux voyageurs est mise en service à proximité immédiate, en bord de Seine. Dénommée Grenelle dans le projet de 1886, elle est finalement nommée Javel à son ouverture. Vu la dénivellation entre les deux lignes et l'éloignement des deux stations, aucune correspondance n'est organisée avec la gare de Grenelle de la Ceinture, située à l'est de la gare de marchandises. À l'ouest, sur la rive droite de la Seine, la gare du Point-du-Jour sur la Ceinture est peu éloignée. La gare de Grenelle-Marchandises a le statut de gare locale, et sa gestion est assurée conjointement par la Compagnie de l'Ouest et par le Syndicat de Ceinture. Après l'achèvement de la ligne des Moulineaux, la gare connaît une forte hausse de son trafic, et elle est alors entièrement gérée par l'Ouest, le Syndicat contestant alors sa participation financière[4].

En 1895, la gare de Grenelle-marchandises dispose d'une longueur utile de 925 mètres à la manutention des marchandises, pouvant recevoir jusqu'à 131 wagons. Elle possède une voie couverte sous halle de cent mètres (14 wagons), une voie latérale à quai découvert en prolongement d'une voie couverte de 125 m (17 wagons), une voie de débord en prolongement de la précédente, équipée d'une grue à pivot de dix tonnes, trois voies de débord de 25 (3 wagons), 270 (39 wagons) et 130 mètres (19 wagons) et enfin deux voies transversales de 25 (3 wagons) et 250 mètres (36 wagons). La gare possède en outre des voies, d'une longueur utile d'environ 1 075 mètres, pour la formation des trains et le classement des wagons à destination ou en provenance de plusieurs embranchements vers le port de Javel, les Magasins généraux, du moulin Truffaut ou encore du dépôt des pavés de la Ville de Paris[4]. En 1896, le tonnage manutentionné s'élève à 239 000 tonnes, dont 82 000 pour les expéditions et 157 000 pour les arrivages. Le trafic se dirige très majoritairement vers la ligne des Moulineaux, la Ceinture n'en assurant respectivement que 5 300 et 44 600. Le trafic se dirigeant vers les embranchements se monte à 43 500 tonnes[5].

De 1894 à 1899, la ligne des Moulineaux est reconstruite dans Paris afin d'éliminer les passages à niveau à la demande de la Ville. La voie est rehaussée de quelques mètres lors du remplacement du passage à niveau de la rue Leblanc par un viaduc. Le bâtiment des voyageurs d'origine est alors remplacé et la nouvelle station est ouverte le 17 mai 1900. Au cours du XXe siècle, le site subit de nombreuses transformations et la gare de Javel prend le nom de Boulevard Victor, nom éponyme du boulevard des Maréchaux qui surplombe la gare et rend hommage au maréchal Victor. En 1961, le bâtiment des voyageurs de 1900 est démoli et laisse la place à une construction banale[6]. Elle est elle-même détruite en 1996 et remplacée par l'édifice actuel[7].

En 1986, l'ancienne gare de Grenelle-Marchandises devient le cadre de l'expérimentation du mini-métro automatique ARAMIS.
En 1986, l'ancienne gare de Grenelle-Marchandises devient le cadre de l'expérimentation du mini-métro automatique ARAMIS. On distingue au fond la gare du RER.

La gare de Grenelle-Marchandises demeure d'un accès difficile depuis la ligne des Moulineaux, devenue sur ce tronçon ligne des Invalides en 1902. Les trains en provenance des Moulineaux-Billancourt, ou du triage d'Achères via le raccordement de Nanterre-La Folie et la ligne des Moulineaux, doivent en effet tirer au-delà de la gare du boulevard Victor en direction de Javel, et entrer par refoulement en empruntant le raccordement de Grenelle. Afin d'améliorer l'accès à la gare, la SNCF réalise un nouveau raccordement permettant une entrée directe depuis Issy-Plaine (actuellement Issy-Val de Seine), ouvert le 13 janvier 1964. Mais la gare, progressivement privée de la desserte des usines Citroën, puis de celle du port de Javel, ferme définitivement fin 1976[8].

Au milieu des années 1980, l'ancienne gare de marchandises devient le cadre des expérimentations du système ARAMIS (Agencement en rames automatisées de modules indépendants en stations), projet de mini-métro automatique mené par la RATP et Matra Transport. Après expérimentation sur une voie d'essais de 1 500 mètres de longueur, il est envisagé de relier les sites de Javel et de Bercy grâce à cette technologie, dans le cadre de l'Exposition universelle de 1989 dont Paris revendique l'organisation. Toutefois, cette dernière étant finalement abandonnée, le projet ARAMIS demeure d'actualité, et la construction d'une ligne de 11,5 kilomètres de longueur sur la Petite Ceinture sud, reliant la gare du boulevard Victor à la gare de Lyon avec plusieurs antennes, est prévue pour 1992[9].

Le 12 mars 1982, le ministre des Transports donne son accord de principe à l'installation d'un centre d'études techniques sur le site, dont l'autorisation de construction est accordée en 1984.

Plaque signalétique portant le nom de la gare, attribué en 2012.
Plaque signalétique portant le nom de la gare, attribué en 2012.

Le premier ensemble de deux éléments accouplés, chacun de dix place assises, circule en décembre 1986. Mais l'expérimentation prend fin seulement quelques mois plus tard, quand les ingénieurs réalisent que le système cumule les défauts, dont une trop faible capacité et une totale incompatibilité avec les réseaux existants[9].

Sur l'emplacement de la gare de Grenelle-Marchandises est édifié, de 1994 à 1998, le siège de France Télévisions. L'extrémité ouest du boulevard Victor devient en 1987 le boulevard du Général-Martial-Valin entre le pont du Garigliano et la station de métro Balard, ce qui incite plus tard à modifier une nouvelle fois le nom de la gare pour celui de Boulevard Victor - Pont du Garigliano. Ce changement est effectif le 15 décembre 2006 lors de la mise en service de la ligne 3a du tramway d'Île-de-France[6]. En 2012, la gare prend finalement le nom de Pont du Garigliano - Hôpital européen Georges-Pompidou sur décision du STIF[1].

Le nombre de voyageurs quotidiens de la gare se situait entre 2 500 et 7 500 en 2004[10].

Services voyageurs[modifier | modifier le code]

Les quais vue en direction de Javel.
Les quais vue en direction de Javel.
Vue depuis le quai en direction du centre de Paris.
Vue depuis le quai en direction du centre de Paris et au-delà

Accueil[modifier | modifier le code]

En 2012, un guichet Transilien est ouvert tous les jours de h à h 30. Il est adapté pour les personnes handicapées, et dispose de boucles magnétiques pour personnes malentendantes. Des automates Transilien et grandes lignes sont également disponibles[11]. La gare ne dispose d'aucun parc relais pour les véhicules[10].

Desserte[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par les trains de la ligne C du RER circulant sur la Transversale Rive Gauche. Tous les trains à destination de Versailles-Rive-Gauche ou Saint-Quentin-en-Yvelines y marquent l'arrêt, soit à raison (par sens) de six trains par heure en heures creuses, et de seize trains par heure aux heures de pointe. Elle constitue le terminus des missions PAUL et l'origine des missions FOOT le matin et BALI le soir, uniquement en pointe[12]. Les trajets sont assurés par des automotrices de type Z 2N (Z 5600, Z 8800, Z 20500 ou Z 20900).

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Depuis décembre 2006, la gare est en correspondance avec le terminus ouest de la ligne 3 du tramway, renommée ligne 3a en décembre 2012 ; ce terminus est situé en surface à l'extrémité ouest du boulevard du Général-Martial-Valin.

Outre la ligne 3a du tramway, deux lignes de bus existent à proximité : la ligne PC1 du réseau de bus RATP et la ligne 96 Express du réseau Sénart Bus.

À faible distance (hôpital européen Georges-Pompidou), circulent les bus des lignes 42, 88 et 169 du réseau de bus RATP. La ligne 8 du métro est accessible à la station Balard après un trajet à pied ou en empruntant le tramway de la ligne T3a.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [PDF] Communiqué de presse du STIF du jeudi 2 février 2012 - Deux gares du RER C vont changer de nom
  2. Pierre Bouchez, Ligne des Moulineaux, de Paris St-Lazare à Invalides (1889-1993), p. 94
  3. Pierre Bouchez, Ligne des Moulineaux, de Paris St-Lazare à Invalides (1889-1993), p. 96
  4. a et b Bruno Carrière, La saga de la Petite Ceinture, p. 94
  5. Bruno Carrière, La saga de la Petite Ceinture, p. 95
  6. a et b Pierre Bouchez, Ligne des Moulineaux, de Paris St-Lazare à Invalides (1889-1993), p. 95
  7. Bernard Collardey, Les trains de banlieue, tome II, p. 333
  8. Bruno Carrière, La saga de la Petite Ceinture, p. 201
  9. a et b Bruno Carrière, La saga de la Petite Ceinture, p. 205
  10. a et b Stif - Atlas des transports publics en Île-de-France
  11. Transilien - Gare du Pont du Garigliano : services Transilien
  12. Transilien - Fiches horaires

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bruno Carrière, La saga de la Petite Ceinture, éditions La Vie du Rail, 1991, 285 p. (ISBN 2902808364)
  • Bruno Carrière, Les trains de banlieue, tome I, éditions La Vie du Rail, 1997, 303 p. (ISBN 2902808666)
  • Bernard Collardey, Les trains de banlieue, tome II, éditions La Vie du Rail, 1999, 335 p. (ISBN 2902808763)
  • Pierre Bouchez, Ligne des Moulineaux, de Paris St-Lazare à Invalides (1889-1993), éditions La Vie du Rail, 2008, 152 p. (ISBN 2915034893)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Versailles-Château-Rive-Gauche C5 Issy-Val de Seine (RER) (C) Javel
Versailles-Chantiers C8
par Juvisy et Massy
Saint-Quentin-en-Yvelines C7 Issy-Val de Seine (RER) (C) Javel Dourdan - La Forêt C4
Saint-Martin-d'Étampes C6
Chaville - Vélizy Issy-Val de Seine (RER) (C) Javel Dourdan
Dourdan - La Forêt C4
Terminus Terminus (RER) (C) Javel Brétigny