Gare d'Albi-Madeleine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gare d'Albi-Ville.
Albi-Madeleine
Image illustrative de l'article Gare d'Albi-Madeleine
Bâtiment voyageurs et passerelle vers 1914.
Localisation
Pays France
Ville Albi
Quartier La Madeleine
Adresse Place de la Résistance
81000 Albi
Coordonnées géographiques 43° 56′ 16″ N 2° 08′ 27″ E / 43.937853, 2.14080743° 56′ 16″ Nord 2° 08′ 27″ Est / 43.937853, 2.140807  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Exploitant SNCF
Services Intercités
TER Midi-Pyrénées
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Castelnaudary à Rodez
Voies 2 + voies de service
Quais 1 central
Altitude 161 m
Historique
Mise en service 1er mai 1858
Ouverture 1914 (Bv actuel)
Correspondances
Bus et cars voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Albi-Madeleine

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Midi-Pyrénées)
Albi-Madeleine

Géolocalisation sur la carte : Tarn

(Voir situation sur carte : Tarn)
Albi-Madeleine

La gare d'Albi-Madeleine est une gare ferroviaire française de la la ligne de Castelnaudary à Rodez, située sur le territoire de la commune d'Albi, dans le département du Tarn en région Midi-Pyrénées. Elle est établie dans le quartier de la Madeleine sur la rive droite du Tarn. C'est la seconde gare de voyageurs de la ville, la première étant celle d'Albi-Ville.

Elle est mise en service en 1858 par la Compagnie des houillères et chemins de fer de Carmaux-Toulouse avant de devenir la « gare d'Albi-Midi » de la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne (Midi). C'est depuis 1938 une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF).

Elle est desservie par des trains intercités et des trains du réseau TER Midi-Pyrénées. Elle est ouverte au service Fret SNCF.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 161 mètres d'altitude, la gare d'Albi-Madeleine est située au point kilométrique (PK) 415,225 de la ligne de Castelnaudary à Rodez, entre les gares ouvertes d'Albi-Ville et de Carmaux.

La gare comporte deux quais d'une longueur de 220 m[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'embarcadère d'Albi-Madeleine est mis en service officiellement le 1er mai 1858 par la Compagnie des houillères et chemins de fer de Carmaux-Toulouse lorsqu'elle ouvre le service régulier, voyageurs et marchandises, de sa ligne de Carmaux à Albi. Les premiers trains y ont roulé des le mois d'octobre 1857, et l'inauguration officielle a eu lieu le 7 décembre 1857. Cette première gare est établie sur la rive droite du Tarn face à la ville d'Albi, à proximité du faubourg de la Madeleine. Un dispositif similaire à celui des mines de charbon de Newcastle permet un chargement des bateaux directement par les wagons[2].

Le 24 octobre 1864, la gare d'Albi est reliée à celle d'Albi-Orléans avec l'ouverture de ce tronçon de la future ligne de Castelnaudary à Carmaux[3].

En août 1900, le conseil général émet le vœu que l'on « fasse construire en maçonnerie la gare d'Albi-Midi du côté opposé où se trouve la gare actuelle, construite en bois », le rapporteur indique que ce vœu est similaire à celui déposé par le conseil municipal : « La prochaine mise en exploitation de la ligne de Carmaux à Rodez donner une certaine importance à la gare d'Albi-Midi et la transformation de sa baraque en bois en bonne maçonnerie s'impose »[4].

Le 29 mai 1910, une décision ministérielle approuve la reconstruction du bâtiment des voyageurs et l'agrandissement et le remaniement des installations de la gare d'Albi-Midi. En 1911 les travaux n'ont pas encore débuté[5]. Le 28 décembre 1912 un décret déclare d'utilité publique les travaux à exécuter pour la reconstruction de la gare d'Albi-Midi[6]. Fin 1913, un décret autorise la compagnie du Midi « à percevoir à la gare d'Albi-Midi, au profit de la commune et pour une durée maximum de vingt ans, des surtaxes locales applicables aux voyageurs, à partir de la mise en service des nouvelles installations »[7]. En juin 1914, les travaux sont en cours[8].

En 1999, la gare a une activité en augmentation, son chiffre d'affaires atteint 2 millions de francs, le transit de marchandises a atteint les 200 000 tonnes et le guichet vent environ 500 billets par mois[9].

Fin 2008 et début 2009, le bâtiment voyageurs est restauré et modernisé par des travaux réalisés dans le cadre du « Contrat Plan Rail ». Cela consiste notamment : à la restauration à l'identique des façades classées, à la réfection de la salle d'attente dont le confort est amélioré, au réaménagement des guichets et bureaux, et la reprise des sanitaires rendus accessibles aux personnes à la mobilité réduite. Sur le quai pour Toulouse, un abri pour les voyageurs a été ajouté. L'amplitude horaire de l'ouverture de la gare est augmentée avec un début du service pour les voyageurs à h 20[10]. Le parking est également amélioré et agrandi par la ville. Pour l'inauguration de la gare rénovée, les voyageurs des premiers trains, le 18 mai, ont un petit déjeuner offert par l'exploitant[11].

En 2012 la ligne est fermée du 30 avril au 30 septembre pour la rénovation des quais de plusieurs gares dont celle d'Albi-Madeleine. Les travaux de réfection incluent des aménagements pour l'accessibilité des personnes à la mobilité réduite : les quais sont rehaussés, un cheminement du parking au quai est aménagé avec des rampes, l'éclairage est amélioré[12].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichets et salle d'attente, ouvert du lundi au vendredi et fermé les samedis dimanches et jours fériés. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport TER[13]

Desserte[modifier | modifier le code]

Albi-Madeleine est une gare grande ligne SNCF desservie par des trains intercités de la relation Paris-Austerlitz - Albi-Ville et une gare régionale du réseau TER Midi-Pyrénées desservie par des trains express régionaux de la relation Rodez (ou Carmaux) - Toulouse-Matabiau[13].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parc pour les vélos et un parking (62 places) pour les véhicules y sont aménagés. Elle est desservie par des bus du réseau TarnBus (lignes A et A1) et des cars[13].

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

La gare d'Albi-Madeleine est ouverte au service Fret SNCF (code gare: 615195)[14]: elle dispose de 4 installations terminales embranchées, mais certaines de ces ITE desservaient la centrale de Pelissier, qui maintenant n'existe plus depuis sa cessation d'activité en 2006[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site rff.fr, Document de référence du réseau : consulter l'horaire de service de l'année en cours ou la suivante, Chapitre 3, Annexe 7.1 - Liste des quais
  2. François et Maguy Palau, « 3.9 Carmaux-Albi : 1er mai 1858 », dans Le rail en France, tome 2, Palau, Paris, 2001 (ISBN 2-950-94212-1), pp. 20-21
  3. Réseau Midi - Contrôle et surveillance, dans Rapports et délibérations - Conseil général du Tarn, 1888/08, p. 238 intégral (consulté le 18 août 2013).
  4. « Séance du 23 août », dans Rapports et délibérations - Conseil général du Tarn, 1900/08, p. 206 intégral (consulté le 19 août 2013)
  5. « Réseau du Midi - Contrôle et surveillance », dans Rapports et délibérations - Conseil général du Tarn, 1911/04/24 p. 237 intégral (consulté le 18 août 2013).
  6. Revue générale des chemins de fer, Volume 36, Dunod, 1913 extrait (consulté le 18 août 2013).
  7. Bulletin des lois, 2e partie. Ordonnances, 1e et 2e section, Imprimerie nationale, 1915 extraits (consulté le 18 août 2013).
  8. Réseau Midi - Contrôle et surveillance, dans Rapports et délibérations - Conseil général du Tarn, 1914/08, p. 248 intégral (consulté le 19 août 2013).
  9. Laure Parny, La gare sur la bonne voie, , article du quotidien La Dépêche du Midi, 18 mai 2000 lire (consulté le 18 août 2013).
  10. C.F., « La gare Albi-Madeleine soigne son service au public », article du quotidien La Dépêche du Midi, 5 janvier 2009 lire (consulté le 18 août 2013).
  11. A.-M.D., « Albi. La Madeleine : la gare inaugurée par un petit déjeuner », article du quotidien La Dépêche du Midi, 18 mai 2009 lire (consulté le 18 août 2013).
  12. Site frr.fr, « Réseau ferré de France rénove les quais de 17 gares sur la ligne Toulouse-Rodez », article du 30 avril 2012 lire (consulté le 18 août 2013).
  13. a, b et c Site SNCF TER Midi-Pyrénées : Gare d'Albi-Madeleine lire (consulté le 18 août 2013).
  14. Site Fret SNCF : la gare d'Albi-Madeleine.
  15. Centrale de Pelissier [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Paris-Austerlitz Carmaux Intercités Albi-Ville Albi-Ville
Rodez
ou Carmaux
Carmaux TER Midi-Pyrénées Albi-Ville Toulouse-Matabiau