Gare d'Agen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Agen
Image illustrative de l'article Gare d'Agen
La façade du bâtiment voyageurs et le parvis de la gare, rénovés en 2014.
Localisation
Pays France
Ville Agen
Adresse 1, place Rabelais
47000 Agen
Coordonnées géographiques 44° 12′ 30″ N 0° 37′ 15″ E / 44.208375, 0.62091944° 12′ 30″ Nord 0° 37′ 15″ Est / 44.208375, 0.620919  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Exploitant SNCF
Services TGV
Intercités
TER Aquitaine
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Bordeaux-Saint-Jean à Sète-Ville
Niversac à Agen
Voies 5 (+ voies de service)
Quais 3 (centraux)
Transit annuel 1 300 000 (2009)
Altitude 48 m
Historique
Mise en service 29 mai 1856
Correspondances
Bus et cars Voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Agen

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

(Voir situation sur carte : Aquitaine)
Agen

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

(Voir situation sur carte : Lot-et-Garonne)
Agen

La gare d'Agen est une gare ferroviaire française de la ligne de Bordeaux-Saint-Jean à Sète-Ville, située au nord du centre-ville d'Agen, préfecture du département de Lot-et-Garonne en région Aquitaine.

Elle est mise en service en 1856 par la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne (Midi) et devient une gare de bifurcation en 1863, lors de l'ouverture de la ligne de Niversac à Agen par la par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO). C'est, en importance, la deuxième gare, après Bordeaux-Saint-Jean, de la région Aquitaine.

C'est une gare voyageurs de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par le TGV et des trains Intercités, c'est également une gare du réseau TER Aquitaine desservie par des trains express régionaux, et une gare avec un trafic fret.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 48 mètres d'altitude, la gare de bifurcation d'Agen est située au point kilométrique (PK) 135,491 de la ligne de Bordeaux-Saint-Jean à Sète-Ville entre les gares ouvertes de Port-Sainte-Marie (s'intercale les gares fermée de Fourtic, Saint-Hilaire (Lot-et-Garonne) et Colayrac)[1] et de Lamagistère (s'intercale les gares fermées de Bon-Encontre, Lafox et Saint-Nicolas - Saint-Romain)[2].

C'est également l'aboutissement, au PK 651,565, de la ligne de Niversac à Agen, après la gare de Pont-du-Casse[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare d'Agen est mise en service le 29 mai 1856 par la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne (Midi), lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la section de Tonneins à Valence-d'Agen de son chemin de fer de Bordeaux à Cette. Son emplacement a été l'objet de longue négociation qui ont abouti à une situation dans la partie nord de la ville, près du canal du Midi. Pour atteindre la gare, la voie passe dans un tunnel oblique percé dans le talus qui supporte le canal après son franchissement de la Garonne sur le Pont-canal d'Agen. Pour son ouverture, la gare dispose d'un bâtiment provisoire, en bois, déjà utilisé à Dax car le bâtiment définitif est encore en travaux[4].

La gare au début du XXe siècle.

Le bâtiment-voyageurs en dur est mis en service en 1858. Cette arrivée du chemin de fer marque le début des bouleversements urbains et économiques qui vont modifier la ville à la fin du XIXe siècle[5].

Elle devient une gare de bifurcation le 3 août 1863, lors de l'ouverture de l'exploitation de la ligne de Périgueux (Niversac) à Agen par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO)[6].

La gare commune aux deux compagnies, du Midi et du PO, bénéficie de l'installation d'une halle métallique conçue par le bureau d'études de Gustave Eiffel, construite entre 1864 et 1866. En 1871, la recette annuelle de la gare est de 6 003 114 francs pour la compagnie du PO et de 1 580 659 francs pour la compagnie du Midi[7].

En 1934, la Compagnie du Midi et la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans fusionnent leurs exploitations, sous le nom de Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans et du Midi (PO-Midi), et en 1938, lors de la nationalisation des compagnies privées, elle est intégré dans le réseau national de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF)[8].

En 2009 elle est la deuxième gare de la région Aquitaine en nombre de voyageurs après celle de Bordeaux avec plus d' 1 300 000 voyageurs dont 800 000 pour le seul trafic TGV[9].

Au début des années 2010 d'importants travaux de « modernisation de la gare » sont entrepris. Notamment l'agrandissement du bâtiment voyageurs et l'aménagement de ses abords en pôle multimodal, inauguré en janvier 2014[10].

En 2014, c'est une gare voyageur d'intérêt national (catégorie A : la fréquentation des services nationaux et internationaux de voyageurs est supérieure ou égale à 25 000 voyageurs/an de 2010 à 2011), qui dispose de trois quais centraux, trois abris, un souterrain et une traversée de voie à niveau par le public (TVP)[11].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport TER. Des aménagements, équipements et services sont à la disposition des personnes à la mobilité réduite. On y trouve également un service objets trouvés[12]. Un restaurant-buffet-bar est installé dans la gare, il est accessible par un quai, le hall ou par l'extérieur[13].

Un souterrain et un passage à niveau planchéié permettent la traversée des voies et l'accès aux quais[11].

Desserte[modifier | modifier le code]

Agen est desservie par des trains grandes lignes TGV, et Intercités. C'est également une gare régionale desservie par les trains des réseaux TER Aquitaine et TER Midi-Pyrénées.

Annonce SNCF Bordeaux-Agen

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parc pour les vélos et un parking pour les véhicules y sont aménagés[12].

Elle est desservie par des bus urbains, des correspondances sont possibles avec l'ensemble des lignes du réseau des Transports en commun d'Agen (Tempo), et des cars (lignes vers Mont-de-Marsan, ou Pau, ou Villeneuve-sur-Lot[12].

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

Cette gare est ouverte au service du fret, de code 586008[14]. Dans cette gare peut être effecctuée la manutention des grands conteneurs. Elle comporte par ailleurs des voies de service pour le service infrastructure SNCF.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Douté, 2011 : [640/1] Bordeaux - Agen, p. 39
  2. Douté, 2011 : [640/2] Agen - Toulouse, p. 40
  3. Douté, 2011 : [631/2] Siorac - Agen, p. 40
  4. François et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire, t. 1 (1864-1870), Palau,‎ 1998, 239 p. (ISBN 2-950-94211-3), « 2.5 Tonneins-Valence d'Agen : 29 mai 1856 », p. 144.
  5. « Visiter », Office de tourisme d'Agen (consulté le 10/11/2007)
  6. François et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire, t. 2 (1858-1863), Palau,‎ 2001, 223 p. (ISBN 2-950-94212-1), « 6.17 Périgueux (Niversac)-Agen : 3 août 1863 », p. 201-202.
  7. Conseil général du Lot-et-Garonne, Rapports et délibérations,‎ 1871 (lire en ligne), « Chemins de fer », p. 94.
  8. « Historique de la gare d'Agen », Site perso sur la gare d'Agen (consulté le 10/11/2007)
  9. article Le Petit Bleu de Lot-et-Garonne du 20/11/2010 source RFF
  10. « Comité de ligne Agen -Périgueux du 27 mai 2014 » [PDF], sur www.aquitaine.fr,‎ 27 mai 2014 (consulté le 9 octobre 2014), p. 6.
  11. a et b SNCF, « Document de référence des gares de voyageurs révisé pour l'horaire de service 2014 : Version 6 au 9 mars 2014 » [PDF], sur Gares & Connexions,‎ 2013 (consulté le 30 septembre 2014).
  12. a, b et c SNCF, « Services & Gares / Gare Agen », sur http://www.ter.sncf.com/,‎ 2014 (consulté le 30 septembre 2014).
  13. Gares & Connexions, « en direct de Agen : commerce », sur http://www.gares-en-mouvement.com/,‎ 2014 (consulté le 30 septembre 2014).
  14. Site Fret SNCF : la gare d'Agen.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, La Vie du Rail,‎ 2011, 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0), « [640/1] Bordeaux - Agen », p. 38-40.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Paris-Montparnasse Bordeaux-Saint-Jean TGV Montauban-Ville-Bourbon Toulouse-Matabiau
Bordeaux-Saint-Jean Bordeaux-Saint-Jean TGV Montauban-Ville-Bourbon Lyon-Part-Dieu
Bordeaux-Saint-Jean Bordeaux-Saint-Jean
ou Marmande
Intercités Toulouse-Matabiau
ou Montauban-Ville-Bourbon
Marseille-Saint-Charles
Nantes Marmande Intercités Montauban-Ville-Bourbon Toulouse-Matabiau
Bordeaux-Saint-Jean
ou Marmande
Port-Sainte-Marie TER Aquitaine Terminus Terminus
Terminus Terminus TER Aquitaine Pont-du-Casse
ou Penne
Périgueux
ou Monsempron-Libos
Terminus Terminus TER Midi-Pyrénées Lamagistère
ou Valence-d'Agen
Toulouse-Matabiau