Gang des souris vertes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le « gang des souris vertes » (ou « gang de la souris verte » ou « gang des lessiveurs », et d'abord connu sous le nom de « gang des mécanos ») est une association de malfaiteurs français qui a commis de nombreux vols aggravés entre 2003 et 2006. Ses chefs étaient Laurent Cocogne et Serge Quemin.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le surnom du gang vient du procédé utilisé pour empêcher que les billets de banque, volés dans des caisses de transport de fonds, ne soient rendus inutilisables par la cartouche de sécurité censée les imprégner d'encre indélébile en cas de vol[1],[2]. Afin d'isoler les billets de l'encre antivol, les malfaiteurs faisaient pénétrer de l'huile dans les mallettes, en les entrouvrant à l'aide d'une pince-monseigneur, avant de les forcer complètement. L'explosion avait bien lieu mais sans conséquence sur les billets, qu'il ne leur restait plus qu'à laver à l'eau chaude et sécher sur des fils à linge, accrochés à des épinglettes[1]. Le nettoyage des billets ainsi volés vaut au gang d'être un temps connu sous le nom de « gang des lessiveurs ». Cependant, la procédure de « lessivage » impliquant de tremper successivement les billets dans de l'huile puis de l'eau, ce groupe est resté plus connu sous le nom de « gang des souris vertes » en référence à la comptine enfantine éponyme dont les paroles sont notamment : « trempez-la dans l'huile, trempez-la dans l'eau ».

Mode opératoire et arrestation[modifier | modifier le code]

La bande organisée est d'abord appelée « gang des mécanos » et est recherchée pour de nombreux cambriolages commis dans des banques. Leur mode opératoire consistait à pénétrer dans les banques par les toitures pour s'y cacher jusqu'au lendemain matin : le personnel entrait alors et désactivait l'alarme, ce qui permettait aux malfaiteurs de surgir du plafond et d'emporter la caisse. Le surnom de « mécanos » provient du témoignage d'employés de banque retenus en otage le 3 avril 2003 à la Banque Populaire de Chabeuil, dans la Drôme. Ils disent que les hommes du commando, cagoulés, sont vêtus de bleus de travail, comme des mécaniciens.

Le fait que les deux gangs, lessiveurs d'une part et mécanos d'autre part, ne font finalement qu'un, n'est connu qu'après l'arrestation des membres du groupe. Celle-ci a lieu le 30 mars 2006. Ce jour-là, un braquage à La Verpillière, près de Bourgoin-Jallieu dans l'Isère, tourne mal : un convoyeur de fonds s'échappe et réussit à donner l'alarme. Les gendarmes réussissent à intercepter le véhicule des braqueurs, qui ont échangé leur camion pour un monospace mais sont repérés à un barrage policier . Devant l'imminence de son arrestation, le chef de la bande, Laurent Cocogne, descend de voiture et se suicide par balle. Son beau-frère Serge Quemin et trois autres complices sont arrêtés sur la commune de Bonnefamille[3].

L'enquête montre que le gang a réalisé au moins quatorze vols aggravés dans les départements de l'Ardèche, de l'Isère et de la Drôme, amassant un butin global d'environ 1,5 million d’euros.

Condamnations[modifier | modifier le code]

Les membres du gang sont jugés le 14 janvier 2010 devant la cour d'assises de Lyon, et condamnés, après une audience de deux semaines, à des peines modérées, compte tenu du nombre de faits reprochés. Ainsi Serge Quemin est condamné à seize ans d'emprisonnement (libération prévue en 2014) tandis que les autres accusés sont condamnés à des peines de cinq à douze ans d'emprisonnement. L'épouse de Laurent Cocogne, soupçonnée de complicité, est acquittée[1].

Documentaire télévisé[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Imen Ghouali, Le gang des souris vertes, Editions Hors Collection, 2013 [5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Sur le site de Lyon-capitale
  2. « Le gang lessivait les billets volés maculés d'encre », Le Parisien,‎ 15 janvier 2010 (lire en ligne)
  3. Sur le site de Lyon-mag.
  4. Sur le site de Faites entrer l'accusé.
  5. Présentation du livre sur LeCrime.fr (consulté le 21 mars 2014)

Articles connexes[modifier | modifier le code]