Gandiaye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gandiaye
Administration
Pays Sénégal Sénégal
Région Kaolack
Département Kaolack
Maire
Mandat
El Hadj Gueye
2005
Démographie
Population 10 174 hab. (2007)
Géographie
Coordonnées 14° 14′ 00″ N 16° 16′ 00″ O / 14.23333, -16.26667 ()14° 14′ 00″ Nord 16° 16′ 00″ Ouest / 14.23333, -16.26667 ()  
Altitude 22 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (administrative)

Voir la carte administrative du Sénégal
City locator 14.svg
Gandiaye

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (relief)

Voir la carte topographique du Sénégal
City locator 14.svg
Gandiaye
Liens
Site web sip.sn/gandiaye

Gandiaye est une ville et une commune de l’ouest du Sénégal, située à environ 25 km au nord-ouest de Kaolack.

Histoire[modifier | modifier le code]

Niakhabane est le totem de Gandiaye ; ainsi toute femme qui vient rejoindre sa maison conjugale ou quitte Gandiaye était amenée à faire des tours de l’arbre pour espérer une protection de sa famille et d’elle-même ; aussi elle devra y faire son premier linge et les femmes gardiennes de la tradition qui l’accompagneront, pourront à la suite de cet acte avoir des indices sur ses qualités.

On raconte que lors de la construction de la route nationale N°1 Niakhabane s’était mis en colère et avait bloqué les machines parce que les travaux de terrassements constituaient un danger pour ses enfants ; cela a conduit au déplacement du tracé initial de la route.

Actuellement le baobab est tombé mais il reste toujours le puits utilisé par les populations.

Gandiaye a été restructurée et développée pendant la période coloniale en même temps que toute l'assiette commerciale fut organisée pour le commerce de l'arachide. Elle faisait alors partie des multiples comptoirs ou plutôt escales de la région de Kaoloack. Mais son histoire remonte à bien avant la pénétration des Blancs. Des anciens du village racontent encore l’histoire de Gandiaye.

Administration[modifier | modifier le code]

Rattachée au département de Kaolack dans la région de Kaolack, Gandiaye a été érigée en commune en 1996[1]. Le premier maire de cette jeune commune, le Docteur El Hadji Gueye, a été élu en 1996 et son mandat, d’une durée de cinq a été renouvelé en 2005.

En parallèle il existe toujours à Gandiaye un roi — le Buur Gandiaye[2], sans reconnaissance officielle, mais très considéré par la population qui le consulte volontiers.

Géographie[modifier | modifier le code]

Gandiaye se trouve sur la route nationale N1 qui relie Kaolack à Dakar.

À vol d'oiseau, les localités les plus proches sont Belongui, Mbelbouk, Ganboul Moctar, Keur Mari, Sassara, Tioupane et Ganboul Escale.

Population[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2002, la population s’élevait à 9 426 habitants.

En 2007, selon les estimations officielles, Gandiaye compterait 10 174 personnes.

Gandiaye est peuplée de musulmans, de chrétiens et d’animistes tels que la religion sérère. La ville est dotée d’un cimetière musulman et d’un cimetière chrétien.

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Les ressources locales sont principalement celles de l’agriculture, de l’élevage et du commerce, favorisé par la tenue de marchés hebdomadaires à Gandiaye même ou dans les environs.

Jumelages et partenariats[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Espagne Vicar (Espagne)

Personnalités nées à Gandiaye[modifier | modifier le code]

Mbaye Ndiaye dit Babacar est un Ingénieur des travaux de la météorologie et fut le premier directeur général d'Agrhymet à Niamey au Niger. C'est un centre de recherche à vocation régional, spécialisé dans les sciences et techniques applicables aux secteurs du développement agricole, de l'aménagement de l'espace rural et de la gestion des ressources naturelles. 13 Etats membres : Bénin, Burkina Faso, Cap Vert, Côte d'Ivoire, Gambie, Guinée, Guinée Bissau, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad et Togo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Loi no 96-752 du 5 septembre 1996
  2. « Décentralisation et pouvoir traditionnel au Sénégal : entre la légalité formelle et la légitimité historique » (Gouvernance en Afrique) [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) André Stephan, « Missionar in Senegal (Gandiaye) », Hiltruper Monatshefte, no 7, 1966, pp. 153-154
  • (fr) Aliou Ndong, Les mythes de fondation de quatre villages de Gandiaye et Keur Waly, Dakar, Université de Dakar, 198? (Mémoire de Maîtrise)

Liens externes[modifier | modifier le code]