Gangut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gangut (homonymie).
Gangut
Image illustrative de l'article Gangut

Histoire
A servi dans Pavillon de la marine impériale russe Marine impériale de Russie, Flotte de la Baltique
Quille posée 29 octobre 1888
Lancement 3 juillet 1893
Armé juillet 1894
Statut coulé le 12 juin 1897 dans la golfe de Finlande
Caractéristiques techniques
Type Cuirassé
Longueur 84,07 mètres
Maître-bau 18,09 m
Tirant d'eau 7 m
Déplacement 7 142 tonnes
Propulsion 8 chaudières cylindriques, deux machines à vapeur horizontales à triple expansion
Puissance 6 000 ch
Vitesse 13,05 nœuds (25 km/h)
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture 250 mm, barbette 180 mm, casemate 180 mm
Armement 1 × 305 mm

9 × 152 mm montés en trois tourelles triples à l'arrière 4 canons 229 mm 4 canons 152 mm 14 canons 37 mm (Hotchkiss) 6 × 15 380 mm 6 tubes de torpilles

Rayon d'action 3 700 kilomètres
Autres caractéristiques
Équipage 521
Chantier naval arsenal de Amirauté Shipyards à Saint-Petersbourg

Le Gangut, en russe : Гангут, est un navire de ligne de la Marine impériale de Russie, qui doit son nom à la bataille de Gangut, célèbre victoire de la flotte russe sur la flotte suédoise (7 août 1714). Lors de manœuvres navales dans le golfe de Finlande, le Gangut sombra dans la baie de Vyborg ; les officiers et hommes d'équipage purent être sauvés. L'épave du cuirassé, gisant à une profondeur de 31 mètres, fut de nouveau examinée en 1988[1]. De nos jours, elle est devenue un paradis pour les plongeurs.

Le Gangut ne fut pas très populaire dans la Marine impériale de Russie, l'amiral Alexeï Alexeïevitch Birilev déclarant à son sujet : « un mauvais navire, il est bon qu'il ait coulé, il est inutile de le renflouer »[2]..

Projet[modifier | modifier le code]

Après une longue interruption[Quand ?], la construction des cuirassés reprit en 1885. À cette époque, chacun pensait qu'il existait un tonnage moyen permettant à l'artillerie lourde d'effectuer des tirs à l'avant de la proue. Les cuirassés Empereur Alexandre II et Empereur Nicolas Ier possédaient une longueur et une largeur plus importantes. Le directeur de l'Amirauté, le vice-amiral Ivan Alexeïevitch Chestakov considéra que ces navires étaient trop grands.

Lors de la conception des sister-ships, il fut déterminé le 17 novembre 1887 que l'armement de ces pré-Dreadnoughts serait supérieur à celui des cuirassés allemands. Leur tirant d'eau ne devait en aucun cas être supérieur à 6,07 mètres, afin de leur permettre de naviguer de Kronstadt à Zund à une vitesse de 11 à 15 nœuds et, si nécessaire, en mer Méditerranée et en Extrême-Orient. Le calibre des canons de 229 mm fut basé sur la plupart des armes de guerre allemandes.

Service[modifier | modifier le code]

Naval Ensign of Russia.svg

Au cours de l'hiver 1894-1895 le Gangut fut ancré au port de Revel. Du 15 mai au 14 septembre 1895, il effectua une expédition dans le golfe de Finlande et en mer Baltique.

En 1896 le Gangut entreprit un long voyage : Kronstadt, Helsinki, Libava, le golfe de Riga et Revel.

Naufrage[modifier | modifier le code]

Le 12 juin 1897, le Gangut, appartenant à l'escadre placée sous le commandement du vice-amiral Sergueï Petrovitch Tyrtov (1839-1903)[3] naviguait dans la baie de Vyborg. A 15 heures 40, il progressait à une vitesse de 2,05 nœuds par temps clair, la mer était calme avec un léger coup de vent. Quelques minutes plus tard, certains hommes sentirent une petite vibration sur le navire, à peine perceptible sur le pont supérieur. Seul quelques marins entendirent distinctement un bruit de frottement. Le timonier signala que le Gangut avait dévié de 2° bâbord en moins d'une minute, et que la barre ne répondait plus. En quelques minutes l'eau s'engouffra dans la chambre dans laquelle étaient entreposés les obus de 229 mm. À 15 heures 50, le navire fut stoppé. Les portes des cloisons étanches et les écoutilles furent soigneusement fermées. Mais très vite les hommes d'équipage découvrirent des trous dans la coque. L'eau s'infiltrait dans les caissons étanches par les rivets manquants.

À 19 heures, un appel de détresse fut lancé au destroyer 108 et aux autres navires croisant aux alentours. A 20 heures 30, il s'avéra évident que le sauvetage du Gangut devenait impossible. Sur les ordres de l'amiral Pavel Petrovitch Tyrtov, les 582 personnes se trouvant à bord (membre d'équipage, élèves des écoles techniques, élèves de l'École navale de Saint-Petersbourg etc.) emportèrent les objets précieux et prirent place dans des canots de sauvetage. À 21 heures l'amiral et les officiers quittèrent le navire. À 21 heures 40, soit neuf minutes après leur départ, le Gangut se coucha sur le flanc gauche et disparut presque immédiatement dans l'eau[4].

Enquête sur les causes du naufrage[modifier | modifier le code]

Une commission d'enquête spéciale fut diligentée afin de rechercher les causes du naufrage. Les investigations débutèrent immédiatement. Au cours du mois de juin 1897, des plongeurs examinèrent minutieusement le navire. L'enquête révéla l'existence d'un rocher dont la partie supérieure était formée de deux pointes immergées à 6,06 et 7,01 mètres sous la surface. Les plongeurs découvrirent sur le sommet des rochers des traces de métal et des rivets ; une autre découverte démontra que l'une des deux pointes manquait, ce qui amena la conclusion suivante : les pointes rocheuses étaient plus élevées avant l'impact du Gangut.

L'enquête détermina également la position du navire : le cuirassé gisait sur le fond marin couché sur le côté gauche. Un officier de plongée du navire Russie, N.K Gerbih, prit des mesures précises et découvrit des brèches sur le côté droit et aux environs de la quille. D'autres ouvertures existaient très probablement découvertes en bas à gauche, comme en témoigne la brusque montée des eaux dans la partie gauche de la proue. Des armes de calibre 47 mm et 37 mm, un canon et certains petits objets furent remontés à la surface[4].

Comparution devant un tribunal de l'amiral et des offciers[modifier | modifier le code]

Le tribunal jugea l'affaire du Gangut à Kronstadt du 26 mars au 28 mars 1898. Le capitaine (premier rang — grade correspondant à celui de colonel dans l'infanterie ou l'armée de l'air), K. Tikotsky, le capitaine F.A Timofeevsky, le navigateur, le capitaine G. Scholz, le mécanicien N.M Rusnachenko et A. Gravilov se présentèrent sur le banc des accusés. Le vice-amiral Sergueï Petrovitch Tyrtov comparut en qualité de témoin.

Le tribunal et la commission d'enquête arrivèrent à cette conclusion : le naufrage du Gangut fut dû à la combinaison d'un certain nombre d'évènements indésirables, dont chacun ne représentait aucun danger particulier. L'attention fut ensuite portée sur les carences stucturelles du navire : surcharge, manque de hauteurs des cloisons étanches, insuffisance du système de pompage. La cour ne remit pas en question la solidité et la fiabilité de la construction du cuirassé. Tous les accusés furent acquittés, à l'exception de N.M Rusnachenko, condamné à cinq jours de prison[4].[Pourquoi ?]

Projet de récupération[modifier | modifier le code]

Dès que les journaux publièrent la nouvelle du naufrage, le ministère de la Marine de la Russie impériale projeta le renflouement du cuirassé. Plusieurs entreprises et particuliers présentèrent leurs projets de renflouement. L'Angleterre, l'Allemagne, les États-Unis, la France et la Suède avancèrent des propositions au ministère de la Marine russe. La société de renflouement russe de Revel exigea 100 000 roubles payables d'avance sans la garantie d'un succès. La société finlandaise Barlos proposa de remonter le cuirassé pour une somme de 2 millions de roubles. Les ingénieurs russes V. Zvorykina et S. Blumenthal proposèrent une solution originale : injecter de l'air comprimé dans la quille, puis amener l'épave à une stabilité positive permettant le remorquage.

Le 30 septembre 1898, le ministère de la Marine russe signa un contrat avec l'entreprise suédoise Neptune, mais une épaisse couche de limon empêcha le levage du cuirassé. De nouveaux projets furent présentés, que le ministère de la marine refusa, jugeant le navire techniquement dépassé. Le 16 avril 1901, le commandant en chef du port de Kronstadt, le vice-amiral Stepan Makarov, convoqua une réunion afin de discuter de l'éventualité de remonter certaines parties du Gangut en utilisant des explosifs sous-marins. À la suite de cette réunion, le ministère de la Marine décida de se limiter à un examen détaillé de l'épave et à quelques explosions expérimentales. Entre 1901 et 1903, l'école de plongée de Kronstadt effectua quelques descentes sur le Gangut et quelques éléments de l'épave furent remontés. En 1903, les plongeurs ne reçurent pas l'autorisation de pénétrer dans les locaux domestiques[Quoi ?], qui étaient en effet recouverts par une épaisse couche de boue. En outre, il fut observé une inclinaison de 20° sur le côté gauche, et l'arrière gauche du cuirassé avait presque disparu[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. article sur Gangut
  2. Warship 2005 Conway Maritime Press page 181
  3. Il était le frère cadet de l'amiral Pavel Petrovitch Tyrtov (1838-1903)
  4. a, b, c et d navycollection.narod.ru

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :