Galloperdrix de Ceylan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Galloperdrix de Ceylan

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Galloperdix bicalcarata

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Galliformes
Famille Phasianidae
Genre Galloperdix

Nom binominal

Galloperdix bicalcarata
(J.R.Forster, 1781)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

La Galloperdrix de Ceylan (Galloperdix bicalcarata) est une espèce d'oiseaux de la famille des Phasianidae.

Distribution[modifier | modifier le code]

La galloperdrix de Ceylan est endémique du Sri Lanka. Elle occupe surtout la partie sud de l’île.

Habitat[modifier | modifier le code]

Cette galloperdrix fréquente les forêts primaires denses et humides, entre 700 et 1100 m. D’après Jones et Weerakoon (1998), on ne la rencontre pas dans les cultures de thé et les habitats secondaires situés en bordure de forêt primaire ou aux alentours des villages.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Elle se nourrit de baies, de graines et d’insectes qu’elle recherche en fouillant la litière végétale

Mœurs[modifier | modifier le code]

Cette galloperdrix est timide, plus facile à entendre, grâce à un cri caractéristique, qu’à observer. Elle vit en couple ou en famille. Effrayée, elle préfére détaler en courant, parfois très rapidement. Elle ne s’envole qu’en dernière extrémité et sur une courte distance, pour se reposer rapidement dans un épais couvert (Hennache & Ottaviani 2011).

Voix[modifier | modifier le code]

Durant la saison de reproduction le mâle chante tôt le matin, émettant une série saccadée de trois notes sifflées, la première et la dernière note émises sur la même tonalité (Ali & Ripley 1978, Madge & McGowan 2002).

Nidification[modifier | modifier le code]

La nidification est mal connue. Cette espèce est très territoriale et réputée monogame. La saison de reproduction est liée à la mousson et se situe généralement de novembre à mars, avec un pic de ponte en février-mars, mais des nids ont aussi été trouvés de juillet à septembre et même en octobre. Le nid consiste en une simple dépression aménagée dans le sol sous un couvert (Hennache & Ottaviani 2011).

Statut, conservation[modifier | modifier le code]

Cette espèce n’est pas considérée comme menacée par BirdLife International en dépit de sa distribution limitée. D’après Jones et Weerakoon (1998), elle n’est pas recherchée comme gibier ou pour le commerce d’oiseaux. Son habitat particulier la met provisoirement à l’abri des menaces qui pèsent habituellement sur tant d’autres d’espèces d’oiseaux mais l’augmentation démographique au Sri Lanka pourrait entrainer une destruction de la forêt primaire pour mise en culture ; toutefois le gouvernement sri-lankais a interdit l’exploitation des forêts primaires humides depuis 1992.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hennache, A. & Ottaviani, M. (2011). Cailles, Perdrix et Francolins de l’Ancien Monde, 400 pages. Editions W.P.A. France, Clères, France.
  • Jones, J. & Weerakoon, K. (1998). The conservation status of the Sri Lanka junglefowl and the Sri Lanka spurfowl in the lowland rainforest of south west Sri Lanka. WPA News (55): 21-23.
  • Madge, S. & McGowan, P. J. K. (2002). Pheasants, Partridges & Grouse. Helm, London.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]