Gare d'Ermont - Eaubonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ermont - Eaubonne
Image illustrative de l'article Gare d'Ermont - Eaubonne
Le bâtiment des voyageurs
Localisation
Pays France
Ville Ermont et Eaubonne
Adresse Rue des Bussys
95120 Ermont
Coordonnées géographiques 48° 58′ 50″ N 2° 16′ 17″ E / 48.98069, 2.27147 ()48° 58′ 50″ Nord 2° 16′ 17″ Est / 48.98069, 2.27147 ()  
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF/RFF
Exploitant SNCF
Services (RER)(C) TransilienLigne H du TransilienLigne J du Transilien
Caractéristiques
Ligne(s) Saint-Denis à Dieppe, Ermont-Eaubonne à Champ-de-Mars (VMI), Paris-Saint-Lazare à Ermont-Eaubonne, Ermont-Eaubonne à Valmondois
Voies 8
Quais 2 quais centraux
et 4 quais latéraux
encadrant 8 voies
(Voies 1-2 : (RER)(C)
Voies 3-4 : TransilienLigne H du Transilien Paris Nord - Pontoise
Voies 5-6 :TransilienLigne H du Transilien Paris Nord - Persan-Beaumont
Voies 7-8 : TransilienLigne J du Transilien vers Paris Saint-Lazare)
Transit annuel 15,8 millions[1] (2008)
Zone 4 (tarification Île-de-France)
Altitude 51 m
Historique
Ouverture 20 juin 1846
25 septembre 1988 (RER)(C)
27 août 2006 TransilienLigne J du Transilien
Correspondances
Bus et Noctilien Voir Correspondances

La gare d’Ermont - Eaubonne est une gare ferroviaire française de la ligne de Saint-Denis à Dieppe, située sur le territoire des communes d'Ermont et d'Eaubonne (département du Val-d'Oise). Elle se trouve à la bifurcation des lignes de Paris-Saint-Lazare à Ermont-Eaubonne, Ermont-Eaubonne à Champ-de-Mars (VMI), et d'Ermont-Eaubonne à Valmondois, à 14,2 km de la gare de Paris-Nord.

Nœud ferroviaire important de la banlieue nord de Paris, elle a fait l'objet d'un profond réaménagement depuis 2005 (les travaux d'infrastructure ont débuté fin 2003) qui en fait l'une des rares gares d'Île-de-France desservie par trois lignes distinctes (le RER C, et les lignes Transilien H et J) et deux réseaux ferrés différents (Paris-Nord et Paris-Saint-Lazare).

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare d'Ermont - Eaubonne est située au sud de la commune d'Ermont à la limite de celle d'Eaubonne. Ses quais surplombent la route départementale 909 que les voies coupent perpendiculairement.

Établie au centre de la vallée de Montmorency, elle se situe au point kilométrique 14,174 de la ligne de Saint-Denis à Dieppe, ancien tronçon de la ligne de Paris-Nord à Lille avant l'ouverture du tronçon plus direct de Saint-Denis à Creil par Chantilly en 1859. Elle se situe également au PK 14,165 de la ligne de Paris-Saint-Lazare à Ermont - Eaubonne.

Les lignes d'Ermont-Eaubonne à Champ-de-Mars (VMI) et de Paris-Saint-Lazare à Ermont-Eaubonne y aboutissent. La première se joint à la ligne de Saint-Denis vers Pontoise et au-delà vers Dieppe, la seconde est en impasse. Enfin, la gare est à l'origine de la ligne d'Ermont - Eaubonne à Valmondois.

Sur la ligne de Saint-Denis à Dieppe, la gare est située après la gare du Champ de courses d'Enghien et précède la gare de Cernay.

Histoire[modifier | modifier le code]

Situation vers 1870 : seul l'embranchement Ermont - Sannois - Argenteuil vers Paris Saint-Lazare est alors construit.

La première « station d'Ermont » est inaugurée[2] le 14 juin 1846 lors de l'ouverture de la ligne de Paris à Lille et à la frontière belge par la Compagnie des chemins de fer du Nord[3],[4]. Cette ligne passait alors par la vallée de Montmorency avant de bifurquer vers le nord-est à Saint-Ouen-l'Aumône et de suivre la vallée de l'Oise. Ce choix singulier - car faisant un sérieux détour au nord-ouest de Paris - répond à une logique strictement financière : en effet, le coût de construction était plus restreint en suivant les fonds de vallées, un seul ouvrage d'art d'importance (un pont sur l'Oise à Auvers-sur-Oise) étant à construire. L'itinéraire actuel, plus direct par la plaine de France et Chantilly, n'a été mis en service qu'en 1859, au prix de la construction de deux viaducs importants et d'un nouveau pont sur l'Oise à Creil, n'accordant plus dès lors qu'un rôle de desserte secondaire à cet ancien itinéraire via la vallée de Montmorency.

La « gare d'Ermont » est construite en 1er août 1863 à l'occasion de l'ouverture d'une jonction entre Argenteuil et Ermont via Sannois. En 1878, elle est déplacée à la jonction de cette ligne avec celle de Pontoise où le nouveau bâtiment voyageurs sera démoli en 2005. Elle est renommée « gare d'Ermont - Eaubonne » en 1893.

L'ouverture de la liaison Ermont - Valmondois a lieu le 26 août 1876. La ligne des Grésillons ou des Docks reliant Ermont - Eaubonne à la gare du Nord via Gennevilliers et l'ancienne gare de La Plaine-Tramways est, quant à elle, mise en chantier en 1905 et inaugurée le 1er juillet 1908[5].

Comme dans beaucoup de communes d'Île-de-France, l'arrivée du chemin de fer eut pour conséquence le lotissement progressif des terres agricoles et des parcs de châteaux, à Eaubonne en particulier, et l'arrivée au début du XXe siècle d'une population d'ouvriers et d'employés séduits par le cadre, les terrains peu chers et la proximité nouvelle de la capitale. Cette nouvelle population fut à l'origine d'une profonde mutation sociale des communes concernées avec l'évolution de ces petites communes viticoles et maraîchères en « banlieues dortoir »[6].

Sur le réseau Nord, l'électrification arrive sur la ligne Paris/Lille par Creil le 9 décembre 1958 puis sur les lignes Paris-Bruxelles via Compiègne et Paris-Mitry-Crépy-en-Valois en 1963[7].

La modernisation de l'itinéraire Paris-Nord - Pontoise est alors lancée avec pour but d'améliorer les performances de cette ligne dont la fréquentation est en hausse constante avec l'urbanisation croissante de la banlieue nord et de faire disparaître les locomotives à vapeur 141 TC du dépôt des Joncherolles tractant les robustes mais spartiates voitures de banlieue Nord à la fin de 1970. En avril/mai 1969, la traction électrique est en service sur Paris - Pontoise et Pontoise - Creil, accompagnée de la signalisation par block automatique lumineux. À cette occasion, la troisième voie centrale dite de « relation »[8] de la section Enghien-les-Bains - Ermont est banalisée (ne pas confondre avec les IPCS ou installations permanentes de contre-sens) afin de fluidifier le trafic[9]. Les anciennes cabines 1 et 2 d'aiguillage sont remplacées par un poste… qui comprend plusieurs postes en son sein : un PRS pour la zone Enghien et un morceau du PELI MORS de la gare Saint-Lazare conçu en 1963 et démonté en deux parties (l'une installée à Ermont, l'autre à Rouen-Rive-Droite). Au poste à leviers type Mors a été ajouté ultérieurement un PRS pour la zone nord (Cernay) et un PMV pour l'entrée des voies de garage paires lors de l'arrivée de la ligne C. La ligne de Paris à Persan - Beaumont via Montsoult - Maffliers et l'antenne de Luzarches sont mises sous tension en mai 1970. Puis finalement, c'est au tour de l'antenne d'Ermont - Eaubonne à Valmondois le 11 décembre 1970[10]. La dernière liaison à vapeur entre Paris et Ermont s'est élancée le 12 décembre 1970 à 12 h.

Le court embranchement (4 257 m) d'Ermont à Argenteuil continue à être exploité sous forme de navettes diesel (BB 66000 du dépôt de La Plaine tractant des rames Talbot) avant l'électrification de ce tronçon en avril 1983 avec installation connexe du BAL[11]. Cette opération est poursuivie finalement sur la ligne d'Ermont - Eaubonne à Saint-Ouen-les-Docks en 1988 dans le cadre de la création de la « VMI », branche nord-ouest du RER C mis en service le 25 septembre 1988[12].

Un pôle multimodal[modifier | modifier le code]

Quais des trains vers la gare de Paris-Saint-Lazare. Remarquer le heurtoir « dynamique » à absorption d'énergie.

Trop petit, situé au bout d'un long couloir d'accès aux quais, le bâtiment de la gare édifié en 1878 ne convenait plus aux besoins actuels des usagers de la gare d'Ermont - Eaubonne. L'ancienne gare routière située à l'ouest de la D 909 imposait une dangereuse traversée d'une route très fréquentée et occasionnait des accidents. Un nouveau pôle multimodal a ainsi été décidé et mis en chantier en 2005, à l'occasion de l'ouverture d'une liaison directe vers Paris Saint-Lazare, qui engendre un trafic encore accru.

Une nouvelle gare routière a d'abord été mise en service ainsi qu'un parvis sud en 2005. Un nouveau bâtiment voyageurs mieux dimensionné et adapté aux besoins actuels est en cours d'édification. Cette construction sur trois niveaux s'étendra sur 112 m de longueur et jusqu'à 25 m de largeur et sera constituée de verre et d'acier. Elle sera de fait l'ensemble de trois édifices : un bâtiment consacré à la vente des billets Transilien, un second pour la vente des billets grandes lignes et abritant quelques commerces, et un troisième destiné à la régulation de la gare routière. Les travaux du nouveau bâtiment voyageurs ont démarré en septembre 2006. Situé au-dessus d'une nappe phréatique, il a nécessité la mise en place de 84 pieux de fondation.

L'ensemble des travaux de la première phase est financé par la région Île-de-France (112,8 M€), l'État (56,4 M€), le Conseil général du Val-d'Oise (8 M€), RFF (16,3 M€) et la SNCF (2,5 M€)[13],[14]. Le nouveau pôle multimodal a été inauguré le 22 juin 2009[15].

Une seconde phase ultérieure permettra une meilleure fluidification du trafic Transilien vers la gare de Paris-Nord par la construction d'un saut-de-mouton en avant gare côté est.

Aujourd'hui, la gare d'Ermont - Eaubonne (du point de vue exploitation ferroviaire) ne comprend plus que les voies 1 à 6. l'ancien chantier de remisage qui permettait de recevoir 14 éléments, sur 7 voies, a été réduit à 4 voies dont seules 2 sont utilisées régulièrement. Les voies 7 et 8 sont gérées par la gare d'Argenteuil (Poste Informatique) et ne font pas partie de la gare d'Ermont - Eaubonne au sens « infrastructure exploitation ». Le Poste 1 d'Ermont comprend toujours un poste d'aiguillage tout relais à transit souple (PRS) pour la zone d'Enghien, le PELI mors de 1963 (avec quelques leviers en moins) et une nouvelle table PRS qui télécommande un PRCI pour la zone Nord-Cernay.

À l'occasion de ce vaste chantier, une zone d'aménagement concerté (Z.A.C.) a été mise en œuvre, redessinant complètement le quartier de la gare sur les territoires des communes d'Ermont et Eaubonne[16]. Elle comprend une mise en valeur de la gare par la création de deux parvis nord et sud agrémentés de commerces et la réhabilitation du quartier avec l'édification de petits habitats collectifs sous forme d'accession à la propriété pour 70 %, de logements intermédiaires pour 20 % et de logements sociaux pour 10 %. Ce chantier devrait être achevé vers 2011[17],[18].

La gare[modifier | modifier le code]

La gare constitue un pôle multimodal important du Val-d'Oise et voit passer chaque jour ouvrable environ 30 000 usagers[19].

Accueil et services[modifier | modifier le code]

En 2010, un guichet Transilien est ouvert du lundi au dimanche de h à h 25. Il est adapté pour les personnes handicapées, et dispose de boucles magnétiques pour personnes malentendantes. La gare propose en outre la vente de billets grandes lignes du lundi au samedi de h à 20 h. Des automates Transilien et Grandes lignes sont également disponibles.

Un magasins de Presse Relay est présent dans le hall, ainsi que des distributeurs de boissons ou friandises. Deux parcs de stationnement payants de plus de 500 places au total sont situés à proximité.

Desserte[modifier | modifier le code]

Service circulaire Paris-Nord - Saint-Denis - Enghien - Sannois - Argenteuil - Paris Saint-Lazare en 1914.
Paris-Nord - Saint-Gratien - Ermont - Sannois en 1914.

La gare est desservie par les trains du Transilien Paris-Nord, et par ceux de la ligne C du RER parcourant la branche C1.

Depuis le 27 août 2006 et la mise en service de la liaison Ermont - Saint-Lazare, la gare est le terminus de trains de la ligne J venant de la gare Saint-Lazare à Paris, desservant au passage les gares d'Argenteuil et de Sannois, reprises au RER C.

Hier[modifier | modifier le code]

À la création de la SNCF en 1938, la trame horaire était la suivante[20] :

  • un train omnibus Ermont - Saint-Ouen (ligne des docks) par heure (environ) ;
  • un service irrégulier sur l'embranchement Ermont - Argenteuil assuré par autorail, essentiellement afin d'assurer les correspondances.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

La gare d'Ermont - Eaubonne est de nos jours exceptionnellement bien desservie. En effet, trois lignes y convergent : le Transilien Paris-Nord, le Transilien Paris Saint-Lazare et la ligne C du RER. Cette situation n'est partagée en Île-de-France qu'avec les gares de Massy - Palaiseau, Pontoise et Versailles-Chantiers.

La gare est desservie à raison :

  • d'un train omnibus au quart d'heure en heures creuses et par 12 trains par heure en heures de pointe en provenance ou en direction de la gare du Nord. Il faut de 12 à 21 min de trajet depuis Paris ;
  • d'un train omnibus au quart d'heure en heures creuses et par 8 trains par heure en heures de pointe sur la ligne C du RER ;
  • d'un train omnibus au quart d'heure en heures creuses et par 6 trains par heure en moyenne en heures de pointe en provenance ou en direction de la gare Saint-Lazare. Il faut environ 25 min de trajet de Paris.

Les trajets sont assurés, selon les lignes, par des automotrices de type Z 8800, Z 20500, Z 20900 ou Z 50000, ou par des rames tractées par des locomotives BB 17000 ou BB 27300, de type RIB, RIO ou VB 2N[21].

Plan des voies[modifier | modifier le code]

  • Voie 1 : Direction: Pontoise ou Montigny - Beauchamp; Provenance: Massy-Palaiseau ou Pont de Rungis - Aéroport d'Orly (Dourdan aux heures de pointe); Ligne RER C
  • Voie 2 : Direction: Massy-Palaiseau ou Pont de Rungis - Aéroport d'Orly (Dourdan aux heures de pointe); Provenance: Pontoise ou Montigny - Beauchamp; Ligne RER C
  • Voie 3 : Direction: Pontoise; Provenance: Paris - Gare du Nord; Ligne Transilien H
  • Voie 4 : Direction: Paris - Gare du Nord; Provenance: Pontoise; Ligne Transilien H
  • Voie 5 : Direction: Persan-Beaumont ou Valmondois (Saint-Leu-la-forêt); Provenance: Paris - Gare du Nord; Ligne Transilien H
  • Voie 6 : Direction: Paris - Gare du Nord; Provenance: Persan-Beaumont ou Valmondois (Saint-Leu-la-forêt); Ligne Transilien H
  • Voie 7 : Direction et Provenance: Paris - Gare Saint-Lazare; Ligne Transilien J → Terminus
  • Voie 8 : Direction et Provenance: Paris - Gare Saint-Lazare; Ligne Transilien J → Terminus
Plan de voies de la gare avant la mise en œuvre du projet Ermont - Saint-Lazare.
Plan de voies de la gare après la mise en œuvre du projet Ermont - Saint-Lazare.

Correspondances[modifier | modifier le code]

La gare possède une importante gare routière, qui en fait un point de convergence dans la vallée de Montmorency.

La gare au cinéma[modifier | modifier le code]

Une scène du film Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain se déroule à la gare d'Ermont - Eaubonne, au moment où Amélie (Audrey Tautou) rate le dernier train vers la gare du Nord et dort dans un Photomaton. Le tableau d'affichage est partiellement caché par un panneau « Trains au départ ». La maison du père d'Amélie se situe à proximité immédiate de la gare, rue des Callais à Eaubonne[22].

En 2011 dans le film RIF (Recherches dans l'intérêt des familles), la scène de la poursuite en gare de Valence TGV a été tourné dans la gare d'Ermont - Eaubonne.

Photos[modifier | modifier le code]

Extérieur[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Intérieur[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Réinventer les gares du XXIe siècle, vol.2, p. 5, Dossier de presse Gares & Connexions, 13 avril 2010
  2. ouverture aux voyageurs le 1er septembre 1846.
  3. ouverture le 20 juin 1846.
  4. Magazine municipal d'Ermont - Ermont mise sur les rails, octobre 2007
  5. Ministère de la Culture - Base Mérimée : pont de chemin de fer Saint-Ouen les Docks à Ermont Eaubonne
  6. Hubert Lamant, Eaubonne en 1900, p. 13.
  7. Bernard Collardey, Les Trains de Banlieue Tome II, pages 57 et 66.
  8. Cette voie avait été conçue afin d'assurer une desserte spécifique de l'hippodrome d'Enghien, desserte dorénavant assurée par les trains réguliers de banlieue vu la forte diminution de ce trafic.
  9. Bernard Collardey, op. cit., pages 101 à 103.
  10. La vie du Rail Magazine du 28 juin 1970 - Électrification de la gare de Montsoult-Maffliers.
  11. Bernard Collardey, op. cit., page 205.
  12. Ibid., pages 216 à 219.
  13. [PDF] Transilien - Dossier de presse du 20 septembre 2007 : Visite du chantier de la gare d'Ermont Eaubonne
  14. Liaison directe no 4, édité par RFF et la SNCF, mars 2007.
  15. [PDF] Transilien - Dossier de presse du 22 juin 2009 : Le nouveau pôle gares d'Ermont Eaubonne, une réalisation de très haute qualité au service des voyageurs franciliens
  16. Val-et-Forêt (Communauté d'agglomération) - Plaquette de présentation réaménagement du quartier de la gare Ermont-Eaubonne [PDF]
  17. Val-et-Forêt (Communauté d'agglomération) - Le futur quartier de la gare Ermont-Eaubonne
  18. Val-et-Forêt (Communauté d'agglomération) - Plans et cartes
  19. VO News - La nouvelle gare d'Ermont-Eaubonne ouvrira fin 2008
  20. Bernard Collardey, op. cit., pages 12-13.
  21. Transilien - Fiches horaires
  22. L2TC Lieux de tournage - Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Pontoise C1
Montigny - Beauchamp C3
Cernay (RER) (C) Saint-Gratien Massy - Palaiseau C2
Pont-de-Rungis - Aéroport d'Orly C12
Montigny - Beauchamp C3 Cernay (RER) (C) Saint-Gratien Dourdan
Brétigny
Pontoise Cernay Transilien Ligne H du Transilien Champ de courses d'Enghien
Enghien-les-Bains
Paris - Nord
Persan - Beaumont Ermont-Halte Transilien Ligne H du Transilien Champ de courses d'Enghien
Enghien-les-Bains
Paris - Nord
Terminus Terminus Transilien Ligne J du Transilien Sannois Paris Saint-Lazare