Gare du Musée d'Orsay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Gare d'Orsay - Ville.
Musée d'Orsay
Anciennement Gare d'Orsay
Image illustrative de l'article Gare du Musée d'Orsay
La gare d'Orsay, maintenant Musée d'Orsay
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Arrondissement 7e
Adresse 7, quai Anatole-France
75007 Paris
Coordonnées géographiques 48° 51′ 37″ N 2° 19′ 31″ E / 48.860332, 2.325389 ()48° 51′ 37″ Nord 2° 19′ 31″ Est / 48.860332, 2.325389 ()  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Exploitant SNCF
Ligne (RER)(C)
Caractéristiques
Ligne(s) Quai-d'Orsay à Paris-Austerlitz
Ligne des Invalides à Quai-d'Orsay
Voies 4
Quais 2 centraux
Transit annuel 9 800 montants/jour (2012)
Zone 1 (tarification Île-de-France)
Altitude 27 m
Historique
Mise en service 28 mai 1900 (Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans)
26 septembre 1979 ((RER)(C))
Architecte Victor Laloux
Classement Logo monument historique Classé MH (1978)
Correspondances
Réseau de bus RATP et Noctilien Voir Correspondances

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Musée d'Orsay Anciennement Gare d'Orsay

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Musée d'Orsay Anciennement Gare d'Orsay

La gare du musée d'Orsay est une gare ferroviaire française de la ligne des Invalides à Quai-d'Orsay et de de la ligne de Quai-d'Orsay à Paris-Austerlitz, située dans le 7e arrondissement de Paris.

Elle est exploitée par la SNCF au sous-sol de l'ancienne gare d'Orsay, gare monumentale qui fut pendant 39 ans la gare tête de ligne de la compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans et qui a été transformée en musée consacré à l'art du XIXe siècle, ouvert en 1986 sous le nom de musée d'Orsay. Le bâtiment fut classé monument historique en 1978[1],[2].

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Cette gare est située au point kilométrique 0,836 des lignes des Invalides à Quai d'Orsay et de Quai-d'Orsay à Paris-Austerlitz. Son altitude est de 27 mètres.

Historique[modifier | modifier le code]

Ancien palais d'Orsay[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Palais d'Orsay.

Le palais d’Orsay, commencé en 1810, a été occupé par le Conseil d'État au rez-de-chaussée à partir de 1840, rejoint deux ans plus tard par la Cour des comptes au premier étage. Il est incendié pendant la Commune de Paris, en 1871.

Gare d'Orsay[modifier | modifier le code]

Grande horloge de la gare d'Orsay
Ancienne salle de bal de l'hôtel d'Orsay.

Située en bord de Seine, dans le 7e arrondissement de Paris, sur l'actuel quai Anatole-France qui précédemment était la partie est du quai d'Orsay, la gare d'Orsay se trouve à environ 600 m à l'est du Palais Bourbon, à proximité de nombreux ministères.

La gare, ancien terminus de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans, a pour vocation originelle d'accueillir les visiteurs de l'Exposition universelle de Paris, et les délégations étrangères qui se rendent à Paris. Elle permit ainsi de prolonger jusqu'au cœur de Paris les lignes de la Compagnie d'Orléans, qui souffraient de la position excentrée de la gare de Paris-Austerlitz.

La gare d'Orsay en 1920.
Angle de la gare, vers 1905.
Traction électrique en gare d'Orsay au début du XXe siècle.
Les quais de la gare. On distingue le profil aérien de contact, un rail suspendu qui assure l'alimentation électrique des trains.

La nouvelle gare se doit donc de représenter le savoir-faire français sans porter atteinte aux quais de la Seine proche, au « bon goût » et à l'Académisme triomphant de l'époque. Sa conception fut alors confiée à l’architecte et premier grand Prix de Rome, Victor Laloux, créateur de la gare de Tours, qui construit cet édifice en employant une ample et audacieuse verrière à structure métallique qu’il masque à l'aide d'un parement de pierre richement orné. Trois statues monumentales représentent les trois principales destinations desservies par la Compagnie d'Orléans : Bordeaux[3], Toulouse[4] et Nantes ; elles sont l'œuvre respectivement[5] de Jean-Baptiste Hugues, Laurent Marqueste et Jean-Antoine Injalbert. L'extrémité ouest du bâtiment est occupé par un hôtel de 370 chambres, que l'on reconnaît à sa façade.

Les travaux ont été réalisés par l'entrepreneur Léon Chagnaud, et l'inauguration de l'ensemble eut lieu en 1900 à l'occasion de l'exposition universelle.

La riche décoration des caissons de sa voûte intérieure n'est rendue possible qu'à la condition de n'ouvrir la gare qu'aux trains à traction électrique (ce que la longueur des souterrains précédant la gare impose également). Les locomotives à vapeur s'arrêtent donc en gare de Paris-Austerlitz, puis sont dételées et des locomotives électriques prennent alors le relais jusqu'en gare d'Orsay.

Dès les années 1920 des projets de liaisons avec la gare des Invalides et celle du Luxembourg sont prévus. Mais seule une amorce d'environ 300 mètres vers Luxembourg est construite et servira par la suite comme tiroir pour les manœuvres en gare, puis à partir de 1939 comme garage pour les rames de banlieue. Ses quais devenant trop courts pour l'évolution des transports ferroviaires, l'édifice voit sa fonction limitée au trafic de banlieue en 1939. Le trafic grandes lignes est alors reporté à la gare de Paris-Austerlitz.

Une gare en sommeil[modifier | modifier le code]

En 1940, la gare sert comme plate-forme de triage des colis ensuite envoyés aux soldats français combattant contre l’Allemagne[6].

En 1945, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'endroit est réquisitionné comme espace de transit pour les prisonniers de guerre français revenant d'Allemagne. Durant les années 1950, seul l'accès à quelques quais est maintenu pour le trafic banlieue, le reste de la gare étant désaffecté. Le trafic ferroviaire disparaît totalement en 1958 après avoir déjà abandonné les grandes lignes en 1939 au profit de la gare d'Austerlitz. Durant la décennie suivante, une longue bataille s'ouvre sur la réaffectation du bâtiment voyageurs. En 1970, l'autorisation de démolir la gare est accordée mais les bâtiments de la gare sont inscrits à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1973 ; ils seront classés comme monument historique en 1978[2].

Quelques réutilisations[modifier | modifier le code]

Suite à l'appel de l'abbé Pierre en 1954, la gare rebaptisée « Gare de l'espoir » est transformée en entrepôt servant de vide-greniers pour l'« opération débarras »[7]. Dès le début des années 1960, ses voûtes à l'abandon abritent des tournages de films dont celui du Procès d'Orson Welles d'après Kafka, sert de lieu d'implantation, pendant plusieurs années, au théâtre d'Orsay (démontable) de la compagnie Renaud-Barrault et accueille des salles de vente de l'Hôtel Drouot pendant sa reconstruction. Les premiers projets de rénovation de la capitale sous le président Charles de Gaulle prévoient sa démolition pour laisser la place à un immense hôtel en verre et de forme parallélépipédique. Mais des efforts pour sa sauvegarde la sauvent de justesse[8]. L'ancienne gare est inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1973[2].

Une rame Z 5600 assure une mission SERI à destination de Saint-Quentin-en-Yvelines.

La fin des années 1970 marqua de grands changements pour la gare d'Orsay. En 1979, le percement d'un tunnel avec la gare des Invalides, située à quelques centaines de mètres, est enfin achevé. La gare d'Orsay ne comporte dès lors que quatre voies à quai (au lieu d'une dizaine) et devient une station souterraine de passage du RER C. L'amorce des anciennes voies supprimées devient durant les années 1980 un atelier pour les trains de travaux du RER C, tandis que l'amorce vers la gare du Luxembourg reste un lieu de garage des rames le week-end.

Musée d'Orsay[modifier | modifier le code]

La gare devenue musée.
Article détaillé : Musée d'Orsay.

Le président de la république française Valéry Giscard d'Estaing souhaitait transformer l'édifice pour en faire un musée des arts du XIXe siècle. En concurrence frontale avec le Musée du Louvre, riche en œuvres picturales de la 1re moitié du XIXe siècle, il est décidé que le futur Musée d'Orsay en sera le prolongement et le complément. La période, allant de 1848 à 1914 est arrêtée.

Après plusieurs années de difficultés, un concours est organisé entre des équipes réunissant architectes et muséographes. C'est l'équipe ACT Architecture composée de Renaud Bardon, Pierre Colboc et Jean-Paul Philippon qui se voit confier la transformation de la gare en musée. L'architecte d'intérieur Gae Aulenti y a également participé, notamment pour la conception de la grande galerie qui accueille les visiteurs. L'élection de François Mitterrand à la présidence, en 1981, ne remet pas longtemps en cause un projet qui amorce un programme de grands travaux. Les conservateurs du Musée d'Orsay souhaitent faire de la grande nef un lieu de dialogue entre les courants novateurs des arts plastiques (à commencer par une très belle présentation d'œuvres impressionnistes) et l'art considéré comme « pompier ». Se refusant à faire un choix trop orienté vers des goûts propres à notre époque, Orsay n'oblitère pas ceux des générations futures. Une place importante est attribuée à la sculpture monumentale, l'architecture, les arts décoratifs et la musique ainsi qu'à l'organisation de nombreuses expositions temporaires.

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Desserte[modifier | modifier le code]

En 2011, 7 840 voyageurs ont pris le train dans cette gare chaque jour ouvré de la semaine[9]. Et 2012, environ 9 800 montants par jour ont été comptabilisés dans cette gare[10].

Correspondances[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par les lignes 24, 68, 69, 73, 84 et 94 du réseau de bus RATP, par les lignes à vocation touristique Balabus et OpenTour et, la nuit, par la ligne N01 du réseau de bus Noctilien.

La ligne 12 du métro passe à proximité : station Solférino à 250 mètres environ en empruntant vers le sud la rue de Bellechasse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Page sur l'histoire du musée d'Orsay, sur son site Internet, consultée le 12 janvier 2010.
  2. a, b et c « Notice no PA00088689 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Photo de la statue représentant Bordeaux, sur zoonar.de. Consulté le 4 octobre 2012.
  4. Photo de la statue représentant Toulouse, sur zoonar.de. Consulté le 4 octobre 2012.
  5. Fiche Musée d'Orsay, sur patrimap.paris.fr (Patryst, La culture à la carte). Consulté le 4 octobre 2012.
  6. Clive Lamming, Paris au temps des gares, Parigramme, 2011, « Orsay, un palais pour une gare », pages 125-129.
  7. Catherine Ogier, dossier spécial anniversaire Abbé Pierre, Le Pèlerin, no 6922, 29 janvier 2004
  8. « Orsay, de la gare au musée : repères historiques », § Quelques réutilisations, article du 14 décembre 2011 sur 'arte.tv. Consulté le 4 mars 2012.
  9. [PDF] « Délibération n° 2012/301, séance du 10 octobre 2012 », sur le site du STIF,‎ 7 décembre 2011 (consulté le 24 août 2013) : « Déploiement de nouveaux afficheurs Infogare TFT/TLED ligne C, Volet information voyageurs : Identifiant PQI 181 », p. 15. Le STIF définit le nombre de montants pour une gare comme le nombre de voyageurs y prenant le train les jours ouvrés et hors période de vacances scolaires.
  10. [PDF] « Comité de ligne du 6 février 2013, présentation de RFF et SNCF », sur stif.org,‎ 6 février 2013 (consulté le 4 avril 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Pontoise C1
Montigny - Beauchamp C3
Invalides (RER) (C) Saint-Michel - Notre-Dame Massy - Palaiseau C2
Pont-de-Rungis - Aéroport d'Orly C12
Versailles-Château C5 Invalides (RER) (C) Saint-Michel - Notre-Dame Versailles-Chantiers C8
par Juvisy
Juvisy C10
Saint-Quentin-en-Yvelines C7 Invalides (RER) (C) Saint-Michel - Notre-Dame Dourdan - La Forêt C4
Saint-Martin-d'Étampes C6
Montigny - Beauchamp C3
Chaville - Vélizy
Invalides
Invalides (RER) (C) Saint-Michel - Notre-Dame Dourdan
Dourdan - La Forêt C4
Montigny - Beauchamp C3
Pont du Garigliano
Invalides (RER) (C) Saint-Michel - Notre-Dame Brétigny