Garde écossaise (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Garde écossaise.
Garde écossaise, 1re compagnie des Garde-du-corps
Étendard de la 1er Cie française des Gardes du corps du roi
Étendard de la 1er Cie française des Gardes du corps du roi

Période 1440 – Licenciée le 11 août 1830
Fait partie de Corps des Gardes du corps du roi
Composée de Gardes de la manche
Ancienne dénomination Garde écossaise
Surnom Cie écossaise
Couleurs Blanc et or


La garde écossaise est un corps militaire d'élite créé par Charles VII en 1422 pour constituer la garde personnelle du souverain français. Composée de cent hommes, elle fut peu à peu intégrée aux troupes de la maison militaire du roi.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Adoration des mages, par Jean Fouquet, 1454. Charles VII y est représenté en roi-mage, entouré de sa garde écossaise.

L'origine de la garde écossaise remonte à l'an 882, quand un contingent de nobles écossais vint en France pour former la garde du roi Charles III.

Cependant, la garde écossaise ne fut formellement créée que sous le règne de Charles VII pour sceller l'antique, ou légendaire, Auld Alliance de 882. De fait, tous les princes écossais, issus de maisons bretonnes comme les Stewart, ou normandes, étaient possessionnés en France, et à ce titre vassaux du roi de France. L'opposition à l'Angleterre faisait que cette vassalité, loin d'être une cause de prétention comme celle du Duc de Normandie, assurait le roi d'Écosse du soutien du roi de France et ce dernier du soutien des gentilshommes écossais.

Des documents attestent de l'existence de la Garde écossaise en 1425, mais on peut présumer qu'elle fut fondée à la fin des années 1410, longtemps donc avant la création de la compagnie des Cent-Suisses qui remonte à 1497. En 1445 le roi d'Écosse Jacques II envoya un corps de 24 gentilshommes commandé par Patrick de Spens (un des fils du tuteur de Jacques II et proche parent) pour assurer la sécurité rapprochée du roi de France Charles VII. Par la suite, pour marquer l'estime que les soldats de cette nation lui avaient rendus sous les ordres des comtes de Buchan et de Douglas, il institua la « Compagnie des gens-d'armes écossais ». En1453, il choisit parmi eux 24 archers pour former une garde proche de sa personne, tandis que 100 autres hommes d'armes écossais formaient une compagnie d'ordonnance placée à la tête des quinze compagnies de gendarmerie du roi.

Ce corps d'hommes d'armes connu sous le nom d’« archers des gardes du corps du roi », sera intégré en 1460 dans la garde du roi pour devenir la « première compagnie des gardes du roi» dite « garde écossaise», d'abord sous les ordres de Guillaume Stewart. 24 d'entre eux étaient qualifiés de « garde de la manche » parce que deux d'entre eux se tenaient toujours à côté du roi pour le protéger, vêtus d'un hoqueton blanc brodé d'or et portant une pertuisane à clous d'or et à frange. Le premier des garde de la manche portait le titre honorifique de « premier homme d'armes de France ». Les 100 autres étant qualifié du nom d'« archers de la garde du roi ».

Le roi Henri IV lui donna un nouveau règlement qui est resté en vigueur jusqu'à sa dissolution en 1791.

Recréé en 1816, cette compagnie gardera jusqu'à sa disparition en 1830 la même composition de 100 hommes qui ont formé la garde rapprochée du roi pour laquelle ils recevaient un large salaire.

La garde écossaise était également employée comme unité combattante. Ainsi nombre de ses membres furent tués en 1465 à la bataille de Montlhéry aux côtés du roi Louis XI. C'est en l'honneur de l'officier du corps des 24 archers des gardes du corps qui blessa le Duc de Bourgogne en janvier 1477 que le Roy Charles VIII prit la devise de cette famille écossaise : « Si Deus pro nobis, quis contra nos ? ». Cette devise est encore peinte sur les murs du château de Langeais. Ce souverain créa deux autres compagnies d’archers du corps, mais composées elles de Français.

En 1515 François Ier ajouta une quatrième compagnie. Ce corps fut connu sous le nom collectif de gardes du corps. À cette époque, la première compagnie ne comptait plus exclusivement des Écossais dans son effectif, mais elle était toujours connue sous le nom de compagnie écossaise.

Article connexe : Garde du corps du Roi.

La compagnie écossaise de la garde du roi fut longtemps commandée par des grands seigneurs écossais, et même par des princes puisque Jacques VI Stuart fut nommé capitaine en 1584 à la demande de Marie Stuart, et que c'est son fils Henri qui fut nommé pour lui succéder par le roi Henri IV, puis au XVIIe siècle son fils le roi Charles Ier, puis Jacques II, puis le duc d'York.

De nombreux membres des plus puissants clans écossais servirent dans la garde, dont le Clan Sinclair, le Clan Campbell, le Clan Cockburn, Clan Cunningham, Clan Hamilton, Clan Hay, Clan Montgomery, Clan Seton, Clan Stuart et Clan Douglas.

La Compagnie écossaise était d'abord entièrement composée d'hommes écossais, mais peu à peu on dérogea à cet usage, y compris la commander. François Ier lui donna pour capitaine Jacques de Lorge, comte de Montgommery, qui se disait issu d'une maison d'Écosse, puis en 1557 son fils Gabriel Ier de Montgomery, comte de Montgomery qui fut dépossédé en 1612 après la mort malheureuse d'Henri II.

Ce Gabriel de Montgommery avait eu le malheur, durant un tournoi à l'hôtel des Tournelles à Paris en 1559, de tuer accidentellement le roi de France Henri II.

« Pour lui succéder, on donna sa charge à des Français qui ouvrirent la porte à d'autres, empêchant les Écossais d'avoir des places dans leur compagnie. Les places et l'avancement ne s'y obtinrent qu'à prix d'argent. » Sous Henri IV, le capitaine était français, mais son lieutenant était écossais. Louis XIV, par une ordonnance du 1er juin 1654, institua deux lieutenant dans chaque compagnie des garde-du-corps, et il fut décidé que dans la Compagnie écossaise, l'un d'eux serait toujours un Français. En 1661, cette décision fut étendue à tous les officiers. Bientôt, ce furent les simples gardes qui furent pris dans les rangs de l'armée, et la 1re compagnie des gardes-du-corps ne fut écossaise que de nom et pour la conservation de quelques usages. Ainsi, la réponse du guet était restée le terme "hamir" correspondant à l'anglais ou au moyen écossais I am here (« je suis ici »).

À la fin de l'Ancien-Régime, les place de gardes-du corps étaient le plus souvent vendues très cher à des familles fraîchement anoblies ou en voie d'anoblissement qui y trouvaient un moyen d'acquérir le prestige d'une proximité avec le roi.

Comme les autres compagnies de gardes du corps, la première compagnie fut rétablie en 1814 sous la Restauration, pour disparaître définitivement lors de la chute des Bourbons en 1830.

Bonaparte se donnera aussi une garde personnelle de cent hommes devenue célèbre sous le nom de Cent-gardes, lequel deviendra Escadron des cent-gardes sous Napoléon III.

Liste des capitaines[modifier | modifier le code]

Capitaines ou chefs de corps[1] :

Membres éminents[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Baronage of Scotland de Robert DOUGLAS
  • Les Écossais en France et les Français en Écosse par Francisque-Michel
  • Bibliothèque Nationale :sous série O1 (Maison du Roi), KK 537, Pièces Originales de la Chambre des comptes, MSS f.fr. 8000, 8001
  • Les gardes du corps de Louis XVI par Gilbert Bodinier
  • [PDF] Général Susane, « La Maison du Roi, Compagnies des Gardes du corps, avant 1620 », Histoire de la Cavalerie française (1874), sur www.ancestramil.fr (consulté le 23 février 2012)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Susane 1874
  2. Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, Tome 17, p. 134
  3. Abbé Jacques-François Baudiau, Le Morvand, Nevers, 1865; 3e éd. Guénégaud, Paris, 1965, 3 vol., t.I, p.595.