Gaetano De Lai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gaetano De Lai
Image illustrative de l'article Gaetano De Lai
Biographie
Naissance 30 juillet 1853
à Malo Drapeau de l'Italie Italie
Ordination sacerdotale 16 avril 1876
Décès 24 octobre 1928
à Rome Drapeau de l'Italie Italie
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
16 décembre 1907
par le pape Pie X
Titre cardinalice Cardinal-diacre de S. Nicola in Carcere
Cardinal-évêque de Sabina
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 16 décembre 1911
Fonctions épiscopales administrateur et évêque de Poggio Mirteto
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Gaetano De Lai (né le 30 juillet 1853 à Malo en Vénétie, Italie et mort le 24 octobre 1928 à Rome), est un cardinal italien du début du XXe siècle, nommé par le pape Pie X.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît à Malo, près de Vicence et poursuit ses études au séminaire romain. Il est ordonné prêtre le 16 avril 1876. Après son ordination, Gaetano De Lai exerce des fonctions à la Congrégation du Concile, notamment comme secrétaire. Il est professeur au séminaire pontifical romain.

Quelques mois après son élection, le pape saint Pie X le nomme pro-secrétaire, puis préfet de la Sacrée congrégation du Concile et, dans le même mouvement, le crée cardinal-diacre au consistoire du 16 décembre 1903, alors qu'il n'est pas évêque. Le cardinal De Lai demeure à la tête de cette congrégation, pendant vingt-cinq ans, jusqu'à sa mort. Il est à ce poste sous trois pontificats, celui de Pie X, celui de Benoît XV et celui de Pie XI. Le cardinal De Lai est également président de l'un des deux sous-commissions pour la codification du droit canonique et président de la commission pour la réorganisation de la Curie romaine. Il est un ferme opposant du modernisme et c'est un « homme fort » du pontificat de Pie X. Il soutient par exemple, sans aller jusqu'à l'approuver totalement, les écrits de Mgr Andrea Scotton[1], cible de la frange libérale du clergé de l'époque en Italie[2]. Il déclare au cardinal Ferrari[3], archevêque de Milan et soutien de la presse catholique libérale, qu'il vaut toujours mieux excéder un peu à combattre le mal, que se taire et le laisser augmenter[4]. Il reçoit la consécration épiscopale, le 17 décembre 1911 à la chapelle Sixtine, des mains mêmes du pape Pie X.

Le cardinal De Lai participe au conclave de 1914, à l'issue duquel Benoît XV est élu et au conclave de 1922 (élection de Pie XI). Selon le Journal du cardinal Friedrich Gustav Piffl, le cardinal De Lai aurait été favorable à l'élection du cardinal Merry del Val et absolument opposé à celle du cardinal Gasparri; quand il s'avère que l'élection du cardinal Merry del Val est impossible, il se serait rapproché du cardinal Ratti (futur pape), lui promettant son vote et celui de son propre groupe, si, une fois pape, il s'engage à ne pas choisir Mgr Gasparri comme secrétaire d'État. Mais le cardinal Gasparri révèle dans ses Mémoires, que si tel avait été le cas, le cardinal De Lai aurait de fait encouru l'excommunication, peine automatique dans le cas d'un vote au conclave imposant des conditions à un futur pontife. En fait une fois élu, Pie XI confirme le cardinal Gasparri dans toutes ses charges dont celle de cardinal secrétaire d'État.

Le cardinal De Lai est nommé administrateur en 1924 et évêque en 1925 de Poggio Mirteto, diocèse uni avec le diocèse de Sabina. Il est supérieur général de la Congrégation des Missionnaires de Saint Charles (scalabriens) .

Il meurt à l'âge de soixante-quinze ans et est enseveli au Verano à Rome. En 1929, sa dépouille est transférée à l'église Santa Libera de sa ville natale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Andrea Scotton, archiprêtre de Breganze à partir de 1881, homme politique et écrivain
  2. Lettre du cardinal De Lai à Mgr Scotton du 12 mars 1911
  3. Béatifié par Jean-Paul II en 1987
  4. Lettre du cardinal De Lai au cardinal Ferrari du 9 janvier 1911

Œuvres[modifier | modifier le code]

Parmi les œuvres publiées par Gaetano De Lai:

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Marco Invernizzi, I cattolici contro l'unità d'Italia?, Piemme, 2002

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]