Galerie Colbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
2e arrt
Galerie Colbert
Rotonde de la galerie Colbert.
Rotonde de la galerie Colbert.
Situation
Arrondissement 2e
Quartier Vivienne
Début 6 rue des Petits-Champs
Fin 2 rue Vivienne
Morphologie
Longueur 83 m
Largeur 5 m
Historique
Création 1826
Géocodification
Ville de Paris 2183
DGI 2181

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Galerie Colbert
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

48° 52′ 01″ N 2° 20′ 22″ E / 48.86684, 2.33935

Le galerie Colbert est un passage couvert parisien situé dans le 2e arrondissement, accessible au 6 rue des Petits-Champs et au 2 rue Vivienne. Propriété de la l'Institut national d'histoire de l'art, il abrite de nombreuses institutions liées à l'histoire de l'art et au patrimoine culturel.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte ce nom en raison du voisinage de l'ancien hôtel Colbert, précédemment hôtel Bautru.

Historique[modifier | modifier le code]

La galerie Colbert a été construite en 1826 pour concurrencer la galerie Vivienne. Voisine de cette dernière, elle n'a pas eu autant de succès. Après rénovation dans les années 1980, elle est achetée par la Bibliothèque nationale de France puis dévolue à l'Institut national d'histoire de l'art et abrite de nombreuses institutions liées à l'histoire de l'art et au patrimoine culturel.

Institutions abritées[modifier | modifier le code]

La galerie Colbert abrite notamment le siège :

La galerie Colbert héberge également les laboratoires de recherche et les écoles doctorales liés à l'histoire de l'art et au patrimoine culturel de plusieurs universités et écoles franciliennes :

Description[modifier | modifier le code]

(M) Ce site est desservi par la station de métro Bourse.

Berlioz à la galerie Colbert[modifier | modifier le code]

Le 29 juillet 1830, Berlioz entonne la Marseillaise dans un arrangement à lui depuis une des fenêtres de la galerie. La foule entassée dans la galerie reprend en chœur et le musicien tombe évanoui[1].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Alain Rustenholz, Les Traversées de Paris, Évreux, Parigramme,‎ septembre 2006, 647 p. (ISBN 2-84096-400-7), p. 177