Gamal Ghitany

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gamal Ghitany [en arabe جمال الغيطاني] est un écrivain égyptien né en 1945 dans un village de Haute-Égypte (Guhayna, près de Sohag). Ghitany écrit des romans historiques et est l’un des animateurs du mouvement culturel et littéraire égyptien contemporain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gamal Ghitany est un autodidacte qui a pratiqué divers métiers (dessinateur de tapis notamment) en même temps que naissait sa vocation littéraire. Encouragé par l'écrivain Naguib Mahfouz, il publie dès l'âge de dix-sept ans ses premières nouvelles dans les revues littéraires égyptiennes et libanaises. Il est incarcéré d’octobre 1966 à mars 1967 pour ses critiques contre Nasser. La publication de son premier recueil de nouvelles en 1969 lui vaut d'être recruté au quotidien Akhbâr al-Yawm, où il devient bientôt reporter de guerre. Hostile comme beaucoup d'intellectuels égyptiens à la "politique d'ouverture" ultra-libérale initiée par Anouar el-Sadate, il est interdit de publication pendant près de dix ans. Réintégré dans son journal, il y tient la page littéraire puis lance en 1993 l'hebdomadaire Akhbâr al-Adab (les nouvelles littéraires), qui devient rapidement une des principales revues littéraires du monde arabe.

Gamal Ghitany est surtout l'auteur d'une œuvre prolifique qui explore, avec chaleur et humour, les méandres de l'âme égyptienne prise entre la richesse de son passé et les agressions de la modernité. Plusieurs œuvres marquantes sont à mettre à l’actif de Ghitany : son premier roman Zayni Barakat, qui, bien que situé dans l'Égypte mamelouke du début du XVIe siècle, est une dénonciation universelle de l'oppression et de la tyrannie ; Le Livre des Illuminations, son chef-d'œuvre où il recourt à la mystique pour décortiquer un événement personnel tragique : la mort de son père, alors que lui-même se trouvait absent pour cause de voyage à l'étranger ; ainsi que d’autres romans tels La mystérieuse affaire de l'impasse Zaafarâni, Pyramides ou Épître des destinées. Le point commun de toutes ces œuvres est qu’elles sollicitent toutes, à un degré ou à un autre, le patrimoine narratif arabe.

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions en Egypte et en France[modifier | modifier le code]

  • En 1980, Ghitany a reçu le Prix national égyptien de littérature (Encouragement).
  • En 1987, il a été fait Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres par la France.
  • En 1993, il a reçu le prix de l'amitié franco-arabe pour Épître des destinées.
  • En 2005, son roman Le Livre des Illuminations a été couronné par le Prix Laure-Bataillon de la meilleure œuvre de fiction traduite dans l'année (décerné conjointement à l'auteur et au traducteur Khaled Osman par la Maison des écrivains étrangers et des traducteurs - Nantes/Saint-Nazaire). La traduction a par ailleurs été récompensée par le prix Amédée-Pichot (décerné par le Collège international des traducteurs littéraires - Arles).
  • En 2007, Ghitany a reçu le Prix national égyptien de littérature (hommage).
  • En 2009, son roman Les Poussières de l'effacement a été couronné par le Prix du Roman arabe décerné par le Conseil des ambassadeurs arabes en France en partenariat avec l'Institut du monde arabe.

Liens externes[modifier | modifier le code]