Gare de Senlis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Senlis
Image illustrative de l'article Gare de Senlis
Façade de l'ancien bâtiment voyageurs
Localisation
Pays France
Ville Senlis (Oise)
Adresse Place de la gare
Coordonnées géographiques 49° 12′ 22″ N 2° 35′ 33″ E / 49.206245, 2.592579 ()49° 12′ 22″ Nord 2° 35′ 33″ Est / 49.206245, 2.592579 ()  
Gestion et exploitation
Propriétaire Ville de Senlis (depuis 2003)
Services gare fermée
Caractéristiques
Ligne(s) Ligne de Chantilly - Gouvieux à Crépy-en-Valois
Voies ligne fermée et désaffectée
Historique
Mise en service 15 août 1862
Fermeture 8 octobre 1950
Architecte Gustave Umbdenstock
Classement  Inscrit MH (2001)
Correspondances
Cars interurbains de l'Oise Compiègne, Creil, Chantilly, Orry-la-Ville, Le Plessis-Belleville, Crépy-en-Valois

La gare de Senlis est une gare ferroviaire française située à Senlis dans l'Oise, en Picardie[1]. Ouverte en 1862 elle est fermée au service voyageurs par le rail en 1950, puis désaffectée pour le service marchandises au début des années 1990, en même temps que la ligne de Senlis à Ormoy-Villers.

Du fait de l'incendie de la première gare pendant la Première Guerre mondiale, le bâtiment voyageurs existant est construit en 1922 par Gustave Umbdenstock. Il fait l'objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 17 août 2001[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ancienne gare, détruite le 2 septembre 1914
Les ruines de la gare, incendiée le 2 septembre 1914
La nouvelle gare de Gustave Umbdenstock, peu après son inauguration en 1922

Un premier bâtiment voyageurs est construit en 1861, il reprend le modèle standard de la Compagnie des chemins de fer du Nord, dessiné par l'ingénieur Lejeune (comme l'actuelle gare de Chantilly - Gouvieux).

La section Chantilly - Senlis de la ligne de Chantilly - Gouvieux à Crépy-en-Valois est mise en service en 1862[1], elle rejoignait la gare de Chantilly par un embranchement situé au nord du viaduc. Le trajet fait alors 12 km et dure 20 minutes. La ligne desservait les gares et haltes de Saint-Maximin, Golf de Chantilly, Vineuil, Saint-Firmin, Aumont, Saint-Nicolas. La ligne est prolongée jusqu'à Crépy-en-Valois en 1870, rejoignant ainsi la Ligne de La Plaine à Hirson et Anor (frontière) (Paris - Soissons - Laon). Le trajet se fait alors en 40 minutes.

La gare est incendiée par les troupes allemandes le 2 septembre 1914[1], et le bâtiment voyageurs de 1861 dévasté. La décision est prise de le démolir au lieu de le reconstruire, en faveur d'un bâtiment tout neuf. C'est dans le cadre de ce projet qu'intervient Gustave Umbdenstock, architecte de la Compagnie[1], assisté d'Urbain Cassan. Le nouveau bâtiment est construit en 1922.

La ligne est fermée au trafic voyageurs en 1938 entre Senlis et Chantilly, et en 1950 entre Senlis et Crépy. Vers Chantilly, la ligne est totalement désaffectée en 1971[3], Senlis restant desservi en trafic marchandises pendant une vingtaine d'années encore depuis Ormoy-Villers, jusqu'à ce que la ligne ne soit coupé pour la construction de la LGV Nord en 1991. Cependant, la SNCF continue d'accueillir les voyageurs à la gare de Senlis jusqu'au 3 juin 2003, quand le guichet est fermé et remplacé par une nouvelle « boutique SNCF » en centre-ville[4].

En 2004, la ville de Senlis acquiert trois hectares de l'emprise de la gare, comprenant, entre autres le bâtiment voyageurs et ses bâtiments annexes sauf l'ancien syndicat d'initiative à gauche du bâtiment voyageurs[5]. Le bâtiment voyageurs est devenue une maison de l'emploi depuis le 9 juillet 2007[6].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Site Structurae, Ancienne gare de Senlis lire en ligne (consulté le 5 mai 2010).
  2. « Notice no PA60000037 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Cf. « Histoire de la ligne » (consulté le 15 mars 2010). La fermeture au trafic de marchandises intervient en 1960 entre Chantilly et Saint-Firmin, cette dernière gare restant desservie depuis Senlis et Ormoy-Villers jusqu'en 1971.
  4. Cf. article de Victor Fortunato dans le quotidien régional Le Parisien du jeudi 24 juillet 2003.
  5. Cf. le bulletin municipal Senlis en bref, n° 184, mars 2004, p. 1 : La gare de Senlis : des précisions sur le projet d'aménagement ; Lire en ligne.
  6. Cf. le bulletin municipal Senlis en bref, n° 222, septembre 2007, 12 p. ; p. 1 ; Lire en ligne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]