Gare de Die

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Die
Image illustrative de l'article Gare de Die
La gare vue coté voies en 2008.
Localisation
Pays France
Ville Die
Département Drôme
Adresse Place Pierre-Semard
26150 Die
Coordonnées géographiques 44° 45′ 31″ N 5° 21′ 44″ E / 44.758669, 5.362355 ()44° 45′ 31″ Nord 5° 21′ 44″ Est / 44.758669, 5.362355 ()  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Exploitant SNCF
Desserte Intercités
TER Rhône-Alpes et PACA
Caractéristiques
Ligne(s) Livron à Aspres-sur-Buëch
Voies 2 + voies de service
Quais Quai 1 : 363 m
Quai 2 : 370 m
Altitude 395 m
Historique
Mise en service 1er septembre 1885

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Die

Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Rhône-Alpes)
Die

Géolocalisation sur la carte : Drôme

(Voir situation sur carte : Drôme)
Die

La gare de Die est une gare ferroviaire française située sur le territoire de la commune de Die (sous-préfecture du département de la Drôme), en région Rhône-Alpes.

Die est une gare[1] de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), elle est desservie par un train de nuit Intercités et des trains express régionaux TER PACA/TER Rhône-Alpes.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare de Die est située au point kilométrique (PK) 53,849[2] de la ligne de Livron à Aspres-sur-Buëch, entre les gares ouvertes de Saillans et de Luc-en-Diois. Son altitude est de 395 m.

C'est une gare d'évitement qui comporte une deuxième voie permettant le croisement des trains sur la voie unique. La gare est fermée au trafic fret, cependant les voies correspondantes sont en état et accueillent les trains de travaux ou d'acheminement de matériel de voie.

Historique[modifier | modifier le code]

La Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM) ouvre la ligne par sections : de la gare de Crest à la gare de Die le 1er septembre 1885[3] ; de la gare de Livron à Crest le 25 septembre 1871[3] ; et de Die à la gare d'Aspres-sur-Buëch le premier juin 1894[3].

Le château d'eau utilisé pour l'alimentation des locomotives à vapeur a été démoli dans les années 1980.

Service voyageurs[modifier | modifier le code]

La gare[modifier | modifier le code]

Elle dispose de 2 voies et de 2 quais : le quai 1 dispose d'une longueur utile de 363 m pour la voie unique[4], le quai 2 d'une longueur utile de 370 m pour la voie 2 (évitement)[4]. Le quai 1 a la particularité d'être coupé par une voie de service (passage planchéié).

Accueil[modifier | modifier le code]

L'ancienne cloche électrique de la gare de Die

Cette ancienne gare du PLM a conservé son bâtiment des voyageurs encadré par deux cèdres centenaires. La cloche électrique d'annonce des trains, qui date du PLM, bien que hors service depuis longtemps a été préservée. La halle de remisage prévue pour deux machines existe toujours. Elle est maintenant utilisée pour stocker du matériel.

La gare de Die fin 2009

Aujourd'hui gare[5] SNCF, son bâtiment des voyageurs dispose d'un guichet ouvert tous les jours de 6h50 à 19h30 avec 3 courtes périodes de fermeture dans la journée. La gare est ouverte au public tous les jours de 5h00 à 23h35. Un parking gratuit d'une trentaine de places a été aménagé par la commune à côté du bâtiment sur un terrain appartenant à la SNCF[6]

Desserte[modifier | modifier le code]

Un train de nuit Intercités qui assure la relation de Paris-Austerlitz à Briançon et retour dessert Die tous les jours à longueur d'année.

Elle est également desservie par les trains TER Rhône-Alpes qui circulent entre la gare de Romans - Bourg-de-Péage et la gare de Briançon (via Valence-TGV et Valence-Ville). C'est la région Paca qui assure ce service.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site SNCF TER Rhône-Alpes, Informations pratiques sur les gares : Gare de Die lire en ligne (consulté le 20 février 2011).
  2. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, ISBN 978-2-918758-44-0, volume 2, page 192.
  3. a, b et c Revue La Vie du Rail no 1427 page 10 "Le chemin de fer à Briançon".
  4. a et b Document de référence du réseau ferré national, année 2012, annexe 7.2
  5. Site SNCF TER Rhône-Alpes
  6. Compte rendu de la réunion du conseil municipal du 12 février 2008 page 32.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Chaintreau, Jean Cuynat et Georges Mathieu, Les Chemins de fer du PLM, éditions La Vie du Rail et La Régordanne, 1993.
  • Patricia et Pierre Laederich, André Jacquot et Marc Gayda, Histoire du réseau ferroviaire français, éditions de l'Ormet, Valignat, 1996.
  • Jean-Marc Dupuy, Les archives du PLM, tome 1 l'histoire de la Compagnie des origines à 1899, numéro hors série revue Le Train, 2008.
  • Indicateurs horaires SNCF de 1938 à 2005.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Paris-Austerlitz Crest Intercités Luc-en-Diois Briançon
Romans-Bourg-de-Péage Saillans TER Rhône-Alpes Luc-en-Diois Briançon