Gabriel Nicolas de La Reynie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gabriel Nicolas La Reynie)
Aller à : navigation, rechercher
Gabriel-Nicolas de la Reynie (1625-1709), gravure d'après Pierre Mignard.

Gabriel Nicolas de la Reynie (1625 à Limoges, France - 1709 à Paris, France) est le premier lieutenant général de police de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils cadet de Jean Nicolas de Traslage, il reçoit la terre de La Reynie, misérable fief de 200 livres de revenu annuel, de la famille de sa grand-mère, née Hugon. En 1698, il hérite du château de Traslage (Vicq-sur-Breuilh, Haute-Vienne), de son neveu l'abbé Jean Nicolas de Traslage, puis en 1705, il achète la baronnie de Vicq (Vicq-sur-Breuilh). Magistrat au présidial d’Angoulême, puis président à celui de Bordeaux, il résiste à la Fronde, sert d’intendant au gouverneur de Guyenne, le duc d’Épernon, qui le fait connaître à la cour.

La Reynie administre la fortune du duc d’Épernon sans oublier la sienne : en 1661, il achète pour 320 000 livres une charge de maître des requêtes au Conseil du roi. Il est pressenti par Colbert pour inaugurer la nouvelle charge de lieutenant de police de Paris en 1667, charge qu’il assume pendant trente ans. En 1668, il épouse Gabrielle de Garibal, qui lui apporte une maison à Vaugirard, maison dont il va faire une superbe demeure et dont on dit que les jardins furent dessinés par Le Notre[1]. La Reynie devient conseiller d’État en 1680.

« La police consiste à assurer le repos du public et des particuliers, à protéger la ville de ce qui peut causer des désordres ». L'édit que présente Colbert à Louis XIV (Edit de Saint-Germain-en-Laye, 15 mars 1667) résulte de l'évolution des mœurs françaises depuis quelques siècles en matière de sécurité publique. Il envisage une approche globale de la criminalité et constitue l'acte fondateur de la police sous l'ancien régime en clarifiant une situation héritée du Moyen Âge.

La Police et la sûreté rétablies dans Paris, 1665. Charles Le Brun. Esquisse pour la Galerie des glaces. Le sujet est l’établissement de l’éclairage public et d’une garde sous les ordres d’un lieutenant de police (1667) destinés à mettre fin à l’insécurité qui régnait dans la ville de Paris dès la nuit tombée. Le premier lieutenant de police s’est particulièrement illustré : Nicolas de La Reynie, qui fut en fonction pendant trente ans entre 1667 et 1697[2].

La charge de lieutenant de police qu'il institue a pour but de créer un pouvoir autonome veillant à la bonne marche de la cité, quelque pression qu'il puisse subir. Paris est la première ville concernée par cette mesure. Nicolas de la Reynie y est le premier lieutenant général de police, charge qu'il occupe de mars 1667 à janvier 1697. Juge puis maître des requêtes au conseil d'État, il a une connaissance complète des institutions. Tous les lieutenants généraux qui lui succèdent ont une formation analogue. Nommé par le roi, le lieutenant de police est révocable ad nutum. Si l'édit confère au lieutenant de police certaines missions (la lutte contre la délinquance, l'incendie, l'inondation ; la police économique, des mœurs, etc), il laisse Nicolas de la Reynie organiser son administration en rassemblant sous son autorité les anciennes institutions.

Les commissaires examinateurs au Châtelet deviennent des commissaires de police (terme qu'il a inventé[3]), leur nombre est porté à 48. Répartis entre les 17 quartiers de Paris, ils rendent compte quotidiennement de leur activité au lieutenant général. Nicolas de la Reynie compte aussi sur un réseau d'indicateurs rémunérés : les mouches en liberté et les moutons en prison. Il peut aussi requérir les forces de l'armée, soit la maréchaussée d'Île-de-France, soit la garde de Paris (environ un millier de gardes des portes et murailles de Paris). Surtout, le lieutenant général de police s'appuie sur des bureaux (métiers, marchés, écoles, archives, etc.).

Il rétablit l’autorité royale en mettant au pas le gouverneur de Paris, les titulaires de fiefs enclavés dans Paris, le Parlement habitué jusque-là à prendre des arrêts de règlement en matière de police, le prévôt des marchands et la municipalité parisienne.

La Reynie est aussi juge ou procureur dans de grands procès extraordinaires, tels que celui du chevalier de Rohan décapité pour conspiration, ou celui de l’affaire des poisons.

À cette époque, quatre « polices » se concurrencent à Paris : les commissaires, les archers et exempts du guet, la compagnie du lieutenant criminel et la prévôté de l’Île. Il réorganise ces polices et les prend sous sa coupe. Elles sont chargées d’assurer la sécurité des rues de Paris, de surveiller le milieu parisien d’alors et de le truffer d’indicateurs.

La Reynie réprime l’impression et le colportage des écrits séditieux, crimes qu’il juge lui-même directement et très sévèrement. Chargé de l’exécution des lettres de cachet, il participe à la haute politique quand il assure le ravitaillement en blé de Paris, ou quand il dirige les persécutions contre les protestants.

C’est aussi grâce à ses méthodes musclées que Paris devient la ville la plus propre de l’Europe de cette époque (financée par la taxe dite des Boues et lanternes) et qu'il éradique les cours des miracles. On lui doit l’éclairage public en placant des lanternes même dans les ruelles sombres (d'où l'expression de « Paris ville lumière »[réf. nécessaire]), qui servit à rendre les rues plus sûres, les premières règles de circulation et de stationnement, le pavage des rues et l’adduction d'eau.

Hommages[modifier | modifier le code]

Plaque Gabriel Nicolas de La Reynie, rue de la Cité à Paris.

En 1882, la rue de La Reynie dans le 4e arrondissement de Paris est rebaptisée en sa mémoire. La vingt-cinquième promotion de commissaires de police issus de l'école nationale supérieure de la police, entrés en fonction en 1975, porte son nom, ainsi qu'une rue de Limoges.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Le portrait le plus célèbre de La Reynie est une estampe gravée par Pieter van Schuppen d'après Pierre Mignard, datée de 1665.

Une médaille à l'effigie de La Reynie a été réalisée par le graveur Henri Dropsy pour le compte de la Monnaie de Paris en 1967, à l'occasion du tricentenaire de la lieutenance de police de Paris. Le portrait figurant au droit est inspiré de l'estampe de Van Schuppen. Un exemplaire en est conservé au musée Carnavalet(ND 5500).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gabriel Nicolas de La Reynie (1625 - 1709), premier lieutenant-général de police, propriétaire à Vaugirard. Résumé d'un article de Jacques Couvreur in Bull. Soc. hist. & arch. du XVème arrondt de Paris – no 41.
  2. Sûreté de la ville de Paris : le sujet est l’établissement de l’éclairage public et d’une garde sous les ordres d’un lieutenant de police (1667) destinés à mettre fin à l’insécurité qui régnait dans la ville de Paris dès la nuit tombée. Le premier lieutenant de police s’est particulièrement illustré : Gabriel Nicolas de la Reynie, qui fut en fonction pendant trente ans entre 1667 et 1697. sur le site galeriedesglaces-versailles.fr
  3. Matthieu Frachon, 36, quai des Orfèvres : Des hommes, un mythe, du Rocher,‎ 16 juin 2011, 197 p. (ISBN 978-2-268-07098-8)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Clément, La police sous Louis XIV, Paris, Librairie académique Didier & Cie, 1866.
  • Jacques Saint-Germain, La Reynie et la police au grand siècle d'après de nombreux documents inédits, Paris, Hachette, 1962. Compte rendu dans le Journal des savants, no 1 , 1963, p. 62-64.
  • Éric Le Nabour, La Reynie. Le policier de Louis XIV, Paris, Perrin, 1993.
  • Robert Chesnais, SDF, truands et assassins dans le Paris du Roi-Soleil, Paris, L'Esprit frappeur, 1998.
  • Richard Montbeyre, La création de la lieutenance générale de police de Paris dans la seconde moitié du XVIIe siècle, Exposé de Master 2 Recherche - Histoire du Droit - Histoire du Droit public au Moyen Âge et sous l’Ancien Régime, 2007.
  • Thierry Sarmant et Mathieu Stoll, Régner et gouverner : Louis XIV et ses ministres, Paris, Perrin, 2010.