Gare de Florence-Santa-Maria-Novella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Firenze Santa Maria Novella
Image illustrative de l'article Gare de Florence-Santa-Maria-Novella
Bâtiment voyageurs et entrée de la gare
Localisation
Pays Italie
Ville Florence
Adresse Piazza della Stazione
Coordonnées géographiques 43° 46′ 34″ N 11° 14′ 54″ E / 43.776218, 11.248326 ()43° 46′ 34″ Nord 11° 14′ 54″ Est / 43.776218, 11.248326 ()  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFI
Grandi Stazioni (gestionnaire)
Exploitant Trenitalia
Historique
Mise en service 1934
Correspondances
Bus ATAF
Tramway Alamanni Stazione

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Firenze Santa Maria Novella

La gare de Florence-Santa-Maria-Novella (en italien : stazione di Firenze Santa Maria Novella) est la principale gare ferroviaire de Florence, ville d'Italie chef-lieu de la région de Toscane. Principalement dessinée par Giovanni Michelucci, elle est considérée comme un des grands chefs-d'œuvre de l'architecture italienne des années 1930. Elle est située dans le quartier éponyme de Santa Maria Novella, face à l'église du même nom, en bordure nord-ouest du centre historique de Florence.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Santa Maria Novella tient une position centrale sur l'épine dorsale du réseau ferroviaire italien, qui s'étend de Turin à Naples via Milan, Bologne et Rome. Son trafic voyageurs s'élève à 59 millions de passagers/an, ce qui la met en 4e position en Italie derrière Roma Termini, Milano Centrale et Torino Porta Nuova[1]. Elle compte 19 voies en service. Chaque jour en moyenne, plus de 400 trains de voyageurs y marquent l'arrêt

Contrairement à la gare de Bologne, Santa-Maria-Novella est une gare cul-de-sac, servie par un faisceau de voies qui pénètrent profondément à l'intérieur de la ville. Cette disposition, si elle contribue à allonger le temps de parcours des trains grandes lignes qui y font escale, est très appréciée des innombrables touristes qui peuvent ainsi visiter le centre ancien de Florence à peine sont-ils sortis de la gare.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première gare édifiée à Florence est la Stazione Leopolda (ainsi nommée en l'honneur du grand-duc régnant Léopold II de Toscane), bâtie près de la Porta al Prato pour accueillir une ligne en provenance de Livourne. Mise en chantier en 1841, elle entre en service en juin 1848.

Mais entre-temps a été construite, et inaugurée dès février 1848, une autre gare sur l'actuel emplacement de Santa-Maria-Novella et faisant tête de ligne vers Prato, ébauche des relations vers le nord du pays. Mieux située près du centre ville, cette gare appelée alors Stazione Maria Antonia (dédiée à Marie-Antoinette de Bourbon-Siciles, épouse du grand-duc) capte tout le trafic voyageurs, si bien que la Stazione Leopolda sera transformée en gare de marchandises dès 1860.

Cette même année 1860, avec la fin du grand-duché de Toscane et son rattachement au royaume d'Italie, la gare Maria Antonia est rebaptisée Santa Maria Novella. Elle était alors installée plus près de l'église du même nom, au point d'empiéter sur ses jardins, et restera inchangée jusqu'aux années 1930.

En 1931 le ministre Costanzo Ciano confie à l'architecte Angiolo Mazzoni l'étude d'une gare plus grande et plus éloignée de l'église. Comme le projet qu'il présente soulève des controverses, la ville de Florence décide en 1932 de lancer un concours. Sur plus de 100 soumissions, c'est le projet présenté par le « Gruppo Toscano », mené par Giovanni Michelucci, qui l'emporte. La modernité radicale de leur plan suscite une levée de boucliers de la part d'intellectuels conservateurs menés par l'académicien fasciste Ugo Ojetti, mais recueille l'assentiment de Benito Mussolini en personne, qui reçoit le 10 juin 1934 au Palais de Venise toute l'équipe du Gruppo Toscano pour lui exprimer son plein appui.

C'est Margherita Sarfatti, amie et conseillère du Duce, qui « a convaincu le Duce de la beauté de cette gare qui, vue en plan, ressemblait à un faisceau de licteur »[2]. En fait, il semble que la similarité avec l'emblême du parti fasciste soit pur hasard, la disposition de voies existantes expliquant la présence d'une dissymétrie latérale faisant penser à un fer de hache. Au demeurant, Michelucci était personnellement indifférent à la rhétorique du fascisme.

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Desserte[modifier | modifier le code]

Les lignes suivantes desservent la gare :

  • Bologne-Florence (grande vitesse)
  • Bologne-Florence (ligne classique)
  • Florence-Rome (grande vitesse)
  • Florence-Rome (ligne classique)
  • Florence-Prato-Pistoia-Lucques-Viareggio
  • Florence-Pise-Livourne
  • Florence-Faenza
  • Florence-Pise-La Spezia (inter-cités)

Il existe un cadencement des trains vers Rome, Milan, Naples et Venise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Site GrandiStazioni (Groupo ferrovie dello stato italiane), Le stazioni più grandi d'Italia : Firenze S. Maria Novella lire (consulté le 14 août 2012).
  2. Giovanni Klaus Koenig, Architettura in Toscana 1931 - 1968, ERI, Edizioni Rai Radiotelevisione Italiana, 1968; pp. 34-35

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Terminus Terminus TAV Arezzo Naples-Centrale
Terminus Terminus TAV Rome-Termini Naples-Centrale
ou Rome-Termini
Terminus Terminus TAV Bologne-Centrale Venise-Santa-Lucia
Terminus Terminus TAV Bologne-Centrale Milan-Centrale
Terminus Terminus TAV Bologne-Centrale Turin-Porta-Nuova