Gaius Cestius Gallus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gaius Cestius Gallus (mort vers 67) était le fils d'un consul romain et devint lui-même consul suffect en 42.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut légat de Syrie à partir de 63 ou 65, succédant au fameux général Corbulon.

Il marcha en Judée en 66 afin de ramener le calme au début de la Grande révolte juive. Il réussit à conquérir Beït-Shéarim « la ville nouvelle » aussi appelée Bezetha, dans la vallée de Jezreel, siège du Sanhedrin à cette époque, mais fut incapable de reprendre le Temple de Jérusalem[1].

Dans sa retraite, il fut écrasé à Beth-Horon par Eleazar ben Simon et perdit la presque totalité de sa légion, soit à peu près 5 300 légionnaires et 480 cavaliers[1]. Il réussit à s'enfuir vers Antioche en sacrifiant la plus grande part de son armée et de ses équipements.

Peu après son retour, il mourut (sans doute avant le printemps 67), et Licinius Mucianus lui succéda.

L'empereur Néron donna au général T. Flavius Vespasianus, le futur empereur Vespasien, la mission d'écraser la rébellion juive.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Martin Goodman, Rome and Jerusalem; The Clash of Ancient Civilizations, p 14.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]