Gare d'Épinay-sur-Orge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Épinay-sur-Orge
Image illustrative de l'article Gare d'Épinay-sur-Orge
Bâtiment voyageurs et entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Commune Épinay-sur-Orge
Quartier Les Rossays
Adresse Place de Stalingrad
91360 Épinay-sur-Orge
Coordonnées géographiques 48° 40′ 10″ N 2° 19′ 55″ E / 48.669358, 2.331888 ()48° 40′ 10″ Nord 2° 19′ 55″ Est / 48.669358, 2.331888 ()  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Exploitant SNCF
Service (RER)(C)
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Austerlitz à Bordeaux-Saint-Jean
Voies 4 (dont 2 centrales)
Quais 2 latéraux
Zone 4 (tarification Île-de-France)
Altitude 51 m
Historique
Mise en service 5 mai 1843
Ouverture 26 septembre 1979 (RER C)
Correspondances
Bus Voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Épinay-sur-Orge

Géolocalisation sur la carte : Essonne

(Voir situation sur carte : Essonne)
Épinay-sur-Orge

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Épinay-sur-Orge

La gare d'Épinay-sur-Orge est une gare ferroviaire française de la ligne de Paris-Austerlitz à Bordeaux-Saint-Jean, située sur le territoire de la commune d'Épinay-sur-Orge, dans le département de l'Essonne et la région Île-de-France.

Elle est mise en service en 1843 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO).

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par des trains de la ligne C du Réseau express régional d'Île-de-France (RER).

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 51 mètres d'altitude, la gare d'Épinay-sur-Orge est située au point kilométrique (PK) 23,544 de la ligne de Paris-Austerlitz à Bordeaux-Saint-Jean entre les gares de Savigny-sur-Orge et de Sainte-Geneviève-des-Bois. À proximité de la gare, il existe un raccordement avec la ligne de la grande ceinture de Paris (Grande Ceinture).

Dans la traversée de la gare, la ligne comportant quatre voies, les deux voies latérales disposent de quais pour la desserte et les deux voies centrales sont réservées aux trains sans arrêt.

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare intermédiaire d'Épinay est mise en service le 5 mai 1843 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO), lorsqu'elle ouvre à l'exploitation les 102 kilomètres de Juvisy à Orléans, qui permettent la mise en exploitation de la totalité de la ligne de Paris à Orléans[1].

En 1864, le village d'Épinay-sur-Orge, desservi par la station, compte 553 habitants[2].

La gare après 1908 avec, déjà, quatre voies dont deux desservies par un quai.

En 1908, on double les voies de la ligne entre Juvisy et Brétigny, en prolongement de ce qui a été fait entre Paris et Juvisy en 1904. Cela porte à quatre le nombre de voies qui traversent la gare[3]. Comme le montre la photo, ci-contre, seules deux voies sont desservies par un quai et un nouvel abri a été édifié sur le quai extérieur.

Depuis, la gare a conservé cette configuration ; l'électrification puis, en 1979, les aménagements pour l'arrivée des trains de la ligne C du RER, n'ont pas fondamentalement fait évoluer la disposition des installations.

Cette situation stable n'empêche pas des restaurations et les aménagements des accès. Le 19 novembre 2011 est inauguré l'aménagement des accès du quai 2, au sud de la gare. Pour un coût d'un million d'euros, l'accès a été totalement repris avec un escalier[4].

En 2011, 5 080 voyageurs ont pris le train dans cette gare chaque jour ouvré de la semaine[5].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Le bâtiment voyageurs et les voies.

Gare SNCF du réseau de trains de banlieue Transilien, elle comprend un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour les achats de titres de transport Transilien et grandes lignes, et d'un système d'information en temps réel sur les horaires des trains. C'est une gare avec des aménagements pour les personnes à mobilité réduite, notamment, des boucles magnétiques. Elle dispose également d'un kiosque de presse Relay[6].

Un souterrain permet la traversée des voies et le passage d'un quai à l'autre.

Desserte[modifier | modifier le code]

Épinay-sur-Orge est desservie par les trains de la ligne C du RER[6].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parc pour les vélos et un parking pour les véhicules y sont aménagés[6].

La gare est desservie par des bus du réseau Transdev CEAT (lignes : 15, 107, 114 et 116), du réseau Daniel Meyer (ligne DM17B), du réseau RATP (ligne 385), du réseau des Transports intercommunaux Centre Essonne (TICE) (ligne 402) et, la nuit, du réseau de bus Noctilien (ligne N131)[6].

Le sentier de grande randonnée de pays de la ceinture verte d'Île-de-France passe par la gare et continue au nord le long de l'Yvette et au sud vers la vallée de l'Orge[7]. Au départ de la gare, on trouve également un sentier non balisé d'environ 10 km qui permet de faire le tour de la commune en passant par des chemins et des rues préservés[8].


Patrimoine ferroviaire[modifier | modifier le code]

Les édifices d'origine de la gare sont toujours en service : le bâtiment voyageurs de 1843 et l'abri de quai de 1908, qui comporte une frise en mosaïque typique des édifices édifiés par la compagnie du PO lors de mise à quatre voies de la ligne.

Projet desserte Tram-Train[modifier | modifier le code]

Un projet de réaménagement de la gare pour une nouvelle desserte est inclus dans le projet global du Tram Express Sud ou tram-train Massy-Évry[9] déclaré d'utilité publique le 22 août 2013[10]. En 2013, les échéances envisagées fixent le début des travaux en 2015 et la mise en service en 2018[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François et Maguy Palau, « 3.3 Juvisy-Orléans », dans Le Rail en France : les 80 premières lignes 1828 - 1851, Palau, Paris, 2003 (ISBN 2-950-9421-0-5), pp. 97-98
  2. Pinard, « Épinay-sur-Orge », dans Histoire: archéologie, biographie du canton de Longjumeau, A. Durand, 1864, p.128
  3. Jean Bastié, La Croissance de la banlieue parisienne, Presses Universitaires de France, 1964, p. 126 (extrait)
  4. Site leparisien.fr : « Un nouvel accès pour la gare », dans Le Parisien, publié le 19 novembre 2011 (consulté le 8 avril 2014).
  5. [PDF]« Délibération n° 2012/301, séance du 10 octobre 2012 », sur le site du STIF,‎ 7 décembre 2011 (consulté le 24 août 2013) : « Déploiement de nouveaux afficheurs Infogare TFT/TLED ligne C, Volet information voyageurs : Identifiant PQI 181 », p. 15. Le STIF définit le nombre de montants pour une gare comme le nombre de voyageurs y prenant le train les jours ouvrés et hors période de vacances scolaires.
  6. a, b, c et d Site SNCF Transilien : Gare d'Ivry-sur-Seine (consulté le 9 avril 2014).
  7. Site idf.ffrandonnee.fr : « Du plateau de Saclay à la forêt de Sénart, par les vallées de l’Yvette et de l’Orge », dans Ceinture Verte de l'Ile de France (consulté le 8 avril 2014
  8. Site fr.wikiloc.com : Plan sentier autour d'Épinay-sur-Orge (consulté le 8 avril 2014).
  9. Site tramtrain-massyevry.fr : La station « Épinay-sur-Orge » (consulté le 8 avril 2014).
  10. Site tramtrain-massyevry.fr : Le TTME déclaré d’utilité publique (consulté le 8 avril 2014).
  11. Site tramtrain-massyevry.fr : Le journal no 5, novembre 2013 (consulté le 8 avril 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Saint-Quentin-en-Yvelines C7 Savigny-sur-Orge (RER) (C) Sainte-Geneviève-des-Bois Saint-Martin-d'Étampes C6
Montigny - Beauchamp C3
Saint-Quentin-en-Yvelines C7
Invalides
Savigny-sur-Orge (RER) (C) Sainte-Geneviève-des-Bois Dourdan
Dourdan - La Foret C4
Montigny - Beauchamp C3
Pont du Garigliano
Savigny-sur-Orge (RER) (C) Sainte-Geneviève-des-Bois Brétigny