Galerie Colbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
2e arrt
Galerie Colbert
Rotonde de la galerie Colbert.
Rotonde de la galerie Colbert.
Situation
Arrondissement 2e
Quartier Vivienne
Début 6 rue des Petits-Champs
Fin 2 rue Vivienne
Morphologie
Longueur 83 m
Largeur 5 m
Historique
Création 1827
Géocodification
Ville de Paris 2183
DGI 2181

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Galerie Colbert
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

48° 52′ 01″ N 2° 20′ 22″ E / 48.86684, 2.33935

Le galerie Colbert est un passage couvert parisien situé dans le 2e arrondissement, accessible au 6, rue des Petits-Champs et au 2, rue Vivienne. Construite en 1826 pour concurrencer la galerie Vivienne, voisine de cette dernière, la galerie Colbert n'a pas eu autant de succès. Après rénovation dans les années 1980, elle est achetée par la Bibliothèque nationale de France puis dévolue à l'Institut national d'histoire de l'art (INHA) et abrite depuis de nombreuses institutions liées à l'histoire de l'art et au patrimoine culturel. La galerie Colbert est ouverte au public qui est invité à découvrir la magnifique rotonde surmontée d’une coupole en verre. La brasserie « Le Grand Colbert », au décor Art nouveau, souvent utilisée pour le cinéma est situé à l’entrée de la galerie.

Historique[modifier | modifier le code]

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte ce nom en raison du voisinage de l'ancien hôtel Colbert, précédemment hôtel Bautru.

Le cardinal Richelieu, en faisant construire en 1634 son Palais Cardinal (l'actuel Palais-Royal), ouvre la voie à la construction des terrains alentours. L'hôtel Bautru, situé à l'angle des actuelles rue Vivienne et rue des Petits-Champs, œuvre du tout jeune Louis Le Vau, est le premier édifice de ce nouveau quartier. Il devient en 1665 l'hôtel de l'Intendant des finances et surintendant des bâtiments du Roi, Jean-Baptiste Colbert, qui lui fait apporter quelques modifications. Au fil des années, l'hôtel change plusieurs fois de fonction : il abrite les écuries de Philippe d'Orléans, devient le bureau des Domaines puis, après la Révolution, la Caisse de la dette publique.

Rotonde de la galerie Colbert en 1831.

Naissance de la galerie Colbert[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, le quartier se modifie : très animé grâce à ses cafés et commerces, il voit se développer les passages couverts, qui offrent aux piétons des chemins protégés, ouverts sur des vitrines, leur permettant d'éviter l'encombrement, la boue et les crevasses alors courantes. La galerie Vivienne voit le jour en 1825 ; la galerie Colbert, sa sœur jumelle, deux années plus tard, en 1827.

Berlioz à la galerie Colbert[modifier | modifier le code]

Le , Berlioz entonne la Marseillaise dans un arrangement à lui depuis une des fenêtres de la galerie. La foule entassée dans la galerie reprend en chœur et le musicien tombe évanoui[1].

Réhabilitations[modifier | modifier le code]

En 1974, la galerie Colbert est inscrite à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques. La Bibliothèque nationale de France acquiert alors les bâtiments et engage des travaux afin de réhabiliter l'espace. Mais face à l'état de délabrement avancé de la galerie, on choisit de la démolir et de la reconstruire à l'identique. C'est l'architecte Adrien Blanchet qui s'en charge, en apportant toutefois quelques modifications.

Le 11 avril 1996, suite au départ du département des imprimés de la BnF, il est décidé que la galerie Colbert sera affectée à l'Institut national d'histoire de l'art. Entre 1999 et 2004, une refonte générale de l'architecture du bâtiment, par les architectes Dominique Pinon et Pascale Kaparis, a permis une redéfinition des espaces de l'INHA, de l'Institut national du patrimoine (INP) et de ses partenaires au sein de la galerie Colbert.

Institutions abritées[modifier | modifier le code]

La galerie Colbert en 2011.
La galerie Colbert en 1900.

La galerie Colbert abrite notamment le siège :

La galerie Colbert héberge également les laboratoires de recherche et les écoles doctorales liés à l'histoire de l'art et au patrimoine culturel de plusieurs universités et écoles franciliennes :

Activités[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Vue de l'exposition « Johnny Friedlaender, le graveur dans son temps », en 2008.

Conçues par les chercheurs de l'INHA et leurs équipes, plusieurs expositions gratuites sont présentées chaque année dans la salle Roberto Longhi de la galerie Colbert. Étroitement liées aux programmes de recherche, elles visent à mettre en valeur des fonds de la Bibliothèque et de la Documentation (les livres de fête, les recueils d'ornements...), de présenter les travaux de recherche sur telle ou telle thématique ou de célébrer une grande figure de l'histoire de l'art (André Chastel, Pierre Francastel, Louis Hautecœur, Louis Marin...).

Séminaires, colloques, journées d'étude[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La galerie Colbert est localisée dans le 2e arrondissement entre la place des Victoires et le jardin du Palais-Royal.

Ce site est desservi par les stations de métro Palais-Royal - Musée du Louvre (M)(1)(7) et Bourse (M)(3).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Rustenholz, Les Traversées de Paris, Évreux, Parigramme,‎ , 647 p. (ISBN 2-84096-400-7), p. 177

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]