Göttingen (chanson)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Göttingen

Göttingen

Chanson de Barbara
extrait de l'album Le Mal de vivre
Sortie 1964
Genre Chanson française
Auteur-compositeur Barbara
Label Philips

Pistes de Le Mal de vivre

Göttingen est une chanson de Barbara, sortie sur son album Le Mal de vivre en 1964.

Le 4 juillet 1964, Barbara, qui fut une enfant juive se cachant pendant la guerre pour échapper à l'extermination, se rend sans enthousiasme en Allemagne en réponse à l'invitation de Hans-Günther Klein, directeur du Junges Theater de la ville universitaire de Göttingen. Son premier concert faillit ne pas avoir lieu. Barbara avait en effet réclamé un piano à queue, et elle fut fort énervée en arrivant sur la scène de découvrir un piano droit. Le concert semblait impossible, malgré toutes les tentatives de Hans-Günther Klein. Finalement, grâce à la mobilisation d'étudiants qui réussirent à trouver un piano à queue mis à disposition par une vieille dame, le concert put avoir lieu[1]. Malgré la réaction initiale de la chanteuse et les deux heures de retard du concert, le public l'ovationna chaleureusement. Agréablement surprise et touchée par l’accueil qu’elle reçoit, Barbara prolonge son séjour d’une semaine. Le dernier soir, elle offre une version initiale de la chanson Göttingen, à la fois chantée et parlée, qu’elle a écrite d’un trait dans les jardins du théâtre.

Dans son autobiographie « Il était un piano noir : Mémoires interrompus », elle écrit : « En Göttingen je découvre la maison des frères Grimm où furent écrits les contes bien connus de notre enfance. C'est dans le petit jardin contigu au théâtre que j'ai gribouillé 'Göttingen', le dernier midi de mon séjour. Le dernier soir, tout en m'excusant, j'en ai lu et chanté les paroles sur une musique inachevée. J'ai terminé cette chanson à Paris. Je dois donc cette chanson à l'insistance têtue de Gunther Klein, à dix étudiants, à une vieille dame compatissante, à la blondeur des petits enfants de Göttingen, à un profond désir de réconciliation, mais non d'oubli. »

Elle retravaillera la chanson de retour à Paris pour en donner la version finale que l'on connait aujourd'hui. En mai 1967, elle sera à Hambourg pour l’enregistrer, avec neuf autres titres, traduits en allemand, pour le 33 tours Barbara singt Barbara et retournera chanter à Göttingen le 4 octobre. En 1988, Barbara recevra la Médaille d’honneur de la ville. En 2002, cette chanson est inscrite dans les programmes officiels des classes de Primaire.

La chanson évoque les guerres franco-allemande qui ont divisé les deux pays et leurs nombreuses victimes dont et surtout les enfants, deuils qui unissent les deux pays. Hymne à l'amitié franco-allemande, la chanson a une portée plus générale et milite pour la paix[2].

En 2002, cinq ans après la mort de la chanteuse, la ville de Göttingen inaugure une Barbarastraße (rue Barbara) dans le quartier de Geismar[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nikola Obermann, « la chanson : Göttingen », sur arte.tv/karambolage,‎ 8 novembre 2013 (consulté le 20 novembre 2013)
  2. Barbara : « Göttingen », Linternaute.com
  3. Gottingen, un trait d'union nommé Barbara sur le site du Figaro

Liens externes[modifier | modifier le code]