GKN

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

GKN plc

Description de l'image  GKN Aerospace.gif.
Création 1759
Dates clés 1902
Fondateurs John Guest
Personnages clés John Guest, Arthur Keen, John Sutton Nettlefold
Forme juridique Société ouverte à responsabilité limitée
Action LSE : GKN
Siège social Drapeau de Grande-Bretagne Redditch (Royaume-Uni)
Direction Roy Brown (président), Sir Kevin Smith(CEO)
Activité Industrie automobile, Industrie aéronautique
Produits Composants automobile et aéronautique
Effectif 38 200 (2010)[1]
Site web www.gkn.com
Capitalisation 3 496,23 millions de Livres (2012)[2]
Fonds propres 1 687 millions de Livres[3]
Dette 149 millions de Livres (2010)[3]
Chiffre d’affaires 5 084 millions de Livres (2010)[3]
en augmentation 861 millions[2]
Résultat net 325 millions de Livres (2010)[3]

GKN est un fabricant de composants automobiles et aéronautiques britannique basé à Redditch, au Royaume-Uni. Son nom provient de Guest, Keen and Nettlefolds, trois entreprises regroupées en 1902. Le groupe a réalisé en 2011 un chiffre d'affaires de £ 6112 millions avec environ 40000 salariés.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dowlais Iron and Co.

La Révolution Industrielle[modifier | modifier le code]

GKN est né avec la Révolution industrielle en Grande-Bretagne. La création de GKN remonte à celle des fonderies Dowlais Iron Co le 19 septembre 1759, à Dowlais près de Merthyr Tydfil en Galles du Sud, par Thomas Lewis et ses associés, des marchands et des forgerons. L'entreprise nouvellement créée devait construire le deuxième haut fourneau à charbon de Galles du Sud, haut fourneau qui fonctionnera jusqu'en 1848. La Révolution Industrielle est celle du charbon et du fer, et Dowlais Iron Co fabrique en particulier les boulets de canon en fonte utilisés par l'armée britannique durant les guerres Napoléoniennes. La Révolution Industrielle correspond également à la naissance du chemin de fer. Dowlais Iron Co voit sa croissance durant la première moitié du XIXe siècle assurée par le développement du rail. L'entreprise fournit les rails nécessaires à la construction du Great Western Railway, qui doit relier la gare de Paddington à Londres avec l'ouest de l'Angleterre et la Galles du Sud. Dowlais fournit également le fer nécessaire à la fabrication du SS Great Britain, le premier paquebot à vapeur à coque en fer et le plus grand navire jamais construit à cette époque[4].

Dowlais Iron Co fournit les rails nécessaires à toutes les compagnies ferroviaires de Grande-Bretagne mais exporte également sa production à travers le monde. À partir de 1830, l'entreprise vend ses rails aux États-Unis où les premières lignes de chemin de fer sont créées. Dans les années 1840, c'est au tour de la Russie et de l'Allemagne. En 1840, Dowlais emploie 7300 salariés et fabrique 90 000 tonnes de fer par an. Un contrat de 1844 pour la fourniture de 50 000 tonnes de rails à la Russie est qualifié de « plus grand contrat de tous les temps ». Finalement, à la suite du boom du chemin de fer, Dowlais est en 1845 la plus importante compagnie de production de fer du monde et a participé à la transformation industrielle du monde. Au début des années 1850, Dowlais Iron Co devient également la plus grosse entreprise du monde.

L'acier[modifier | modifier le code]

C'est à cette époque que l'acier commence à remplacer la fonte. En 1856, Henry Bessemer révolutionne l'industrie du fer en développant la première méthode pour produire massivement et à faibles coûts de l'acier. Dowlais est la première entreprise britannique à acquérir ce procédé, et après une période d'expérimentation d'une dizaine d'années, Dowlais commence à produire de manière industrielle l'acier. Avant le procédé de Bessemer, l'acier coutait 10 fois plus cher que la fonte et était inutilisable pour la construction de lignes de chemin de fer, de ponts ou d'immeubles. Avec le nouveau procédé, le prix de revient de l'acier devient comparable à celui de la fonte et la plupart des industrielles remplacent la fonte par l'acier. En 1871, Dowlais produit environ 26 000 tonnes d'acier Bessemer, en 1884 il en produit plus de 118 000 tonnes. Le développement de l'acier permet à Dowlais de continuer à se développer au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle. En 1888, Dowlais construit son deuxième haut fourneau en Galles du Sud, à Cardiff. Dowlais a bien négocié le virage de l'acier, et au début du XXe siècle, Dowlais est l'un des plus grands sidérurgistes du monde.

G, K & N[modifier | modifier le code]

En 1834, John Nettlefold a ouvert un moulin à bois à Birmingham. En 1856, Arthur Keen a fondé la Patent Nut & Bolt Company avec un associé américain, Francis Watkins, une entreprise devenue un acteur majeur des attaches et boulons en fer. L'acier a remplacé le fer comme matière première dans la production des attaches et boulons, et Keen pense que dans une logique d'intégration verticale, il devrait acquérir un producteur d'acier. Avec ses ressources financières, il rachète en septembre 1899 Dowlais pour £ 1.53 millions. La nouvelle entreprise est baptisée Guest, Keen & Co. En 1902, Guest, Keen & Co rachète l'entreprise de Nettlefold et se rebaptise Guest, Keen & Nettlefolds. En 1905, GKN est la 15e plus grosse entreprise de Grande-Bretagne, et le plus grand sidérurgiste du pays.

Munitions et moteurs[modifier | modifier le code]

Dans la première moitié du XXe siècle, GKN s'implique dans l'industrie de l'armement et dans l'industrie automobile. Pendant la Première Guerre mondiale, les usines GKN sont nationalisées par le Ministry of Munitions britannique. Elles produisent l'acier nécessaire à toute une gamme d'applications militaires. Beaucoup de salariés s'étant portés volontaires pour monter au front, les usines font appel au travail des femmes. La même situation se reproduira durant la seconde Guerre Mondiale.

Après la première Guerre Mondiale, GKN voit se développer un nouveau débouché pour sa production d'acier, l'industrie automobile. Une mine de charbon fondée par Lord Buckland et David Llewellyn, rachète en 1919 le sidérurgiste John Lysaght Ltd, ainsi que la Joseph Sankey & Sons, un fournisseur d'éléments en acier (châssis, carrosseries...) pour l'industrie automobile naissante en Grande-Bretagne. Ce nouveau groupe propose ensuite une fusion avec GKN. Cela permet à GKN de devenir présent à la fois dans la production d'acier, la production de produits en acier et la production de moteurs.

Avec la Grande Dépression des années 1930, GKN est obligé de fermer ses haut-fourneaux de Dowlais et met ainsi fin à 170 ans d'activité sidérurgique. Avec la Seconde Guerre Mondiale, l'entreprise est à nouveau mise à contribution pour l'effort de guerre. L'entreprise fabrique des Spitfire, un blindé conçu pour le débarquement en Normandie, et l'acier nécessaire pour la production de blindés, d'avions et de millions de casques.

Abandon de la sidérurgie, développement dans l'automobile[modifier | modifier le code]

À la fin de la deuxième Guerre Mondiale, GKN est le plus gros sidérurgiste britannique. Mais les Travaillistes nationalisent l'industrie sidérurgique en 1951, et en particulier l'activité acier de GKN pour £ 18.7 millions. En 1955 les Conservateurs reprivatisent l'industrie sidérurgique et l'entreprise récupère ses actifs pour seulement £ 12 millions. Mais en 1967 le nouveau gouvernement Travailliste de Harold Wilson renationalise cette industrie et GKN décide d'abandonner cette activité et d'explorer de nouveaux secteurs. GKN décide également de s'internationaliser davantage, en particulier dans les pays nouvellement indépendants du Commonwealth. GKN se diversifie dans des métiers en relation avec son activité d'origine, l'acier, par exemple dans les équipements automobiles ou la production du blindé MCV-80 Warrior pour la British Army.

En 1966, GKN rachète l'équipementier automobile Birfield présent industriellement au Royaume-Uni, en RFA, en France et en Italie. Les produits de GKN sont révolutionnaires car ils permettent le développement de la traction avant, qui sera utilisée notamment pour la Mini. Les équipements automobiles deviennent un métier principal de GKN, et constituent un tiers du chiffre d'affaires du groupe à la fin des années 1960.

Malheureusement, l'industrie automobile britannique décline dans les années 1970, touchées par les mouvements de grève et une compétitivité faible. Les années 1973 et 1974 sont en particulier un cauchemar pour GKN avec la multiplication par 4 du cours du pétrole (premier choc pétrolier), et la mise en place de la semaine de travail de 3 jours dans toute la Grande-Bretagne pour économiser de l'énergie alors que les mineurs sont en grève.

GKN se rétabli en 1971 avec le rachat d'Uni-Cardan. En 1980, le groupe enregistre la première perte de son histoire.

Les années 1980[modifier | modifier le code]

Pour assurer son avenir, GKN ouvre des usines aux États-Unis, en Europe, et se positionne auprès des constructeurs automobiles japonais. Le groupe poursuit ensuite son internationalisation en investissant au Brésil, au Mexique, en Inde, en Australie, en Afrique du Sud, au Japon, en Thaïlande, en Corée du Sud, en Malaisie, à Taiwan, et en 1989 en Chine. Son activité Transmissions Automobiles bâtit un solide leadership mondial.

En 1988, GKN rachète le fabricant d'hélicoptères et groupe aérospatial britannique Westland Plc, dont la filiale Saunders Roe fabrique de réputés hydravions, des aérostructures et des éléments en composites.

Parallèlement durant les années 1980, GKN entame une sévère cure d'amaigrissement, en réduisant le nombre de ses salariés de 93 000 en 1980 à 32 300 en 1990. GKN se recentre sur quelques activités prometteuses, en particulier les transmissions automobiles, l'aérospatial et les véhicules Off-Highway, c'est-à-dire lourds et lents (agricoles, mines, construction), développés à partir de l'acquisition de Sankey. Parallèlement, le groupe identifie l'industrie des poudres et les alliages de métaux comme des secteurs d'avenir et se développe rapidement dans ces domaines à travers des acquisitions principalement aux États-Unis et ensuite en Europe.

Les années 2000[modifier | modifier le code]

Au début des années 2000, GKN revend ses hélicoptères à Finmeccanica (2004) et rachète l'usine d'aérostructures pour avions militaires de Boeing de Saint-Louis (Missouri). GKN est alors positionné sur 4 métiers, les transmissions automobiles, la métallurgie des poudres et fabrication d'alliages, l'aérospatial et les Off-Highway. GKN a perdu beaucoup de son importance dans le paysage industriel britannique et est même sorti de l'indice Footsie. Mais il reste un important fournisseur de l'industrie automobile et participe à la fabrication des chasseurs Boeing F18 et des navettes spatiales. La direction décide de délocaliser sa production vers les pays à bas coûts et forte croissance en Asie, Europe de l'Est et Amérique Latine. Le groupe continue sa politique d'acquisitions, en particulier dans le Off-Highway. Avec l'acquisition de l'usine de fabrication d'ailes d'Airbus de Filton près de Bristol en 2009, GKN devient le plus grand fabricant indépendant d'aérostructures au monde. Par ailleurs GKN est la seule entreprise non-japonaise à avoir été distinguée trois fois par Toyota comme son meilleur fournisseur.

Production[modifier | modifier le code]

GKN est composé de 4 divisions, deux d'équipements automobiles, une d'équipements aéronautiques, et une d'équipements pour les véhicules Off-Highway (machines agricoles, engins de chantiers, engins de mines)[5].

Les 10 plus importants clients de GKN en 2011 étaient Volkswagen, Airbus, Renault Nissan Group, General Motors, United Technologies, Fiat-Chrysler, Ford, Boeing, General Electric et Toyota. 47 % des ventes totales du groupe se sont faites en 2011 en Europe et 37 % en Amériques du Nord et du Sud.

Le groupe comptait en 2011 près de 42 000 salariés, dont 13 % au Royaume-Uni, 35 % dans le reste de l'Europe, 30 % en Amériques du Nord et du Sud, et 22 % dans le reste du monde.

Equipements automobiles[modifier | modifier le code]

La division GKN Driveline est le premier équipementier automobile mondial dans les systèmes de transmission. Ses produits sont vendus en Europe (39,1 %), en Amérique du Nord (20,5 %), au Japon (15,6 %), en Chine (8,7 %), en Amérique du Sud (8,6 %) et en Inde (3 %). C'est la principale division du groupe. Ses principaux clients sont Volkswagen (16 % des ventes), Renault-Nissan (13 %), Fiat-Chrysler (11 %), General Motors (9 %), Ford (8 %), mais aussi Toyota, Mitsubishi, BMW ou Tata.

La division GKN Powder Metallurgy est le leader mondial des composants en alliages, pour l'automobile essentiellement (88 %). Cette division comprend la filiale Hoeganaes, qui fabrique de la poudre métallique, ensuite utilisée pour produire des composants automobiles en alliages. Il s'agit de composants de moteurs, de transmission, de châssis. Les ventes se sont élevées en 2011 à £ 845 millions avec 6400 salariés. Ses principaux clients sont Ford, General Motors, ZF Friedrichshafen, Fiat-Chrysler, Volkswagen, KC HiLiTES, Linamar Corporation, Bosch.

Equipements aéronautiques[modifier | modifier le code]

GKN Aerospace est un fournisseur de premier rang pour de nombreux constructeurs aéronautiques, motoristes, ou d'autres équipementiers aéronautiques. Ses produits sont les aérostructures (fuselages, ailes, nacelles), les composants ou les sous-systèmes de moteurs, et certains équipements particuliers tels que les systèmes de carburant, les systèmes de dégivrage, les fenêtres de cabine. Les ventes totales en 2011 se sont élevées à £ 1481 millions, dont 951 millions £ dans les aérostructures, £ 411 millions dans les moteurs et £ 119 millions dans les autres composants. Ses débouchés étaient civils à 58 % et militaires à 42 %. La division occupait fin 2011 8500 employés. Ses principaux clients sont EADS (31 % du chiffre d'affaires), Boeing (19 %), United Technologies (13 %), Lockheed Martin (5 %), General Electric (5 %), ou encore Rolls-Royce, Spirit AeroSystems, Bombardier, Honeywell.

Equipements pour les véhicules Off-Highway[modifier | modifier le code]

GKN Land Systems est un équipementier pour les fabricants de machines agricoles, engins de chantiers, engins d'exploitation minière et machines industrielles. Avec 5900 salariés, les ventes se sont élevées en 2011 à £ 885 millions. Ses 10 premiers clients sont John Deere, Case New Holland, Tata Group, Caterpillar, Claas, AGCO, Ford, JCB, Volkswagen, Daimler, avec 39 % du chiffre d'affaires.

GKN
Transmissions Metallurgie des Poudres Aérospatial Off-Highway
Chiffre d'Affaires (en millions de [[Livres Sterling]], en 2011) 2795 845 1481 885
Nombre d'Employés (fin 2011) 21 100 6400 8500 5900

Références[modifier | modifier le code]