Gabriel Ruget

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gabriel Ruget en 2005.

Gabriel Ruget, né en 1944, est un mathématicien français, professeur des Universités, ancien directeur de l'École normale supérieure.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Gabriel Ruget est marié à Claudine Thys, ancienne élève de l'ENS, inspectrice générale au ministère de l'Éducation nationale[1],[2], groupe des mathématiques. Nommée chevalier de l'ordre national du Mérite le 31 décembre 1999[3], elle a été est promue officier le 14 novembre 2005[4].

Formation[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, où il est cacique au concours d'entrée (1962), il est reçu premier à l'agrégation de mathématiques. Il soutient en 1969 sa thèse À propos des cycles analytiques de dimension infinie de docteur d’État en mathématiques à la faculté des sciences d'Orsay[5].

Il est auditeur de la 42e session nationale de l'Institut des hautes études de défense nationale (cycle 1989-1990)[6].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Après un bref passage au CNRS, il se tourne progressivement vers la recherche appliquée. Il est professeur titulaire à Rennes puis à Orsay (1975-1983). En janvier 1977, il est nommé directeur de l'IRISA de Rennes [7], poste qu'il occupe deux ans[8]. Il est ensuite nommé directeur de l'UER de recherche d'Orsay (1980-1982). En 1981, il reçoit le « Best paper award » d'IEEE/AC.

En 1983, il quitte le monde de la recherche et entre dans le groupe Thomson-CSF[9], où il s'intéresse aux domaines avionique et radars. Il est à l'initiative d'études avancées dans le domaine interface homme-machine, associant les sciences cognitives aux techniques habituellement mises en œuvre. Il dirige le Collège scientifique et technique du groupe Thomson[10].

Le 25 octobre 2000, il est nommé directeur de l'École normale supérieure[11], succédant au physicien Étienne Guyon. Sous sa direction, le département d'études cognitives est créé, et une impulsion est donnée en direction des sciences appliquées. Il développe les collaborations à l'international, notamment avec la Chine. Il mène à bien un coûteux projet de démolition, construction et rénovation. Son projet de fusion avec l'École normale supérieure de Cachan suscite néanmoins une importante opposition au sein de l'école et parmi certains anciens élèves[12]. Jacques Julliard et Nicolas Baverez, pour une fois d'accord, craignent une marginalisation des disciplines littéraires dans le nouvel ensemble. Il est finalement remplacé par la philosophe Monique Canto-Sperber en octobre 2005.

Il est ensuite professeur à l'ENS Cachan et travaille au sein du « Centre de recherches sur les arts et le langage » de l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS)[13].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Gabriel Ruget est l'auteur de nombreuses publications, dans le domaine des mathématiques, également dans le domaine de l'éducation[14],[15].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Le 14 novembre 2000, Gabriel Ruget est nommé chevalier de l'ordre national du Mérite[16].

Nominations[modifier | modifier le code]

Le 20 septembre 1991, il est nommé administrateur de l'ENS Lyon[17], nomination renouvelée le 8 septembre 1994[18].

Le 11 octobre 1994, il est nommé administrateur de l'ENS Cachan[19]

Le 20 octobre 1998, il est nommé membre du « Conseil national de la science », par arrêté du Premier ministre et du ministre de l’Éducation nationale, de la recherche et de la technologie, en raison de ses compétences et de son intérêt pour la recherche scientifique et technologique[20].

Le 9 décembre 1998, il est nommé au « Conseil d'orientation stratégique des écoles des mines »[21], nomination renouvelée le 30 avril 2002[22] et le 8 septembre 2005[23].

Le 28 septembre 2000, il est nommé au « Comité des programmes scientifiques du Centre national d'études spatiales »[24].

Le 22 juin 2001, il est nommé au « Conseil national de coordination des sciences de l'homme et de la société »[25].

Le 14 janvier 2003, il est nommé au « conseil scientifique du Groupe des écoles des télécommunications »[26].

Le 16 septembre 2005, il est nommé administrateur de l’École centrale des arts et manufactures[27], poste qu'il occupe jusqu'au 12 février 2007[28].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Association des anciens élèves de Faidherbe
  2. Arrêté du 11 septembre 2006 portant admission à la retraite (inspection générale de l'éducation nationale).
  3. Décret du 31 décembre 1999 portant promotion et nomination.
  4. Décret du 14 novembre 2005 portant promotion et nomination.
  5. À propos des cycles analytiques de dimension infinie
  6. Arrêté du 3 juillet 1990 portant désignation des auditeurs de la 42e session nationale de l'Institut des hautes études de défense nationale (cycle 1989-1990)
  7. Valérie Schafer, De l'université de Rennes à l'I.R.I.S.A. : les dix premières années du développement de la recherche informatique à Rennes (1970-1980) in Actes du Septième Colloque sur l'Histoire de l'Informatique et des Transmissions, p. 243, 2004
  8. 1975-2005 Trente ans d'expériences pour demain, p. 10.
  9. Jean-Pierre Aubin, Le Colloque Imaginaire du 24 juin 2004 à Roscoff, [lire en ligne], 2005.
  10. Synthèse d'activité scientifique et programme de recherche de Francis Rousseaux
  11. Décret du 25 octobre 2000 portant nomination (enseignements supérieurs)
  12. Le projet de fusion Ulm-Cachan
  13. Sa fiche sur le site de l'Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI)
  14. Publications de Gabriel Ruget
  15. La création collective de sens - Quelques expériences suggérées par un modèle abstrait de l’attention en mode esthétique in Apprendre demain - Sciences cognitives et éducation à l’ère numérique, Hatier, 2008, (ISBN 978-2-218-93368-4), [lire en ligne]
  16. Décret du 14 novembre 2000 portant promotion et nomination
  17. Arrêté du 20 septembre 1991 portant nomination au conseil d'administration de l'Ecole normale supérieure de Lyon
  18. Arrêté du 8 septembre 1994 portant nomination au conseil d'administration de l'Ecole normale supérieure de Lyon
  19. Arrêté du 11 octobre 1994 portant nomination au conseil scientifique de l'Ecole normale supérieure de Cachan
  20. Conseil national de la science
  21. Arrêté du 9 décembre 1998 portant nomination au conseil scientifique du Groupe des écoles des télécommunications
  22. Arrêté du 30 avril 2002 portant nomination des membres du conseil d'orientation stratégique des écoles des mines
  23. Arrêté du 8 septembre 2005 portant nomination au conseil d'orientation stratégique des écoles des mines
  24. Arrêté du 28 septembre 2000 portant nomination au comité des programmes scientifiques du Centre national d'études spatiales
  25. Arrêté du 22 juin 2001 portant nomination au Conseil national de coordination des sciences de l'homme et de la société
  26. Arrêté du 14 janvier 2003 portant nomination au conseil scientifique du Groupe des écoles des télécommunications
  27. Arrêté du 16 septembre 2005 portant nomination au conseil d'administration de l'Ecole centrale des arts et manufactures
  28. Arrêté du 12 février 2007 portant nomination au conseil d'administration de l'Ecole centrale des arts et manufactures

Articles connexes[modifier | modifier le code]