Gamma Leonis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gamma Leonis

Époque J2000.0

Données d'observation
Ascension droite 10h 19m 58,3s
Déclinaison +19° 50′ 30″
Constellation Lion
Magnitude apparente 1,98 (2,28/3,51)
Caractéristiques
Type spectral K0IIIb / G7III
Indice U-B 1,00
Indice B-V 1,14
Indice J-K ?
Astrométrie
Vitesse radiale -36,8 km/s
Mouvement propre μα = 310,77 mas/a
μδ = −152,88 mas/a
Parallaxe 25,96 ± 0,83 mas
Distance 126 ± 4 al
(39 ± 1 pc)
Magnitude absolue -0,92
Caractéristiques physiques
Masse  M
Rayon 23/10 R
Gravité de surface (log g) ?
Luminosité 180/50 L
Température 4 470/4 980 K
Métallicité 30 % du Soleil
Rotation  km/s
Âge a

Autres désignations

Algeiba, 41 Leo (Flamsteed), HR 4057, BD+20 2467, HD 89484, GCTP 2423.00, SAO 81298, HIP 50583, LTT 12764/12765, ADS 7724

Gamma Leonis (γ Leo / γ Leonis) est une étoile binaire de la constellation du Lion. Elle porte également le nom traditionnel Algieba ou Al Gieba.

Origine et histoire du nom[modifier | modifier le code]

Le nom Algieba provient de l'arabe Al-Jabhah, signifiant le front. Malgré cette signification, l'étoile est en fait située dans la crinière du Lion. Le nom latin de l'étoile est Juba.

  • Algieba (Gamma), Adhafera (Zeta Leonis), et Al Jabbah (Eta Leonis) ont été appelées collectivement la Faucille.
  • Algieba (Gamma), avec Adhafera (Zeta), Régulus (Alpha) et Eta (Al Jabbah) sont le 8e manzil, Al Jabhah, le "Front", favorisant l'amour, la bienveillance et l'aide contre les ennemis.
  • Le Lion est associé avec la lettre de l'alphabet hébreu Kaph et la carte « La Force » du tarot.

Elle est connue comme 軒轅十二 (la douzième étoile de Xuanyuan) en chinois. Xuanyuan est le nom de l'empereur jaune.

Composantes du système[modifier | modifier le code]

Algieba, en tant que système binaire, est composée de deux étoiles. La composante la plus brillante a une magnitude apparente de +2,28 et est de type spectral K1-IIIbCN-0.5. L'étoile géante de type K a une température de surface de 4470 K, une luminosité égale à 180 fois celle du Soleil et un diamètre égal à 23 fois celui du Soleil. L'étoile compagne a une magnitude apparente de +3,51 et est de type spectral G7IIICN-I. L'étoile géante de type G a une température de 4980 K, une luminosité égale à 50 fois celle du Soleil, et un diamètre égal à 10 fois celui du Soleil. Avec une séparation angulaire un peu supérieure à 4", les deux étoiles sont distantes d'au moins 170 UA (quatre fois la distance entre Pluton et le Soleil), et ont une période orbitale de 619 ans[1]. À cause de la très longue période orbitale, seule une fraction de l'orbite a été observée depuis la découverte de leur caractère binaire.

Les deux étoiles sont presque certainement des vraies géantes, ce qui signifie qu'elles ont cessé de brûler de l'hydrogène en hélium dans leurs cœurs et ont très fortement enflé. Bien que la durée d'observation de leur orbite soit insuffisante pour calculer leurs masses, la comparaison avec des modèles d'évolution suggère qu'elles ont chacune une masse égale au double de celle du Soleil. Issues du même nuage interstellaire il y a environ deux milliards d'années, les étoiles ont une teneur en fer environ le tiers de celle du Soleil. Il est difficile de dire à quel degré d'avancement elles sont dans leur évolution. Elles peuvent toutes deux brûler de l'hélium dans leurs cœurs ou elles peuvent être des géantes en développement, avec des cœurs d'hélium calmes qui attendent leur allumage. La composition chimique de leur surface, qui est influencée par l'âge, fait pencher pour la première hypothèse.

Observation[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un système binaire brillant du Lion dont les composantes orange-rouge et jaune/jaune-verdâtre sont visibles, sous réserve de bonnes conditions atmosphériques, à l'aide d'un petit télescope. À l'œil nu, le système d'Algieba est de deuxième magnitude, mais une lunette résout facilement la paire.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  1. R. Sagot, J. Texereau, Revue des Constellations, Société astronomique de France, 1963, p114