Caius Norbanus Flaccus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gaius Norbanus Flaccus)
Aller à : navigation, rechercher

Caius Norbanus Flaccus est un homme politique et un général romain de la fin de la République romaine, consul en 38 av. J.-C.

Famille[modifier | modifier le code]

D'origine étrusque[1], Flaccus est le petit-fils de Gaius Norbanus, homo novus consul en 83 av. J.-C. Sa famille a souffert sous les proscriptions de Sylla, mais revient au premier plan sous Jules César[1]. Après l'assassinat de Jules César, son allégeance passe à Octavien, le fils adoptif de César[2].

Il épouse une fille de Lucius Cornelius Balbus Minor[3], ancien grand partisan de Jules César, et a au moins un fils aussi nommé Gaius Norbanus Flaccus, consul éponyme aux côtés d'Auguste en 24 av. J.-C.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est élu préteur en l'an 43 av. J.-C.[4]

En 42 av. J.-C., il est envoyé avec Lucius Decidius Saxa par les triumvirs avec huit légions en Macédoine contre les meurtriers de Jules César, Cassius et Brutus[5]. Norbanus et Decidius ont pour mission de marcher rapidement vers la Thrace et d'occuper les cols de montagne. Sur la Via Egnatia, ils rencontrent les troupes des conjurés près de Philippes[6], coupant la seule route pour passer d'Asie en Europe et empêchant les Républicains d'avancer plus loin[a 1]. Par ruse, Brutus et Cassius parviennent à leur faire abandonner ces positions, mais Norbanus découvre la ruse à temps et reprend sa position verrouillant les gorges. Quand Brutus et Cassius parviennent à les contourner par un sentier de montagne, Norbanus et Saxa font retraite vers Amphipolis, tandis que Brutus et Cassius occupent Philippes[7],[a 2]. Quand Marc Antoine et la majeure partie des troupes des triumvirs arrivent, elles trouvent Amphipolis bien gardée[a 3] et Norbanus est laissé aux commandes de la ville. Après les batailles de Philippe, Norbanus devient le chef de camp d'Octavien[2]. Avec la victoire de Philippes, Norbanus se voit auréolé d'une partie du prestige de la réussite de la campagne des triumvirs[2].

En remerciement de ses services, en 38 av. J.-C., il est nommé consul par Octavien avec Appius Claudius Pulcher[a 4],[8]. Ils sont les premiers consuls à avoir deux questeurs chacun[9].

CIL II, 695, inscription funéraire de Q. Norbanus Capito du Ier siècle av. J.-C. dans le centre historique de Caceres, montrant que la clientèle du proconsul Caius a participé à la fondation de la colonie de Norba Caesarina.

Il obtient ensuite le poste de proconsul d'une des deux provinces d'Hispanie (a priori l'Ulterior) entre 36 et 34 av. J.-C.[10],[11], et il célèbre un triomphe à son retour à Rome, le 12 octobre 34 av. J.-C.[12] De plus, il fonde une cité en Hispanie sous les ordres d'Octavien : Colonia Norba Caesarina (la moderne Cáceres, en Estrémadure)

Il devient ensuite proconsul d'Asie peu de temps après la bataille d'Actium de 31 av. J.-C.[13]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Sources modernes
  1. a et b Ronald Syme, The Roman Revolution, 1939, p. 200.
  2. a, b et c Ronald Syme, The Roman Revolution, 1939, p. 235.
  3. Ronald Syme, The Roman Revolution, 1939, p. 235.
  4. T. Robert S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, vol. II, 1952, p. 337.
  5. Richard Holland, Augustus: Godfather of Europe, 2005, p. 169.
  6. Ronald Syme, The Roman Revolution, 1939, p. 202.
  7. Richard Holland, Augustus: Godfather of Europe, 2005, p. 170.
  8. Ronald Syme, The Roman Revolution, 1939, p. 243.
  9. T. Robert S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, vol. II, 1952, p. 389.
  10. T. Robert S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, vol. II, 1952, p. 407.
  11. Ronald Syme, The Roman Revolution, 1939, p. 239.
  12. T. Robert S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, vol. II, 1952, p. 411.
  13. Ronald Syme, The Roman Revolution, 1939, p. 303.
  • Sources antiques
  1. Appien, Guerres civiles, IV, 87
  2. Appien, Guerres civiles, IV, 102-104
  3. Appien, Guerres civiles, IV, 107
  4. Dion Cassius, Histoire romaine, XLVIII, 43.

Voir aussi[modifier | modifier le code]