Gare d'Antony

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Gare du Chemin d'Antony.
Antony
Image illustrative de l'article Gare d'Antony
Entrée principale de la gare.
Localisation
Pays France
Ville Antony
Coordonnées géographiques 48° 45′ 18″ N 2° 18′ 03″ E / 48.754864, 2.300915 ()48° 45′ 18″ Nord 2° 18′ 03″ Est / 48.754864, 2.300915 ()  
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Services (RER)(B)
Orlyval
Caractéristiques
Ligne(s) de Sceaux
Orlyval
Voies 2
Quais 2 quais latéraux
encadrant 2 voies (RER)(B)
2 tunnels avec
chacun 1 voie et 1 quai Orlyval
Transit annuel 6 372 562 (2011)
Zone 3 (tarification Île-de-France)
Altitude 52 m
Historique
Mise en service 29 juillet 1854
Ouverture 18 janvier 1938 (CMP)
9 décembre 1977 RER B
2 octobre 1991 Orlyval
Correspondances
Bus et Noctilien Voir intermodalité

La gare d'Antony est une gare ferroviaire française de la ligne de Sceaux, située sur le territoire de la commune d'Antony dans le département des Hauts-de-Seine en région Île-de-France.

Elle est mise en service en 1854 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orsay. C'est une gare de la Régie autonome des transports parisiens (RATP) desservie par les trains de la ligne B du RER. Elle est par ailleurs le terminus ouest de la ligne Orlyval, métro automatique reliant la gare à l'aéroport de Paris-Orly.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 52 m d'altitude, la gare d'Antony est située au point kilométrique (PK) 8,8 de la ligne de Sceaux, entre les gares de La Croix-de-Berny et de Fontaine Michalon.

Elle est également située au PK 0,100 de la ligne Orlyval, assurée par des véhicules automatiques légers, la gare suivante étant Orly-Ouest.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première « gare »[1] d'Antony est mise en service le 29 juillet 1854 par la « Compagnie du chemin de fer de Paris à Orsay », lorsqu'elle ouvre à l'exploitation le prolongement vers Orsay de sa ligne de Sceaux[2]. Les difficultés financières de la Compagnie d'Orsay aboutissent à son dépôt de bilan et à son rachat par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO) en 1857.

En 1868, Adolphe Joanne indique que l'on peut prendre des billets d'aller et retour et des abonnements sur la ligne du chemin de fer de Limours pour des trains comportant trois classes. Antony, 4e station, dessert un bourg de 1 650 habitants installé sur la rive gauche de la Bièvre. Ensuite, la ligne franchit la rivière pour rejoindre la station suivante de Massy[3]. La gare manquant d'espace, un décret du 17 décembre 1868 déclare d'utilité publique l'occupation des terrains nécessaires pour son agrandissement. Un délai de deux ans est prévu pour la réalisation des travaux[4]. En décembre 1869, la « construction » du bâtiment voyageurs est achevée ; « les travaux pour l'établissement d'une gare marchandises sont très-avancés »[5].

2voies, 2 quais latéraux, le bâtiment voyageurs avec un étage sur le corps central
La gare du PO vers 1900.

Au début des années 1880, le PO, dont la ligne est toujours aux normes du système Arnoux, doit renégocier avec l'État qui impose la mise en service d'un « matériel normal ». La compagnie réalise les travaux de reconstruction de la ligne entre 1885 et mai 1891. Pour la gare d'Antony, cela se traduit par un doublement de la voie (tronçon de Bourg-la-Reine à Orsay) et l'agrandissement de la gare[2]. Le bâtiment est partiellement surélevé pour héberger le logement du chef de gare. La gare comporte alors un bâtiment principal avec deux ailes, dont une à trois ouvertures et l'autre à seulement une ouverture, et un corps central à deux ouverture et un étage (voir ancienne photographie). Elle dispose de deux voies et de deux quais ainsi que d'un abri sur le quai opposé.

En 1933, cette gare est reconstruite en tranchée par la Compagnie du chemin de fer métropolitain de Paris (CMP) pour éliminer les passages à niveau se trouvant à proximité. Les quais sont alors aménagés et un accès latéral est percé. C'est alors une importante gare de marchandises avec un faisceau dense de voies de débord dans la cour « haute », en fait au niveau des rues.

En 1960, un nouveau bâtiment pour les voyageurs, avec accès latéraux, est construit au-dessus des voies pour permettre l'agrandissement de la salle d'accueil. En 1980, la création du parvis, par la couverture des voies, permet le percement d'un accès principal sur la façade sud de la salle d'accueil. Le 2 octobre 1991, a lieu la mise en service de la ligne OrlyVal et des installations spécifiques nécessaires dans la gare d'Anthony[6].

La nouvelle gare est mise en service en juin 2002 et inaugurée le [7] par Anne-Marie Idrac, présidente de la RATP. Les panneaux sur les quais de la gare indiquent la mention « Orly » pour la correspondance avec la ligne Orlyval[8].

Cette gare a fait l'objet de transformations successives depuis sa création afin de répondre aux besoins croissants des voyageurs[9].

En 2011, 6 372 562 voyageurs sont entrés dans cette gare[10].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Desserte[modifier | modifier le code]

Quais de la gare du RER.

La gare, située sur la ligne B du RER d'Île-de-France, en zone 3 de la tarification des transports en commun d'Île-de-France, est le terminus ouest de la ligne Orlyval.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Une gare routière permet des correspondances avec des lignes de bus du réseau RATP (lignes : 196, 286, 297 et 395), du réseau Paladin (lignes : 1, 2, 3, 8, 9, 10 et 12), du réseau CEAT (ligne 10.07) et du réseau Noctilien (ligne N21).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Gare dite Gare d'Antony », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a et b François Caron, La ligne de Sceaux, laboratoire de la « science ferroviaire » , p. 166-189 des Actes de la journée d'études du groupe de recherche « Chemins de fer, architecture et villes » de l'AHICF, sous la direction de Karen Bowie, Paris, 9 novembre 2006, in no 38 2008 de la Revue d’histoire des chemins de fer, [lire en ligne], consulté le 30 juillet 2013.
  3. Adolphe Laurent Joanne, Chemin de fer de Limours, dans Les environs de Paris illustrés, guides Joanne, édition 2, L. Hachette et Cie, 1868, p. 619-620, [lire en ligne].
  4. France, Bulletin des lois de la République franc̜aise, volume 1, nos 1675 à 1725, Imprimerie nationale, 1869, p. 298, [lire en ligne].
  5. Seine (France). Conseil Général, « Chemins de fer : Ligne de Paris à Sceaux », dans Procès-verbaux des délibérations, 1870, p. 39, [lire en ligne].
  6. Denis Paillat, « Val (un) pour Orly », dans Cahiers de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de la région d'Île-de-France, nos 100 à 102, Institut d'aménagement et d'urbanisme de la région d'Île-de-France, 1992 p. 161, [lire en ligne].
  7. Bulletin municipal officiel, no 173, juin 2003, p. 7.
  8. Mentionnée aussi sur les nouveaux plans dans les rames MI 79 rénovées
  9. Bulletin municipal officiel no 129, février 1999, p. 23.
  10. Entrants annuels provenant de l'extérieur de la gare (voie publique, correspondances bus, réseau SNCF, etc.), sur le site data.ratp.fr. Consulté le 5 novembre 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Aéroport CDG 2 B3
Mitry-Claye B5
(Gare du Nord)
La Croix de Berny (RER) (B) Fontaine Michalon
Massy - Palaiseau
Saint-Rémy-lès-Chevreuse B4
Massy-Palaiseau B6


Orlyval
Antony (RER)(B) · Orly-Ouest · Orly-Sud