Gagetown

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la localité canadienne. Pour la base des Forces canadiennes, voir Base des Forces canadiennes Gagetown. Pour les autres significations, voir Gagetown (homonymie).
Gagetown
Le bureau de poste.
Le bureau de poste.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Comté ou équivalent Queens
Statut municipal Village
Maire
Mandat
Michael Blaney
2012-2016
Constitution 9 novembre 1966
Démographie
Population 698 hab. (2011 en diminution)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 52′ 47″ N 66° 08′ 47″ O / 45.87972222, -66.1463888945° 52′ 47″ Nord 66° 08′ 47″ Ouest / 45.87972222, -66.14638889  
Superficie 4 948 ha = 49,48 km2
Divers
Langue(s) Anglais (officielle)
Fuseau horaire -4
Indicatif +1-506
Code géographique 1304005
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Gagetown

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Gagetown

Gagetown (Malécite-Passamaquoddy: Et-Leemlotch[1]) est un village du comté de Queens situé au sud du Nouveau-Brunswick. Il est construit sur le site de Grimrose (Grimross en anglais), un village acadien détruit le 4 novembre 1758 durant la Déportation des Acadiens. Le village a donné son nom à la base des Forces canadiennes Gagetown, qui est en fait centrée à Oromocto.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.
Thomas Gage.

Gagetown est nommé ainsi d'après sa position dans la paroisse de Gagetown, elle-même nommée en l'honneur de Thomas Gage (1721-1787), qui fut le commandant en chef de l'armée britannique en Amérique du Nord entre 1763 et 1772 et qui fut le principal propriétaire terrien de la paroisse[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Gagetown est situé dans le comté de Queens, à 60 kilomètres de route au sud-est de Fredericton, à 92 km au nord de Saint-Jean et à 140 km au sud-ouest de Moncton. Le village a une superficie de 49,48 kilomètres carrés[2].

Gagetown est limitrophe d'Upper Gagetown au nord-ouest et de la paroisse d'Hampstead au sud et à l'ouest. La paroisse de Cambridge se trouve au-delà du fleuve, à l'est. Les municipalités les plus proches sont Oromocto, à 36 km à l'ouest, Minto, à 71 km au nord, Cambridge-Narrows, à 33 km au nord-est et Grand Bay-Westfield, à 64 km au sud.

Logement[modifier | modifier le code]

Le village comptait 316 logements privés en 2006, dont 280 occupés par des résidents habituels. Parmi ces logements, 92,9 % sont individuels, 0,0 % sont jumelés, 0,0 % sont en rangée, 0,0 % sont des appartements ou duplex et 8,9 % sont des immeubles de moins de cinq étages. 89,3 % des logements sont possédés alors que 10,7 % sont loués. 62,5 % ont été construits avant 1986 et 12,5 % ont besoin de réparations majeures. Les logements comptent en moyenne 7,6 pièces et 0,0 % des logements comptent plus d'une personne habitant par pièce. Les logements possédés ont une valeur moyenne de 147 734 $, comparativement à 119 549 $ pour la province[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire du Nouveau-Brunswick.
Destruction de Grimrose, par Thomas Davies, 1758.

Gagetown est fondé sous le nom de Grimrose en 1755, par des Acadiens et des Malécites fuyant les forces britanniques, lors de la Déportation des Acadiens. Comptant une cinquantaine de maisons et de granges, c'est le plus important établissement acadien le long du fleuve Saint-Jean[4] mais il est en majeure partie abandonné en 1758. Le 4 novembre 1758, lors de la campagne du fleuve Saint-Jean, le lieutenant-colonel Robert Monckton effectue un raid sur Grimrose, tue le bétail, brûle les champs et les bâtiments et scalpe les Acadiens restés sur place[5]. Certains Acadiens reviennent vivre au village puisqu'ils y sont quelques-uns en 1761[4].

Le village est renommé Grimross et la colonisation par les Anglais commence peu de temps après[6]. Un magasin est fondé par C. N. G. Jadis mais incendié en 1771 par les Malécites[7]. Il y a 37 familles en 1783, dont certaines vivant sur l'île Musquash[7]. Les Loyalistes arrivent la même année[6].

Après la création du Nouveau-Brunswick en 1784, le village est pressenti pour devenir la capitale provinciale. Pour cette raison, le village est organisé selon un plan hippodamien. Le gouverneur Thomas Carleton arrête plutôt son choix sur Fredericton, l'ancienne Sainte-Anne-des-Pays-Bas, mais donne le statut de chef-lieu du comté de Queens à Gagetown en 1786[6],[8].

Au cours du XIXe siècle, Gagetown est la localité la plus importante entre Fredericton et Saint-Jean. Le village prospère grâce à l'agriculture et l'exploitation forestière[6].

L'ouverture de la base des Forces canadiennes Gagetown, durant les années 1960, coupe le village de son arrière-pays, tandis que la dissolution de la municipalité de comté, en 1966, lui fait perdre toute importance administrative[6]. L'école élémentaire Gagetown est toutefois inaugurée en 1960[9]. Gagetown est constitué en municipalité le 9 novembre 1966[10].

À la fin du XXe siècle, le tourisme prend de l'importance, ce qui profite à la pommiculture[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

Il y avait 682 habitants en 2001, comparativement à 660 en 1996, soit une hausse de 3,3 %. Le village compte 297 logements privés, a une superficie de 49,50 km2 et une densité de la population de 13,8 habitants par kilomètre carré.

Évolution démographique de Gagetown depuis 1981
1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011
618 635 607 660 682 719 698
(Sources : [11],[12],[2])


Économie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Économie du Nouveau-Brunswick.

Entreprise Central NB, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[13].

Administration[modifier | modifier le code]

Gagetown est le chef-lieu du comté de Queens depuis sa création en 1784.

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est formé d'un maire et de quatre conseillers généraux[10].

Le conseil précédent est formé à la suite de l'élection du 12 mai 2008[14]. Le conseiller Frank J. Massoeur est toutefois élu lors d'une élection partielle tenue le 26 octobre 2009[15]. Le conseil municipal actuel est élu lors de l'élection quadriennale du 14 mai 2012[10]. Le second dépouillement du 23 mai suivant confirme l'élection du conseiller Anthony T. Ratliffe face à Gene Brooks[10].

Conseil municipal actuel

Mandat Fonctions Nom(s)
2012 - 2016 Maire Michael Blaney
Conseillers Frank J. Massoeur, Janice Perry, Derek Pleadwell et Anthony T. Ratliffe.

Anciens conseils municipaux

Mandat Fonctions Nom(s)
2008 - 2012 Maire Randy A. Smith
Conseillers William Gene Brooks, Frank J. Massoeur, Janice Perry et Robert P. McDowell.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 1998 Collin A. Illsley    
1998 2004 Alan A. Corkum    
2004 2008 John Tarrel    
2008 2012 Randy A. Smith    
2012 en cours Michael Blaney    
Les données manquantes sont à compléter.

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Gagetown fait partie de la Région 11[16], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[17]. Gagetown est représenté au conseil par son maire[18]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[19].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Gagetown est membre de l'Union des municipalités du Nouveau-Brunswick[20].

Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Gagetown fait partie de la circonscription provinciale de Grand Lake-Gagetown, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Ross Wetmore, du Parti progressiste-conservateur. Il fut élu en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Gagetown fait partie de la circonscription électorale fédérale de Nouveau-Brunswick-Sud-Ouest, qui est représentée à la Chambre des communes du Canada par Gregory Francis Thompson, ministre des Anciens Combattants et membre du Parti conservateur. Il fut élu lors de la 40e élection fédérale, en 1988, défait en 1993 puis réélu à chaque fois depuis 1997.

Vivre à Gagetown[modifier | modifier le code]

L'école Gagetown accueille les élèves de la maternelle à la 8e année. C'est une école publique anglophone faisant partie du district scolaire #17.

Le village est inclus dans le territoire du sous-district 10 du district scolaire Francophone Sud[21]. Les écoles francophones les plus proches sont à Fredericton et Oromocto alors que les établissements d'enseignement supérieurs les plus proches sont dans le Grand Moncton.

Gagetown possède une caserne de pompiers et un poste de la Gendarmerie royale du Canada. Ce dernier dépend du district 2, dont le bureau principal est situé à Oromocto.

Le village possède aussi un foyer de soins agréés, Orchard View.

Gagetown est desservi par le quotidien anglophone Telegraph-Journal, de Saint-Jean. Le mensuel Village Voice est publié au village. Le quotidien francophone est L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet. Les francophones bénéficient aussi de l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe.

L'église St. John's est une église anglicane.

Culture[modifier | modifier le code]

Samuel Leonard Tilley

Langues[modifier | modifier le code]

Selon la Loi sur les langues officielles, Gagetown est officiellement anglophone[22] puisque moins de 20 % de la population parle le français.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Alfred Johnson Brooks (1890-1967), homme politique ;
  • George Hedley Vicars Bulyea (1859-1928), homme d'affaires, homme politique et lieutenant-gouverneur de l'Alberta, né à Gagetown ;
  • Mary Coy (1771-1859), fermière, marchande et auteure, né à Grimross ;
  • Benjamin Lester Peters (1790-1852), marchand, officier de milice, homme politique et juge de paix, né à Grimross ;
  • James Horsfield Peters (1811-1891), avocat, fonctionnaire, homme politique, agent foncier, juge, promoteur de l'agriculture, auteur et inventeur, né à Gagetown ;
  • Samuel Leonard Tilley (1818-1896), pharmacien, homme politique et lieutenant-gouverneur, né à Gagetown ;
  • George Ludlow Wetmore (1795-1821), avocat et fonctionnaire, né à Gagetown.

Architecture et monuments[modifier | modifier le code]

La maison sir Samuel Leonard Tilley et le palais de justice du comté de Queens sont des sites historiques provinciaux.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Upper Gagetown Paroisse de Gagetown (île Grimross)
fleuve Saint-Jean
Paroisse de Cambridge
fleuve Saint-Jean
Rose des vents
Paroisse d'Hampstead N fleuve Saint-Jean, Paroisse de Cambridge
O    Gagetown    E
S
Paroisse d'Hampstead Paroisse d'Hampstead fleuve Saint-Jean
Paroisse de Wickham, Paroisse de Cambridge

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975.
  2. a et b « Profils des communautés de 2006 - Gagetown - Population », sur Statistique Canada (consulté le 11 novembre 2011).
  3. « Profils des communautés de 2006 - Gagetown - Familles et ménages », sur Statistique Canada (consulté le 20 octobre 2009).
  4. a et b (en) William Gagnong, A Monograph of historic sites in the province of New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1899 (lire en ligne), p. 271
  5. John Grenier. The Far Reaches of Empire: War in Nova Scotia, 1710-1760. Oklahoma University Press.pp. 199.
  6. a, b, c, d, e et f James K. Chapman, « Gagetown », sur L'encyclopédie canadienne.
  7. a et b (en) Ganong (1899), op. cit., p. 326.
  8. (en) William Gagnong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p., p. 133.
  9. [PDF] « Anglophone West », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 3 novembre 2012).
  10. a, b, c et d « Élections quadriennales municipales, le 14 mai 2012, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 24 décembre 2013)
  11. « 1986 (2A) questionnaire abrégé des provinces aux municipalités », sur Statistique Canada (consulté le 11 novembre 2011).
  12. « Profils des communautés de 1996 - Gagetown - Population », sur Statistique Canada (consulté le 11 novembre 2011).
  13. (en)« About Enterprise Central », sur Entreprise Central NB (consulté le 8 novembre 2012).
  14. « Événements électoraux locaux de 2008 », sur Élections N.-B. (consulté le 15 octobre 2011)
  15. « Événements électoraux locaux de 2009 », sur Élections N.-B. (consulté le 12 octobre 2011)
  16. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  17. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  18. « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  19. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  20. « Liste des zones », sur Union des municipalités du Nouveau-Brunswick (consulté le 16 novembre 2011).
  21. [PDF] « Francophone Sud », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012)
  22. Canada, Nouveau-Brunswick. Loi sur les langues officielles, art. 35, 36, 37, 38 [lire en ligne (page consultée le 15 mars 2011)].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975