GRO J1655-40

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Coordonnées : Sky map 16h 54m 00.14s, −39° 50′ 44.9″

GRO J1655-40

Description de cette image, également commentée ci-après

Le microquasar GRO J1655-40, vue d'artiste (ESA/NASA)

Époque J2000.0

Données d'observation
Ascension droite 16h 54m 00,14s
Déclinaison −39° 50′ 44,9″
Constellation Scorpion
Magnitude apparente 17,0
Distance 3 300(?) al
(1 000(?) pc)
Type spectral trou noir+F6IV

GRO J1655-40 est une binaire X à faible masse découverte par le Compton Gamma-Ray Observatory. Elle est composée d'une étoile peu massive et d'un objet compact qui s'avère être un trou noir stellaire. Parce que GRO J1655-40 montre des jets, il est aussi un microquasar, avec la particularité supplémentaire d'être une étoile en fuite. Ce système tire son nom du satellite à rayons X Compton Gamma-Ray Observatory (abrégé GRO) grâce auquel il a été découvert, en 1994, et de ses coordonnées dans le ciel. GRO J1655-40 fut le deuxième microquasar découvert dans notre galaxie (la Voie lactée), après GRS 1915+105.

Caractéristiques physiques[modifier | modifier le code]

GRO J1655-40 (aussi appelée Nova Sco 94) a été découvert le 27 juillet 1994 par l'instrument BATSE à bord du satellite Compton Gamma-Ray Observatory[1]. Il se compose d'une étoile ordinaire de type spectral F4-6IV (c'est donc une étoile sous-géante qui est déjà sorti de la séquence principale). La période orbitale a été établie par vitesses radiales spectroscopiques à 2.601±0.027 jours[2]. Les masses des deux composantes ont été obtenues une fois l'angle d'inclinaison connu grâce à la modélisation des courbes de lumière photométrique : entre 1.7 et 3.3 Mʘ pour l'étoile compagnon et entre 5.5 et 7.9 Mʘ pour l'objet compact[3]. Cette dernière fourchette de masse est plus élevée que la limite maximale de la masse d'une étoile à neutrons, et on conclut donc que l'objet compact est un trou noir.

Comme la plupart des binaires X à faible masse, GRO J1655-40 connaît des épisodes d'activité transitoires, entrecoupées de phases peu actives, dite de quiescence. Cette irrégularité n'est pas nécessairement liée à l'irrégularité du phénomène de transfert de masse de l'étoile vers le trou noir, par débordement du lobe de Roche de celle-ci, comme on pourrait le croire. En fait, le mécanisme physique responsable des changements d'états de ces objets est encore très incertain. GRO J1655-40 est l'une des binaires X à faible masse qui montre des oscillations quasi périodiques dans son spectre de puissance de variabilité X.

Distance et jets superluminiques[modifier | modifier le code]

La distance de GRO J1655-40 est sujet à une controverse. Une première estimation donnait 3,2 kpc[4], obtenue par la modélisation cinématique du mouvement des jets observés en radio. En fait, cette méthode ne permet de fournir qu'une distance maximale (ici 3.5 kpc)[5]. À une telle distance, les jets radio sont supraluminiques, c'est-à-dire ayant une vitesse de déplacement apparente supérieure à la vitesse de la lumière, une illusion d'optique indépendante de la relativité restreinte. En réalité, il semble plus probable que GRO J1655-40 soit situé bien plus près de nous, à une distance de 1 kpc[5], puisque la direction opposée de son vecteur de mouvement propre pointe clairement en direction de l'amas ouvert NGC 6242, situé lui à une distance de 1 kpc[6], qui en serait ainsi le lieu d'origine avant son expulsion de celui-ci par suite d'interactions gravitationnelles complexe avec celui-ci. À cette distance de 1 kpc, les jets de GRO J1655-40 ne seraient plus superluminiques, mais GRO J1655-40 serait alors l'un des trous noirs galactiques connus le plus proche du Soleil.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Zhang et al. (1994) Circulaire IAU 6046
  2. Bailyn et al. (1995), Nature, 358, 157
  3. Shahbaz et al. (1999), MNRAS, 306, 89
  4. Hjellming & Rupen (1995), Nature, 375, 464
  5. a et b Foellmi et al. (2006), Astronomy and Astrophysics, 457, 249
  6. Mirabel et al. (2002), Astronomy and Astrophysics, 395, 595