GNU GLOBAL

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
GNU GLOBAL
Image illustrative de l'article GNU GLOBAL
Logo

Code source du noyau Linux 2.6.18
Code source du noyau Linux 2.6.18

Développeur Projet GNU
Dernière version 6.3.2 (le 4 septembre 2014,
il y a 3 mois
[1]
)
[+/-]
Environnement type UNIX
Type Système d’étiquetage du code source
Licence GNU GPL
Site web (en) Site officiel

GNU GLOBAL est un logiciel d’étiquetage du code source par l’implémentation logicielle du concept de symbole. Il fonctionne de manière uniforme dans divers environnements (GNU Emacs, Vim, GNU less, GNU Bash, navigateurs Web, etc) et permet de localiser tous les objets des fichiers source, et de s’y déplacer aisément. Il s’avère utile pour travailler sur des projets importants contenants de nombreux sous-répertoires et des arbres syntaxiques complexes générés par le processus de compilation[note 1]. Il est proche des marqueurs ctags et etags mais différent de par son indépendance de tout éditeur de texte.

C’est un logiciel libre maintenu pour le projet GNU par Shigio Yamaguchi.

Scénarios d’utilisation[modifier | modifier le code]

Les scénarios d’utilisation sont par ailleurs variés, comme naviguer dans le code source du noyau Linux[2], parcourir son code ruby après l’avoir analysé avec les marqueurs Exuberant ctags ou rtags[3], examiner le code source et analyser des paquets logiciels en mode Html[4], ou encore explorer une base volumineuse de code dont on n’est pas l’auteur[5].

Utilisation logicielle[modifier | modifier le code]

Enfin, GLOBAL est utilisé par de nombreux logiciels, dont GNU Automake. FreeBSD l’utilise également dans son moteur de production.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « GNU GLOBAL », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 4 septembre 2014
  2. « Navigating Linux Source Code », drdobbs.com, 1er mars 2001.
  3. « Using rtags ang gtags for coding Ruby », simple-and-basic.com, 14 octobre 2008.
  4. « Greg’s source code navigation tools », lemis.com, juillet 2005.
  5. « Code Spelunking: Exploring Cavernous Code Bases », queue.acm.org, 1er octobre 2003.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Exemple du code contenant de nombreuses directives #ifdef dans le cas de la compilation conditionnelle avec plusieurs fonctions main().

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]