Caius Octavius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gaius Octavius)
Aller à : navigation, rechercher
Tête d'une statue représentant peut-être Gaius Octavius, v. 60 av. J.-C., Glyptothèque de Munich.

Gaius Octavius (mort en 59 av. J.-C.) était un homme politique romain, père d’Octave, le futur empereur Auguste. Il descend d'une vieille et riche famille de l'ordre équestre, dont il fut le premier représentant au sénat romain, ce qui le met au rang des homines novi[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il appartenait à une famille de notables de Velitrae. Son père avait été banquier[2]et vécu jusqu’à un âge avancé. Comme son père, il a payé les électeurs aux élections. Après sa préture, il est devenu gouverneur de Macédoine.

Sur le chemin de la Macédoine, il fut chargé par le Sénat de mater une rébellion d’esclaves, qui avaient précédemment participé aux rébellions sous Spartacus et Catilina. Il est apparu comme un administrateur compétent, gouvernant « courageusement et avec justesse », cela inclut la victoire lors d’une bataille contre des tribus thraces. Cicéron avait une haute estime pour sa politique diplomatique. Octavius mourut à Nola, sur le chemin de Rome, pour participer aux élections en juillet 59 av. J.-C. afin de briguer le consulat de l'année suivante. C'est aussi à Nola que mourut Auguste, comme le rappelle Tacite (Annales, I, 9, 1).

Gaius Octavius a eu trois enfants. Avec sa première épouse, Ancharia, naquit une fille du nom d’Octavie l'Aînée. De sa seconde union avec Atia Balba Caesonia (la nièce de Jules César), il eut deux enfants, une fille du nom d'Octavie la Jeune et bien sûr Octave, qui par la suite fut adopté par César, et qui devint empereur sous le nom d’Auguste.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John Percy Vivian Dacre Balsdon et Barbara Levick, « Augustus », dans Simon Hornblower, Antony Spawforth et Esther Eidinow (dirs.), The Oxford Classical Dictionary, Oxford University Press,‎ 2012, p. 207
  2. François Hinard (dir.), Histoire romaine. Tome I, Des origines à Auguste,Fayard, 2000, p. 831