Gare de la Luz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gare de la Luz
Image illustrative de l'article Gare de la Luz
Gare de la Luz en 2005, après d'importants travaux de restauration
Localisation
Pays Drapeau du Brésil Brésil
Ville São Paulo
Quartier Luz
Adresse Praça da Luz, 1 - Luz - São Paulo
Coordonnées géographiques 23° 32′ 06″ S 46° 38′ 07″ O / -23.535, -46.635278 ()23° 32′ 06″ Sud 46° 38′ 07″ Ouest / -23.535, -46.635278 ()  
Gestion et exploitation
Propriétaire Companhia Paulista de Trens Metropolitanos
Services Trains
Métro de São Paulo : lignes 1 et 4
Caractéristiques
Voies 4
Quais 4
Altitude 749 m
Historique
Mise en service 16 février 1867
Ouverture 1901
Architecte Henry Driver

Géolocalisation sur la carte : São Paulo

(Voir situation sur carte : São Paulo)
Gare de la Luz

Géolocalisation sur la carte : Brésil

(Voir situation sur carte : Brésil)
Gare de la Luz

La gare de la Luz (Estação da Luz en portugais) est une gare ferroviaire située dans le quartier de la Luz à São Paulo, au Brésil. Elle appartient au réseau métropolitain géré par la Companhia Paulista de Trens Metropolitanos. Elle accueille en son sein le musée de la langue portugaise, inauguré en 2006, ce qui lui vaut parfois l'appellation de Estação Luz da Nossa Língua (Gare Lumière de Notre Langue).

Présentation[modifier | modifier le code]

La gare, bâtie entre 1895 et 1901, est destinée à l'origine à accueillir le siège social de la société nouvellement fondée de São Paulo Railway. Pendant les premières décennies du XXe siècle, elle est le principal point de transit de la ville, des voyageurs mais aussi des marchandises, notamment du café expédié vers le port de Santos et de nombreux biens de consommation importés en retour, en raison du faible niveau d'industrialisation de la ville. Cette situation confère donc en ces temps à la gare une importance toute particulière.

Elle occupe l'emplacement de l'ancienne gare de la Luz, inaugurée 16 février 1867. Cette gare « nouvelle » est choisie sur catalogue, comme simple réplique d'une gare de Melbourne, en Australie. On doit sa conception à l'architecte britannique Henry Driver et sa réalisation à la société Walter Macfarlane & Co. Saracen Foundry Glasgow en Écosse. Les matériaux servant à sa construction sont tous importés de Grande-Bretagne et simplement montés à São Paulo.

Dans les 1940, la gare prend feu et, lors des travaux de reconstruction, un nouvel étage est ajouté. Les années qui suivent sont marquées par le ralentissement progressif du transport par chemin de fer, entraînant avec lui le déclin du quartier de la Luz. La gare se détériore alors peu à peu, avant que des travaux de restauration ne soient entrepris dans les années 1990, notamment sous la direction de l'architecte Paulo Mendes da Rocha.

Témoin du passé[modifier | modifier le code]

La gare témoigne de l'importance du négoce du café dans l'histoire de la ville, constituant dans le passé la principale source de revenus de São Paulo. Pendant des décennies, avant la construction des gratte-ciel dans la seconde moitié du XXe siècle, sa tour, qui n'est pas sans rappeler Big Ben, domine la ville et son horloge sert de référence à toutes les horloges de la ville.

À son apogée au début du XXe siècle, alors que le quartier de la Luz est vital, la gare, associée au parc de la Luz et à la Pinacothèque de l'État de São Paulo, compte parmi les monuments importants de la ville, constitutifs de son image de marque.

Avec les travaux du métro de São Paulo dans les années 1970, le monument de Ramos de Azevedo est enlevé, changeant l'aspect du site, mais conférant à la gare une certaine monumentalité.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Jorge, Clóvis de Athayde. Luz – Notícias e reflexões. Département du Patrimoine Historique, 1988
  • Elias, Maria Beatriz de Campos (dir.). Um século de Luz. Éditions Scipione, 2001
  • Toledo, Benedito Lima de. São Paulo: Três cidades em um século. Éditions Cosac et Naify, 2003

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :