Gallotia bravoana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gallotia bravoana

Description de cette image, également commentée ci-après

Gallotia bravoana

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Sauria
Infra-ordre Scincomorpha
Famille Lacertidae
Genre Gallotia

Nom binominal

Gallotia bravoana
Hutterer, 1985

Synonymes

  • Gallotia goliath bravoana Hutterer, 1985
  • Gallotia simonyi gomerana Hutterer, 1985
  • Gallotia gomerana Hutterer, 1985

Statut de conservation UICN

( CR )
CR D :
En danger critique d'extinction

Gallotia bravoana est une espèce de sauriens de la famille des Lacertidae[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce est endémique de La Gomera aux îles Canaries[1].

Description[modifier | modifier le code]

C'est un reptile présentant une couleur blanche soutenue au niveau de la nuque, de la bouche et de la poitrine, ce qui contraste fortement avec le reste du corps plutôt brun sombre.

Ce sont des lézards généralement diurnes, qui consomment principalement des végétaux, et qui peuvent atteindre une cinquantaine de centimètres.

Les femelles pondent une seule fois dans l'année une série de trois à sept œufs.

Taxon Lazare[modifier | modifier le code]

Décrite depuis des subfossiles, cette espèce a été découverte vivante en 1999[2],[3].

Mesures de conservation[modifier | modifier le code]

La population de cette espèce était estimée à 90 individus en 2004, répartis sur une zone d'un hectare environ, plus un groupe d'une quarantaine d'individus élevés en captivité dans le cadre d'un programme de réintroduction.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Cette espèce est nommée en l'honneur de Telesforo Bravo[1].

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Gallotia bravoana et Gallotia gomerana sont synonymes[4], selon le principe du premier réviseur[5], le nom Gallotia bravoana doit être utilisé, contrairement à ce qu'envisageait Martín et Rando en 2006[6]

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Hutterer, 1985 : Neue Funde von Rieseneidechsen (Lacertidae) auf der Insel Gomera. Bonner zoologische Beiträge, vol. 36, no 3/4, p. 365-394 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Reptarium Reptile Database, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. Nogales, Rando, Valido & Martín 2001 : Discovery of a living giant lizard, genus Gallotia (Reptilia: Lacertidae), from la Gomera, Canary Islands. Herpetologica, vol. 57, no 2, p. 169-179 (texte intégral).
  3. Hernández, Maca-Meyer, Rando, Valido & Nogales, 2001 : Addition of a New Living Giant Lizard from La Gomera Island to the Phylogeny of the Endemic Genus Gallotia (Canarian Archipelago). Herpetological Journal, vol. 11, no 4, p. 171-173 (texte intégral).
  4. Mateo, Crochet & Afonso, 2011 : The species diversity of the genus Gallotia (Sauria: Lacertidae) during the Holocene on La Gomera (Canary Islands) and the Latin names of Gomeran giant lizards. Zootaxa, no 2755, p. 66–68.
  5. Bischoff, 1998 : Bemerkungen zu den “fossilen” Rieseneidechsen der Kanarischen Inseln. Handbuch der Reptilien und Amphibien Europas, vol. 6 Die Reptilien der Kanarischen Inseln, Selvagens-Inseln und des Madeira Archipels. Aula Verlag, Wiesbaden, p. 387–407.
  6. Martín & Rando, 2006 : On the scientific name of the extant Giant Lizard of La Gomera (Canary Islands): Gallotia gomerana Hutterer, 1985 vs. G. bravoana Hutterer, 1985 (Reptilia: Lacertidae). Vieraea, vol. 34, p. 65-70 (texte intégral).