Galileo Galilei (opéra)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Galilée.
Galileo Galilei
Image décrite ci-après

Genre Opéra
Nbre d'actes 1 acte et dix scènes
Musique Philip Glass
Livret Mary Zimmerman (en) et Arnold Weinstein (en)
Langue
originale
anglais
Durée
approximative
1 h 30
Dates de
composition
2001
Création 14 juin 2002
Théâtre Goodman (en),
Drapeau des États-Unis États-Unis

Galileo Galilei est un opéra en un acte et dix scènes, pour solistes et orchestre, composé en 2001[1] par Philip Glass, sur un livret du dramaturge Mary Zimmerman (en)[2] et du poète Arnold Weinstein (en), basé sur la vie de l'astronome Galilée. C'est une commande du théâtre Goodman (en) de Chicago. La première mondiale de l'œuvre a eu lieu le 14 juin 2002 sous la direction de Beatrice Jona Affron[3],[4], la première européenne au Barbican Centre de Londres le 1er novembre 2002[5].

L’œuvre est ensuite jouée à New York, à l'Académie de Musique de Brooklyn durant quatre jours à partir du 1er octobre 2002[6],[7], au théâtre d'État (de) de Brunswick pour huit représentations à partir du 18 décembre 2004[8], à l'Opéra de Madison durant quatre jours à partir du 26 janvier 2012[9] sous la direction de Kelly Kuo et à l'Opéra (en) de Portland durant cinq jours à partir du 30 mars 2012 [10],[11],[12] sous la direction d'Anne Manson[13].

Personnages[modifier | modifier le code]

Rôle Voix Distribution de la création mondiale, 14 juin 2002
Direction : Beatrice Jona Affron
Older Galileo ténor John Duykers
Cardinal 1/Oracle 1/Inquisitor 1 Contreténor Mark Crayton
Cardinal 2/Oracle 2/Inquisitor 2 baryton Gregory Purnhagen
Cardinal 3 baryton-basse Andrew McQuery
Pope Urban VIII/Cardinal Barberini/Simplicio/Father of Merope basse Andrew Funk
Older Maria Cleste/Marie de Medicis/Eos soprano Alicia Berneche
Maria Magdalena/Scribe mezzo-soprano Sarah Sheperd
Sagredo/Grand Duchess Christina soprano Mary Wilson
Young Galileo/Salviati bariton Eugene Perry
Young Maria Celeste soprano Elisabeth Reiter
Orion Rôle non chanté Matt Orlando
Merope Rôle non chanté Tess Given
Priest/Servant Rôles non chantés Lawrence Di Stasi
Tim Mullaney
Peter Sciscioli
Child Duchess Cristina
Child Galileo
Rôles non chantés Shelby Hyman
Zach Gray

Structure[modifier | modifier le code]

L'opéra ne raconte pas vraiment une histoire. C'est plutôt une sorte de voyage rétrospectif, fait d'une série d'images dramatiques, à travers la vie du célèbre savant italien[14]. Il s'ouvre sur un Galilée septuagénaire, devenu aveugle quelques années après son procès, s'interrogeant sur sa religiosité ainsi que sur le rapport entre science et religion, mais se termine sur un Galilée enfant, en train de regarder un opéra (c'est le sens du titre de la dernière scène Opera within the Opera) de son propre père Vincenzo Galilei[Note 1].


  • Scène 1, Opening Song
  • Scène 2, Recantation
  • Scène 3, Pears
  • Scène 4, Trial
  • Scène 5, Dialogue Concerning the Two Chief Systems of the World (Dialogue sur les deux grands systèmes du monde)
  • Scène 6, Incline Plane
  • Scène 7, A Walk in the Garden
  • Scène 8, Lamps
  • Scène 9, Presentation of the Telescope
  • Scène 10, Opera within the Opera[Note 2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Compositeur, théoricien de la musique et membre de la Camerata fiorentina dont les expériences musicales (l'invention de la monodie, du style récitatif notamment) sont à l'origine de l'opéra et de ses développements ultérieurs.
  2. Ironie du sort, l'opéra du père de Galilée a pour sujet les mouvements des corps célestes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Heroes and villains in modern opera par Stephen Smoliar dans le San Francisco Examiner du 25 janvier 2013.
  2. (en) Notice biographique sur la site de l'opéra de Portland.
  3. (en) Galileo Galilei Casting de la première mondiale sur le site du Théâtre Goodman.
  4. (en) Goodman's 'Galileo Galilei' delves into scientist's universe par Larry Bommer dans le Chicago Tribune du 21 juin 2002.
  5. (en) Galileo Galilei Barbican, London par Andrew Clements dans le Guardian du 2 novembre 2002.
  6. (en) WNYC Presents Philip Glass's Galileo Galilei Présentation de l'opéra sur le site de la radio new-yorkaise WNYC le 30 septembre 2002.
  7. (en) A Heretical Astronomer Rethinking His Revolution par Allan Kozinn dans le New York Times du 3 octobre 2002.
  8. (de) Physik-Nachhilfe für Opernfreunde par Harald Likus dans le Braunschweiger Zeitung du 19 décembre 2004.
  9. (en) Galileo Galilei is Madison Opera's second triumph of the season par John W. Barker dans l'hebdomadaire Isthmus du 27 janvier 2012.
  10. (en) Galileo Galilei (Portland Opera) And yet it moves—backward par Brett Campbell dans le magazine Willamette Week du 28 mars 2012.
  11. (en) In Defense of Heliocentrism par Jenna Lechner dans le Portland Mercury du 5 avril 2012.
  12. (en) David Stabler, « Exploring science and religion as Portland Opera presents Philip Glass Galileo Galilei », The Oregonian,‎ 29 mars 2012
  13. (en) Galileo and the theocrats, like a circle ’round the sun par Bob Hicks sur le site Oregon ArtsWatch.org, mis en ligne le 3 avril 2012.
  14. (en) Galileo maps the universe of a scientist and philosopher par Lindsay Christians dans le journal 77 Square (The Capital Times) du 27 janvier 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]