Gangrène de Fournier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gangrène de Fournier
Classification et ressources externes
Fournier gangrene 01.jpg
Gangrène de Fournier chez un homme de 48 ans. La photographie montre le patient après débridement complet de l'infection et trois jours après la pose d'une colostomie[1].
CIM-10 N49.8 (ILDS N49.81), N76.8
CIM-9 608.83
DiseasesDB 31119
eMedicine emerg/929  med/2814
MeSH D018934
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La gangrène de Fournier est un type de gangrène affectant les organes génitaux externes et le périnée, en particulier le scrotum.

Éponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de ce type de gangrène vient du médecin français éponyme Jean-Alfred Fournier, qui a décrit la maladie en 1883[2].

Cause[modifier | modifier le code]

La maladie est causée le plus souvent par une infection bactérienne. Différentes bactéries aérobies et anaérobies peuvent être en cause, notamment Streptococcus pyogenes, Bacteroides et Escherichia coli[3]. L'infection provoque une fasciite nécrosante dans les tissus mous de la région génitale.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

La gangrène de Fournier est une maladie rare (0,02 % des admissions hospitalières) qui touche surtout les diabétiques âgés de plus de 50 ans, les obèses[4] et les individus immunodéprimés (usage prolongé de corticostéroïdes par exemple) souffrant de malnutrition[1]. Cette affection touche très rarement la femme[3],[4]. Son profil serait alors similaire (diabétique, obèse). Le taux de létalité des cas féminins (12,8 %), nécessitant deux fois plus souvent une ventilation mécanique et une dialyse, dépasse celui des hommes (7,5 %)[4]. Les enfants ne sont que très exceptionnellement concernés par cette infection : l'incidence annuelle chez les garçons de 0 à 9 ans est estimée aux États-Unis à 0,3/100000[4]. Dans l'histoire, le roi Hérode Ier le Grand[5],[6] et l'empereur romain Galère seraient décédés de ce type de gangrène.

Symptômes[modifier | modifier le code]

La maladie se présente d'abord comme une simple inflammation (œdème, rougeur, chaleur et douleur), souvent limitée au scrotum. Celle-ci s'étend ensuite au périnée, au pénis et à la paroi abdominale, mais épargne les testicules[3]. Les signes s'aggravent rapidement et un crépitement, caractéristique de la gangrène gazeuse, peut être perçu, tandis que l'odeur de putréfaction devient très désagréable.

Pronostic[modifier | modifier le code]

En l'absence de traitement, la mort du patient survient en quelques heures. Le taux de décès est de 7,5 à 40 % lorsque le patient est traité[3],[4].

Traitements[modifier | modifier le code]

La gangrène de Fournier est une urgence médico-chirurgicale : son traitement est antibiotique et chirurgical (parage des tissus nécrosés en urgence)[3]. Une thérapie hyperbare peut aussi être employée pour favoriser la réoxygénation des tissus lésés dans un second temps.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Moslemi MK, Sadighi Gilani MA, Moslemi AA, Arabshahi A. « Fournier gangrene presenting in a patient with undiagnosed rectal adenocarcinoma: a case report » Cases J. 2009;2:9136. PMID 20062653 DOI:10.1186/1757-1626-2-9136
  2. Fournier JA. « Jean-Alfred Fournier 1832-1914. Gangrène foudroyante de la verge (overwhelming gangrene) » Sem Med. 1883;3:345–8. Dis Colon Rectum 1988;31:984–8. PMID 3063473
  3. a, b, c, d et e (en) Altarac S, Katušin D, Crnica S, Papeš D, Rajković Z, Arslani N. « Fournier's gangrene: etiology and outcome analysis of 41 patients » Urol Int. 2012;88(3):289-93. PMID 22433163 DOI:10.1159/000335507
  4. a, b, c, d et e (en) Sorensen MD, Krieger JN, Rivara FP, Broghammer JA, Klein MB, Mack CD, Wessells H. « Fournier's Gangrene: population based epidemiology and outcomes » J Urol. 2009;181(5):2120-6. PMID 19286224 DOI:10.1016/j.juro.2009.01.034
  5. (en) Emma Young, « Gruesome death for brutal Biblical ruler » New Scientist, janvier 2002, consulté le 11 juin 2013
  6. (en) Hirschmann JV, Richardson P, Kraemer RS, Mackowiak PA. « Death of an Arabian Jew » Arch Intern Med. 2004;164(8):833-9; discussion 839. PMID 15111368

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :