Galaxie lenticulaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La galaxie du Fuseau, une galaxie lenticulaire dans la constellation du Dragon. Cette image montre qu'une galaxie lenticulaire peut avoir conservé une quantité importante de poussière dans son disque. Elles contiennent peu ou pas de gaz, et sont donc considérées comme pauvres en matière interstellaire.

Les galaxies lenticulaires (S0 ou SB0) sont des galaxies à disque sans bras spiraux bien définis. Elles représentent la transition entre une galaxie elliptique et une galaxie spirale dans la séquence de Hubble[1]. D'un point de vue esthétique, elles ressemblent à des galaxies spirales dénuées de bras spiraux mais possédant un bulbe galactique d'une taille beaucoup plus importante que le bulbe d'une galaxie spirale standard.

Les galaxies lenticulaires ont perdu ou transformé la majorité de leur matière interstellaire, ce qui fait en sorte qu'on y retrouve très peu d'étoiles en formation, bien qu'elle peuvent contenir une grande quantité de poussière interstellaire[2].

Structure et morphologie[modifier | modifier le code]

À bien des égards, la composition des galaxies lenticulaires se rapproche plus de celle des galaxies elliptiques que des galaxies spirales. Par exemple, elles sont toutes deux constituées d'étoiles en majorité âgées de plus d'un milliard d'années. Elle contiennent également plus d'amas globulaires que dans les galaxies spirales de même masse et de même luminosité[3].

Contrairement aux types de galaxies plus communs, les galaxies lenticulaires possèdent à la fois un disque central visible et un bulbe galactique proéminent en son centre. Les galaxies lenticulaires sont souvent considérées comme la transition entre une galaxie spirale et une galaxie elliptique, raison pour laquelle leurs bras spiraux semblent inexistants et pourquoi leurs bulbes sont si apparents. Tout comme les galaxies spirales et elliptiques, une galaxie lenticulaire peut comporter une bande d'étoiles traversant son centre, ce qui en fait dans ce cas une galaxie lenticulaire barrée (en)[3]. Cependant, les propriétés propres aux bandes étoilées dans les galaxies lenticulaires n'ont pas été sujettes à de nombreuses recherches. La compréhension de ces propriétés ainsi que leur mécanisme de formation aideraient à clarifier l'histoire de l'évolution des galaxies lenticulaires[4].

Formation[modifier | modifier le code]

NGC 5010, galaxie lenticulaire en transition.

Il existe deux grandes hypothèses quant à la formation des galaxies lenticulaires.

Dans un premier cas, leur forme en disque, l'absence de gaz, la présence de poussière, le manque de formation stellaire récente et la rotation de ces galaxies sont tous des attributs que l'on pourrait attendre d'une galaxie spirale qui aurait épuisé à peu près tout son gaz dans la formation d'étoiles[4]. L'observation de galaxie anémique (en) renforce cette hypothèse. Si le motif en spirale continue à se dissiper dans ces dernières, la galaxie en résultant serait semblable à une galaxie lenticulaire[5].

Cependant, la luminosité supérieure des galaxies lenticulaires par rapport aux galaxies spirales laisse plutôt croire qu'elle pourraient résulter d'une fusion galactique, qui augmente la masse totale stellaire et donne à la galaxie nouvellement formée sa forme discoïdale exempte de bras spiraux[4].

Liste de galaxies lenticulaires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) R. J. Buta, H. G. Corwin et Odewahn, The de Vaucouleurs Atlas of Galaxies, Cambridge, Cambridge University,‎ 2007s (présentation en ligne)
  2. (en) Regina Barber DeGraaff, John P. Blakeslee, Gerhardt R. Meurer et Mary E. Putman, A Galaxy in Transition: Structure, Globular Clusters, and Distance of the Star-Forming S0 Galaxy NGC 1533 in Dorado, vol. 671,‎ décembre 2007, 1624–1639 p., chap. 2
  3. a et b (en) Binney et Merrifield, Galactic Astronomy, Princeton University Press,‎ 1998, 796 p. (présentation en ligne, lire en ligne), p. 152
  4. a, b et c (en) Michael Blanton et John Moustakas, « Physical Properties and Environments of Nearby Galaxies », Annual Review of Astronomy and Astrophysics, vol. 47, no 1,‎ 2009., p. 159–210 (résumé, lire en ligne)
  5. (en) Debra Elmegreen, Arm Structure in Anemic Spiral Galaxies, vol. 124,‎ 2002 (résumé, lire en ligne), chap. 2, p. 777

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]