Gan (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gan.

Gan

Description de l'image Gan logo 2010.png.
Création 1968
Slogan Assuré d'avancer
Siège social Drapeau de France 8-10 Rue d'Astorg, Paris 8 (France)
Société mère Groupama
Site web gan.fr

GAN est une ancienne société anonyme d'assurances française. Elle fait partie du groupe Groupama depuis 1998.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Groupe des assurances nationales (GAN), est né de la fusion en 1968 des sociétés La Nationale, le Soleil et l’Aigle, nationalisées en 1946.

De 1986 à 1994, François Heilbronner, un proche de Jacques Chirac, est nommé par le pouvoir politique président de la compagnie d'assurance nationalisée. Sous son impulsion, celle-ci lance au début des années 1990 une importante offensive commerciale pour gagner des parts de marché sur ses concurrents, ceci en période de haut du cycle. En 1993, le GAN annonce une perte nette de 1,1 milliard en assurance dommages[1]. Cette course aux parts de marché se solde par « plus de 6 milliards de pertes d'exploitation en trois ans »[2]. En 1995, le GAN annonce des pertes significatives de 5,3 milliards, cette fois dues en grande partie à ses investissements hasardeux dans l'immobilier[3]. Entretemps, François Heilbronner, dont le mandat venait à échéance en juin 1994, parvenait par un artifice comptable à dissimuler les pertes en 1994[2]. Au début 1997, la société est « en état de faillite virtuelle ». Les « errements insensés d'un groupe » auront coûté au contribuable français entre 4 et 5 milliards de francs[4].

En juillet 1998, GAN a été racheté par le groupe Groupama.

Le nouveau groupe Groupama est devenu par le biais de ce rachat l'un des plus grands groupes d'assurances français commercialisant ses produits sous trois marques en France : Groupama, Gan et Amaguiz.com.

La Tour GAN située à La Défense a été dessinée par Max Abramovitz et est classée comme l'une des tours figures de La Défense. Elle a été vendue en 2008 à la Foncière des Régions.

Cette organisation possède un rayonnement national.

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Slogan[modifier | modifier le code]

  • « C'est avec l'esprit libre que l'on avance »
  • « C'est avec l'esprit libre qu'on avance »
  • « Assuré d'avancer » ; août 2010.

Métiers[modifier | modifier le code]

La marque Gan est distribuée par 4 sociétés :

  • Gan Assurances, qui s'appuie sur son réseau d'agents généraux, le 4e en France, et sur ses chargés de missions. Ils interviennent aussi bien en assurance de biens (automobile, habitation, responsabilité civile, véhicules, locaux, stocks) qu'en assurance de personnes (prévoyance, santé, retraite et épargne), pour les particuliers et professionnels, en individuelle et collective.
  • Gan Patrimoine, qui s'appuie sur son réseau de mandataires. Ils interviennent en assurance de personnes pour les particuliers et professionnels, en individuelle.
  • Gan Prévoyance, qui s'appuie sur son réseau de chargés en prévoyance. Ils interviennent en assurance de personnes pour les particuliers et professionnels, en individuelle et collective.
  • Groupama Gan Vie (marque Gan Eurocourtage), qui s'appuie sur ses courtiers partenaires et son inspection commerciale. Ils interviennent en assurance de personnes pour les particuliers et professionnels, en collective.

Direction[modifier | modifier le code]

Les présidents successifs du Gan :

  • Pierre Olgiati : 1968 - 1975
  • Guy Verdeil : 1975 - 1984
  • Bernard Attali : 1984 - 1986
  • François Heilbronner : 1986 - 1994
  • Jean-Jacques Bonnaud : 1994 - 1996
  • Didier Pfeiffer : 1996 - 1998

Controverse[modifier | modifier le code]

Méthodes de recrutement[modifier | modifier le code]

Didier Cros a réalisé un documentaire diffusé sur plusieurs chaînes dont France 2[5] en 2011, La gueule de l’emploi[6],[7], portant sur les méthodes de recrutement en entreprise. Deux journées de session de recrutement pour des postes de conseiller prévoyance au sein de GAN sont ainsi suivies, tant dans les phases d'entretien collectif que d'entretien individuel menées par trois employés internes et deux recruteurs externes. La session de recrutement est réalisée conjointement par :

  • deux employés du cabinet RST Conseil ;
  • trois représentants de GAN.

Les candidats sont convoqués à ces entretiens sans connaître ni le contenu du poste ni la rémunération envisagée. Ces informations sont dévoilées durant la seconde journée, lorsqu'il ne reste plus que trois candidats. Celle-ci est composée d'une partie fixe (fixée au SMIC) et d'une partie variable. La partie fixe est présentée par une des employés participant au jury de recrutement comme plus attractive que ce que peuvent proposer les assureurs-employeurs concurrents - laissant ainsi imaginer l'existence de rémunérations fixes inférieures au SMIC.

Les séquences sont entrecoupées des témoignages a posteriori des participants à cette journée de candidature. Ils font part de leurs impressions, sentiments, interrogations et ressortent pour la plupart amers et dubitatifs de ce processus[8],[9],[10],[11] comparé par l'un d'entre eux à de « l'abattage », « du tri sélectif ».

La société reconnaît que le documentaire a pu émouvoir certaines personnes[12].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • GAN/Public Histoire, L'assurance, de la Royale au GAN : l'histoire de tous les projets, 1816-1992, Claude Tchou and sons/GAN,‎ , 184 p. (ISBN 2-9507187-0-1).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]